Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Salers au coeur avec Cédric Tartaud-Gineste
  • Salers au coeur avec Cédric Tartaud-Gineste
  • : Salers éternelle, cîté millénaire aux multiples visages et aux mille feux; le XXIème siècle est l'occasion de sonner la Renaissance d'un village qui sommeille depuis trop longtemps ! Ensemble, ayons à coeur de faire revivre Salers
  • Contact

Le Cantal actif

Pour me contacter:

 

 

 

 

Pour consulter mon profil Viadeo, rendez et inscrivez-vous sur :

 

 

Les Institutions Officielles :

 

La Présidence de la République

L'Assemblée nationale

Le Sénat

Le site du Gouvernement

 

Merci pour votre fidélité

Recherche

Archives

L'indispensable

 

Ils s'engagent pour l'interet général et le Cantal en particulier sur la toile:

Vincent DESCOEUR, Président du Conseil général et député du Cantal

Pierre JARLIER, Sénateur-Maire  de Saint-Flour, Président de l'Association des Maires du Cantal

René SOUCHON, ancien Maire d'Aurillac, Président de la Région Auvergne

Nicole MOISSINAC, son blog

François VERMANDE, Conseiller général, son blog

Christiane MISSEGUE, MoDem Cantal

Lightman, passionné de net-économie et d'actualité cantalienne 

Le Cantal - le e-dynamique à l'action: 
 

Comité Départemental Touristique du Cantal

Portail Cantalien

Conseil Général du Cantal

Le site des passionnés du Cantal

Le MEDEF dans le Cantal

Vivre et travailler dans le Cantal

Chambre de Commerce et d'Industrie du Cantal

Préfecture du Cantal 

 

La culture et le patrimoine, vous savez que c'est moins point faible: 

 

Cantal Patrimoine

Association des Amis du Patrimoine de Haute-Auvergne

Société de Haute-Auvergne

Généalogie de la Chataigneraie

Comité d'Histoire et d'Archéologie de Mauriac

Association généalogique APROGEMERE

Le musée Alfred Douet de Saint-Flour

Association du Cézallier - Vallée de la Sianne

Orfèvrerie en Haute-Auvergne

Langues et civilisations auvergnates

Le portail culturel du Canton de Saignes 

 

Le Cantal, terre de ressources et de recueillement

 

Le diocèse de Saint-Flour

Le Prieuré Saint-Jean à Murat

Eglise d'Aurillac

La maison des planchettes 

 

Quelques liens communautaires, culturels, commerciaux et associatifs:

 

L'Union du Cantal

La MONTAGNE - presse régionale

Ca papote entre Auvergnats

Testadaz, fromages, tripoux, jambons

L'Auvergnat de Paris

Le guide des restaurants auvergnats

Les 8 Filiales de la Ligue Auvergnate et du Massif Central

27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 12:41



L'un des plus anciens organes de presse de France, l'un des plus communautaires qui a permis de maintenir le liens entre les générations et les cultures, a déposé le bilan au mois de Juillet. L'Auvergnat de Paris n'est plus malgré une tentative récente de revenir à sa première vocation, son placement en liquidation judiciaire le comdamne probablement à mort. L'hebdomadaire était un organe de presse bien connu du monde des bistrotiers de la capitale.

Tous les Auvergants de Paris et fils de Bougnats ont été bercé aux nouvelles de ses colonnes, pour ceux qui ne revenaient au pays que l'été, l'Auvergnat de Paris maintenait le lien des nouvelles...

C'est encore un peu la mémoire qui s'étiole avec ce coup d'arrêt...

Le Canard Enchainé a été le premier à rendre publique l'information. Yvon Mézou avait pris la parole lors du dernier
Comité de Haute-Auvergne pour annoncer que ce journal reveanait s'intéresser aux territoires... mais cela sans doute trop tard pour sauver la maison !

En évoquant l'Auvergnat, il me revient en mémoire, la scène d'un Belmondo qui se passe dans un bistrot, et l'on voit au comptoir un acteur noir lisant "l'Auvergnat de Paris" pour prendre des nouvelles du Pays ... quelques années plus tard, alors qu'un ami tenait sa brasserie, j'avais l'Auvergnat sous le bras, un client noir me demande s'il peut le feuilleter, je lui cède volontiers et il me dit en souriant "Je suis un Auvergnat du Sud" ... nous avons été pris d'un fou rire commun et avons parlé chacun de notre attachement à notre terre d'origine.

L'Auvergnat, c'était cela, le lien et le partage, tous les bons zincs de la capitale l'affichaient fièrement à leur clientèle et cela se lisait comme un feuilleton hebdomadaire, sauf que là, c'était la vie des gens que nous connaissions qui s'étalait.

Et c’était exactement ce qu’avait voulu Louis Bonnet, fils d’un imprimeur aurillacois, lorsqu’il avait fondé le journal le… 14 juillet 1882.
 

Cela dit, L’Auvergnat de Paris ne se limitait pas à ce lien affectif et à ce rôle de ciment de la communauté. Très vite, il est devenu l’organe de presse indispensable des restaurateurs et des limonadiers* de la capitale, de ces légendaires patrons de café-charbon moustachus et rudes à la tâche dont une large majorité provenait des départements du Massif Central.

L’hebdomadaire, de nouveau en difficulté, a été repris en juillet 2008 par Yvon Mézou, président de la holding professionnelle Bistrots & Comptoirs. Le nouveau patron a tenté de revenir aux fondamentaux, et notamment à la forte empreinte identitaire qui a marqué l’histoire du journal durant des décennies de gestion par Louis Bonnet puis ses héritiers. En vain : devant l’accumulation des pertes (300 000 euros par an), L’Auvergnat de Paris a déposé le bilan le 23 juillet 2009. Le 6 août, il était mis en liquidation judiciaire par le Tribunal de Commerce de Paris. Désormais, le vieux journal de Louis Bonnet, compagnon fidèle des bougnats depuis… 127 ans, ne répond plus. 
Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Les Auvergnats à Paris Où
commenter cet article
23 août 2009 7 23 /08 /août /2009 12:24

La Société Historique du  Pays de Salers sera ravie de vous accueillir le samedi 29 août à la Salle des Fêtes de Salers à 15 h 00 pour sa conférence annuelle.

Cette année, nous accueillons Monsieur Alain CHAMBON, auteur d'un intéressant travail sur la Baronnie des Vaulmiers des XIVè au XVIIIè siècles. Mr CHAMBON insiste plus particulièrement sur l'implantation des Cisterciens en Haute-Auvergne au Moyen-âge.

Cette conférence est l'occasion de jeter un regard nouveau sur l'histoire du Pays de Salers et de la compléter. A cette occasion, le bulletin numéro 1 de la SHPS, "Nostre Istoria" sera en vente au prix de 8 €.

Cette conférence, gratuite, se déroulera le jour du vide-grenier de Salers. Précédée de son Assemblée générale, elle sera conclue par un cocktail convivial afin que tous les amoureux de l'histoire locale puis échanger, avec le conférencier et entre eux.

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Salers de Toujours...
commenter cet article
23 août 2009 7 23 /08 /août /2009 12:12

Hollókö, village hongrois d’ethnie Palocs, niché au centre de la province de Nograd, est un village accueillant et chaleureux qui nous ouvre ses portes tôt le matin. Entouré de lotissements récents, le vieux bourg, piéton, n’en finit pas d’émerveiller avec ses pavements disparates. L’arrivée sur le parking est payante (600 Flt soit presque 2 €, comme à Salers).

En rencontrant des gens, des Français, nous abordons le projet du jumelage entre Hollókö et Salers, ils trouvent l’initiative excellente surtout qu’ils sont déjà venus à Salers ; l’idée d’un parking payant ne les dérange pas mais à condition d’avoir la cité historique qui soit piétonne comme c’est le cas ici, voilà de quoi donner matière à réflexion.

 

Je ne sais pas combien de milliers de touristes Hollókö attire, mais une chose est sure, ce village Palocs conserve ses traditions, la fierté d’un savoir-faire dans la couture et la dentelle. Planté là au pied d’une colline qui abritait autrefois l’antique château seigneurial ; la légende voulut que le seigneur du temps kidnappe la fille d’un autre noble, par vengeance, une nuée de corbeaux s’abattit sur le château pour en voler les murailles et libérer la captive … de cette légende serait née le bourg d’Hollókö (Corbeau se dit Hollo en magyar).

 

Le village, bâti en bois, pris feu au début du 20ème siècle, rebâtit à l’identique, son site, celui du château et le bassin ethnique des Palocs, furent l’occasion d’un classement au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1987.

 

Aujourd’hui en 2009, Hollókö et Salers s’apprêtent à sceller leur destin dans un jumelage, fières de leur histoire et de leur patrimoine, ces deux cités estiment fondamental l’ouverture vers le monde. C’est grâce à l’investissement de l’Ambassadeur de France, René Roudaut, l’initiative France-Hongrie à Budapest, animée par José Osete que ce beau projet s’achemine vers une concrétisation.

Rendez-vous est pris avec le Maire de Hollókö demain matin !

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Jumelage - Relations Internationales
commenter cet article
23 août 2009 7 23 /08 /août /2009 12:05

Lu dans la Semaine de l'Allier... après la WWWoix du Cantal, les départements d'Auvergne éwwwoluent les uns après les autres wwwers une nouwwwelle wwwie....





L'Auwwwergne de la tentation

Parodie de l'Île de la tentation mais vrai jeu avec des vrais candidats... l'Auvergne va faire frémir la toile internet pour promouvoir son image à moindre coût... Et déjà les médias people sont sur le coup.


L'Auvergne fait parler d'elle. Et ce n'est pas un fait divers scabreux ou les effets de la crise qui vont mettre la région sur le devant de la scène médiatique mais une émission sur web de téléréalité.

Une opération menée de concert par le conseil régional et l'agence de communication parisienne Adverbia.
Les concepteurs qui se préparaient à annoncer le concept ont même été débordés par les médias télévisuels qui ont profité d'une fuite pour annoncer en avant-première ce concept étonnant puisqu'émanant d'une collectivité.
Le casting de ce jeu n'est pas encore lancé, l'annonce officielle n'a pas encore été réalisée que, déjà, certains journaux people montre le bout de leur nez et s'active pour obtenir l'exclusivité de certaines images.
Pourtant, dans cette opération, la téléréalité n'est que le prétexte à un jeu qui lui-même sert la cause auvergnate.

Une parodie mais un jeu tout de même

Il s'agit bien en effet d'une opération de communication qui a pour unique but avoué de présenter l'Auvergne sous ses plus beaux atours.
La téléréalité intervient comme le catalyseur : « nous allons nous servir des codes de la téléréalité en parodiant des émissions comme Pékin Express, la chasse au trésor, Secret story ou encore l'Île de la tentation » explique Franck Confino de l'agence Adverbia.

Preuve que l'annonce a été anticipée, Jean-Marc Lesaulnier, directeur de la communication au conseil régional, avoue lui même que « le projet n'est pas encore ficelé. Notre première étape ce sera le casting, qui débutera dans quelques jours pour se terminer le 7 octobre prochain ».

Un jeu qui intéresse Voici et Gala

Et d'ajouter, concernant l'esprit, « c'est que nous ne voulons pas faire dans le graveleux ou l'indélicat. Ce devra être un programme familial ».
Petit complément inattendu la gestion des médias et de support comme Gala ou Voici qui aimeraient s'accaparer une partie des images en exclusivité.
Un programme qui, d'ores et déjà, sera relayé par le puissant média vidéo français présent sur la toile : Dailymotion.

« C'est idéal pour la visibilité, et le partenariat pourrait même se développer » confie Franck Confino.
Pour l'heure il faut d'abord gérer les aspects pratiques. « Nous serons la semaine prochaine en repérage dans les lieux qui ont été listés pour y faire évoluer les candidats », car si le jeu est le prétexte et l'emballage de l'opération de communication de la région, il sera néanmoins au centre de l'« intrigue ». « le casting est ouvert à tout le monde et les candidats doivent s'attendre à des surprises en cascade » ajoute Franck Confino. Mais, pour paraphraser la téléréalité et sa conclusion souvent évoquée pas toujours approchée : « ce ne sera que du bonheur ». Ce qui, pour ce qui concerne l'Auwwwergne de la tentation, devrait être une réalité pour les candidats.

Au final, les huit candidats, après trois jours « de rêve » seront départagés en fonction du résultat des défis qui sont annoncés « un brin délirants, absurdes ou... coquins ».
Le conseil régional n'en est pas à son coup d'essai en terme de communication web.

Profitant d'être aujourd'hui la première région où chaque territoire possède sa solution pour accéder au haut débit, une première campagne incitant les urbains à venir créer (ou reprendre) une entreprise sur le territoire - toujours en décalant le message principal et en utilisant l'humour - Il s'agissait d'une série de vidéos humoristiques intitulées « Les urbanophiles : le travail ».

« On retrouvera d'ailleurs certains des acteurs que nous transformerons pour l'occasion en animateur ou en personnage du jeu » explique Franck Confino déjà à l'origine de cette série de films. « Ces vidéos ont déjà été vues 100 000 fois et la plateforme communautaire crée à cette occasion a accueilli 10 000 visiteurs. C'est d'ailleurs un site qui vit au-delà de ce premier buzz créé et qui profitera à nouveau de ce nouvel élan pour renforcer la communauté des Auwwwergnat ».
Les 22 vidéos qui seront extraites des trois jours de compétition des huit candidats seront visibles sur internet dès la mi-octobre.


A lire également:
- Site pour s'inscrire au casting


Article rédigé par :
Philippe Hadef
Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Actualité
commenter cet article
18 août 2009 2 18 /08 /août /2009 12:24

Rappelez-vous cet hiver, de mytérieuses affichettes "WWW" se sont retrouvées dans tout le pays de Salers, puis aux quatre coins de la planète... ce canular, qui finalement s'avérait être un buzz lancé par la région Auvergne pour promouvoir l'Auvergne comme première région numérique du territoire français.

l'Auwwwergne de la tentation, c'est le prolongement naturel de l'événement premier; la Voix du Cantal suit avec attention ce mystérieux buzzz depuis le début, c'est même le premier média auvergnat à en avoir parlé, puis l'Auvergnat de Paris. Récemment c'est Jean-Marc Morandini qui s'est emparé de la vidéo qui se diffuse sur Daily Motion !

En piste, à vos caméras numériques, rendez-vous sur le site www.delatentation.com pour découvrir sous peu les conditions à remplir pour préparer ce qu'il faut pour vous qualifier à la première émission de Télé Réalité territoriale, une première en France et c'est en Auvergne que ça se passe !




Maintenant, l'Auwwwergne de la tentation, ça marche, plus qu'on ne pouvait l'espérer ! En moins de 6 jours, sur Dailymotion, le teaser de la tentation a explosé le nombre de vues que le teaser WWW avait comptabilisé en 6 mois !

En moins d'une semaine le compteur de http://www.dailymotion.com/video/x9ztzm_la-tentation_fun est passé de 1.300 à plus de 23.000 vues ! On peut dire que le phénomène nous échappe et devient "ce dont tout le monde parle" en ce mois d'août : c'est la plus belle preuve de la réussite du buzz.

L'info a été reprise par Gala, le Nouvel Observateur, Ciné Télé Revue, Melty et une dizaine de blogs influents.


Jean-Marc Morandini :
http://www.jeanmarcmorandini.com/article-29575-exclu-la-region-auvergne-lance-une-emission-de-tele-realite.html

Gala :
http://www.gala.fr/l_actu/on_ne_parle_que_de_ca/video-_une_ile_de_la_tentation_auvergnate_185752

Ciné Télé Revue :
http://www.cinetelerevue.be/fr/lauwwwergne-de-la-tentation.html?cmp_id=7&news_id=901

Nouvel Obs :
http://teleobs.nouvelobs.com/rubriques/focus/articles/l-auvergne-cree-sa-tele-realite-pour-seduire-touristes-et-citadins

Cyberbougnat :
http://www.cyberbougnat.net/Participez-a-l-Auwwwergne-de-la,3125.html

Phil'Auvergne :
http://www.philauvergne.fr/2009/08/14/delatentation-auvergne-3354/

Blog-territorial :
http://www.blog-territorial.com/article-34896135.html

I-Actu :
http://www.i-actu.com/index.php?2009/08/14/7294-retour-de-l-ile-de-la-tentation-euh-non-juste-de-la-tentation-en-auvergne




Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Actualité
commenter cet article
16 août 2009 7 16 /08 /août /2009 15:03

Après quelques jours passés dans l’ancienne Pest, sur les bords du Danube, face à l’imposant château de Buda, siège d’un royaume millénaire ; l’aventure du jumelage entre Salers et Hollókö m’amène dans l’étroite Fö Utca qui longe le fleuve côté ouest.

 

A l’arrivée, quel plaisir de contempler un « Institut Français » imposant et moderne. José Luis Osete est à la terrasse, aussi curieux que moi de nous connaître pour parler de ce projet, que des centaines de collectivités françaises ont déjà réalisé depuis des décennies.

 
Une longue conversation nous a permis d'échanger sur des sujets autant politiques qu’historiques et d'avoir un « flash » présent de la société hongroise qui, comme tous les pays de l’Est, a voulu tout, tout de suite, pour se rendre compte qu’il fallait devenir une société plus rationnelle. Il est original d’apprendre que 90 % des Hongrois sont propriétaires de leurs logements, ceux-ci ayant été vendus pour une bouchée de pain après 1991.

 

José Osete est passionné par la Hongrie, il y a fait sa vie ; il gère l’association « Initiatives France-Hongrie » dont le but est de créer et pérenniser les liens entre la France et la Hongrie depuis 1994, le jumelage est un premier aspect de cette initiative, l’ambition affichée est de développer des liens économiques, culturels, pédagogiques...

 

En quelques échanges, nous avons réussi à nous retrouver sur la même longueur d’onde, il nous parait évident de se rapprocher de la Chambre de Commerce et d’Industrie de du Cantal, du Conseil général, de la Chambre d’Agriculture, de la Communauté de communes; bref, d’associer les acteurs traditionnels du territoire pour que le jumelage ne soit qu’un point d’arrivée mais bien un commencement !

 

Nous avons aussi abordé concrètement les points pratiques du jumelage comme la mise en valeur de produits hongrois lors du prochain marché de Noël, sur le principe, c’est accepté, il nous reste à voir les détails pratiques, notamment lors d’un rendez-vous sur Hollókö la semaine prochaine, puis la mise en relation avec l’Ambassadeur de Hongrie en France. 

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Jumelage - Relations Internationales
commenter cet article
12 août 2009 3 12 /08 /août /2009 20:15

 

QUELLE EST LA SITUATION ?

 

  • Trois mois après la première alerte donnée par l’OMS, le seuil des 140000 cas a été franchi au niveau mondial. Si la grippe A/H1N1 touche fortement l’hémisphère sud qui est en plein hiver austral (13 000 cas en Australie, 11000 cas au Chili), l’Europe n’est pas épargnée. C’est au Royaume-Uni, que l’on compte le grand nombre de cas (100 000 cas confirmés, en augmentation rapide).
  • En France, l’Institut de veille sanitaire (InVS) dénombre 960 cas. Quatre personnes ont été admises en service de réanimation du fait de leur état qui depuis, s’est amélioré. A ce stade, dans notre pays, aucun décès n’a été recensé.

 

POURQUOI FAIRE ÉVOLUER LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ?

 

  • Récemment, l’apparition de foyers de cas groupés sans lien avec un voyage à l’étranger indique que le virus commence à circuler au sein de la population française. C’est pourquoi le Gouvernement a décidé d’adapter le dispositif de prise en charge des patients pour qu’il soit en phase avec l’évolution épidémiologique.
  • Au début de l’épidémie avec l’apparition de quelques cas, nous avions un objectif clair : ralentir au maximum la pénétration du virus sur le territoire, mais aussi mieux le connaître et évaluer sa virulence. C’est pourquoi l’hospitalisation était automatique. Dans un second temps, la plus grande diffusion du virus et sa faible virulence nous ont conduit à augmenter le nombre d’hôpitaux en mesure d’accueillir les malades.
  • A présent que les cas se font plus nombreux, que nous savons que ce virus commence à circuler et que sa virulence est à ce stade modérée, nous adaptons notre dispositif de prise en l’élargissant à la médecine ambulatoire.

 

EN QUOI CONSISTE LE NOUVEAU DISPOSITIF ?

 

  • Depuis le 23 juillet, les patients qui présentent des symptômes de la grippe doivent, en priorité, se tourner vers leur médecin traitant. Toutefois, le recours au SAMU et au centre 15 reste activé. Il permettra de prendre en charge les cas graves, et dans tous les cas, les enfants de moins de 1 an qui doivent faire l’objet d’un traitement et d’une surveillance particulière en milieu hospitalier.
  • Ce nouveau dispositif repose sur deux éléments essentiels
  1. Des stocks de produits de santé disponibles sur l’ensemble du territoire pour être accessibles aux professionnels et aux patients. Sur prescription médicale, les pharmacies distribuent ainsi gratuitement des masques anti-projections. Cependant, la prescription d’anti-viraux, remboursés par la sécurité sociale, ne devra pas être systématique.
  2. Une large information des professionnels de santé et du grand public. Pour les professionnels, un courrier d’information a été envoyé à plus de 80 000 praticiens de ville ; le grand public peut appeler le 0 825 302 302 (0,15 €/min) ou consulter le site www.pandemie-grippale.gouv.fr pour obtenir toutes les informations utiles.

 

L’ESSENTIEL

 

  • Trois mois après la première alerte donnée par l’Organisation Mondiale de la Santé, le seuil des 140 000 cas a été franchi au niveau mondial. En France, l’Institut de veille sanitaire (InVS) dénombre, au 27 juillet 2009, 960 cas. A ce stade, dans notre pays, aucun décès n’a été recensé.
  • L’apparition de foyers de cas groupés sans lien avec un voyage à l’étranger indique un début de circulation active du virus au sein de la population française.
  • Face à cette évolution, Roselyne BACHELOT-NARQUIN a décidé d’adapter la prise en charge des patients : depuis le 23 juillet, les patients présentant des symptômes de la grippe sont invités à contacter de façon prioritaire leur médecin traitant. Parallèlement, le Gouvernement a pris les mesures nécessaires pour être en capacité d’offrir aux Français qui le souhaitent la possibilité de se faire vacciner contre le virus A/H1N1.
  • Face à la grippe A/H1N1, tous les services de l’Etat sont mobilisés et la coordination interministérielle a été renforcée.
  • Durant l’été, le Gouvernement va continuer à préparer notre pays à l’arrivée d’une épidémie de grande ampleur avec un objectif clair : limiter son impact sanitaire et social.

 

LES MÉDECINS SONT-ILS SUFFISAMMENT FORMÉS ?

 

  • Notre pays se prépare à la pandémie grippale depuis plusieurs années. Les professionnels de santé ont donc été informés et formés. A titre d’exemple, en 2006, 300 000 kits de formation, d’information et de communication et fiches ont été diffusés. Les médecins libéraux ont également participé à des sessions de formation, organisées en 2006 et en 2007 dans toutes les régions.
  • Début juillet, Roselyne BACHELOT-NARQUIN a organisé des réunions avec le conseil de l’Ordre, les unions régionales de médecins libéraux (URML) et les syndicats pour préparer l’évolution du dispositif et l’intégration du secteur ambulatoire. Le dispositif a donc été construit et validé en concertation avec les professionnels de santé.
  • Un site Internet dédié aux professionnels de santé (www.grippe.sante.gouv.fr) est également ouvert depuis le 23 juillet. Ce site permet d’informer en temps réel les praticiens de l’évolution des recommandations de prise en charge des patients. Il met aussi à leur disposition une série de fiches « mémo » pour la pratique quotidienne.

 

LES SERVICES DE L’ÉTAT SONT-ILS MOBILISÉS ?

 

  • Pour que ce dispositif soit parfaitement opérationnel, les services de l’Etat sont totalement mobilisés. Sous l’égide du Ministère de l’Intérieur, la coordination interministérielle a d’ailleurs été renforcée :

    1. Les réunions du centre interministériel de crise, placé sous l’autorité du Ministre de l’Intérieur, se tiennent désormais toutes les semaines ;
    2. Sur l’ensemble du territoire, les préfets ont reçu des instructions pour réussir la prise en charge des malades par les médecins libéraux et faire en sorte que la continuité des services de l’Etat et des collectivités territoriales soit pleinement assurée. Une attention particulière est portée aux activités des services de l’Etat qui accueillent des publics nombreux comme ceux relevant de l’éducation nationale.

 

QU’EN EST-IL DES VACCINS ?

 

  • Le Gouvernement a pris les mesures nécessaires pour que tous les Français qui le souhaitent puissent être vaccinés contre la grippe A/H1N1. Trois contrats ont été signés avec les laboratoires GSK, Sanofi-Pasteur et Novartis. Au total, l’Etat a d’ores et déjà commandé 94 millions de doses de vaccin, qui seront disponibles au plus tôt à l’automne.

 

Y A-T-IL DES RAISONS DE S’INQUIÉTER ?

 

  • Aujourd’hui, l’OMS considère que le virus de la grippe A/H1N1 est de virulence modérée, mais très contagieux. Les Anglais estiment que 30% de leur population pourrait être atteinte. Il faut donc se préparer à une épidémie, dont la gravité serait moins individuelle que collective. Individuellement, en règle générale, ce ne serait pas beaucoup plus grave qu’une grippe saisonnière, mais c’est le nombre de malades qui serait un problème de santé publique.
  • Comme l’a indiqué Brice HORTEFEUX, « il n’y a pas de raison de s’inquiéter mais il y a des raisons de se préparer ». Et c’est ce que fait le Gouvernement.
  • Parce que notre pays redoutait l’arrivée d’une pandémie grippale, la France a réalisé depuis plusieurs années un effort considérable pour planifier l’organisation les soins, assurer la formation des professionnels de santé et organiser le maintien de l’activité en cas de pandémie.
  • Le résultat de cette préparation, c’est le plan de prévention et de lutte contre la pandémie grippale qui prévoit pour chaque étape des mesures concrètes pour combattre l’épidémie et assurer la continuité de l’activité nationale. Grâce à ce plan, et selon l’OMS, la France est l’un des pays les mieux préparés au monde.
  • Depuis le début de cette épidémie, le Gouvernement a adapté en permanence et de façon pragmatique son action à la situation, tout en préparant l’étape suivante. Si nous observions une poursuite de l’évolution de l’épidémie dans le courant du mois d’août, le passage en phase 6 du plan gouvernemental pourrait être envisagé.

 

 

 


Luc CHATEL

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Actualité
commenter cet article
9 août 2009 7 09 /08 /août /2009 16:13

L’histoire de Salers continue de s’écrire…

 

 

 

… et c’est au guide touristique Philippe Garrigue que nous le devons. En effet, ce Sagranier pur souche, descendant des officiers de La Ronade n’en fini pas de vous faire découvrir les recoins de la cité Renaissance.

 

« Salers en aquarelles » vous fait voyager en 80 pages sur d’autres horizons. Une complicité d’artiste s’est installée entre l’aquarelliste Alain Delteil et l’historien Philippe Garrigue, qui au gré des pages, ont su capter l’âme de chaque demeure pour vous en offrir les plus beaux atours, en images et en textes.

 

Depuis Louis Jalenques en 1923, aucun guide sur Salers n’avait été écrit, il était temps, surtout afin de corriger quelques imprécisions du fait du temps et d’archives parfois incomplètes.

 

Pierre Moulier, directeur de la Revue du Patrimoine de Haute-Auvergne, auteur de plusieurs ouvrages sur l’architecture religieuse et civile dans le Cantal, préface cet ouvrage avec romance et passion. Tous ceux qui visitent Salers ne peuvent qu’en approuver les lignes qui suivent : « Avec ce bel album, le touriste attentif pourra enfin vivre Salers, et pas seulement visiter un « beau village ». Le pari de restituer une ambiance, cette atmosphère si particulière d'une ville historique au pied des montagnes, posée là comme par miracle, est pleinement réussi. »

Merci donc à ces passionnés de vivre dans un des plus beaux villages de France, et d’offrir au commun des mortels, un avant-gout de paradis.

 

Bonne lecture à tous !

 




« Salers en aquarelles », aux Editions Créer, 80 pages, 2009, 22 €, renseignements et informations chez Philippe Garrigue au 04 71 40 76 18 ou par mail à la Société Historique du Pays de Salers qui transmettra : cgineste@free.fr

 

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Le coin de l'Historien
commenter cet article
30 juillet 2009 4 30 /07 /juillet /2009 19:27



Le Centre National des Indépendants et Paysans a été reçu à Salers pour relancer son mouvement de Jeunes. En 3 jours de débats, les Jeunes CNI, présidés par Jérôme BESNARD ont défini leur plan pour l'année 2010. L'investissement pour les Régionales se lève avec la volonté de faire émerger les jeunes sur des listes. Les tractations avec l'allié historique, l'UMP, pourraient voir des listes acceptant des CNI sur les listes, reste à savoir si cette hypothèse verra le jour et quelles positions occuperaient ces co-listiers !

A suivre !

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Cantonales 2011
commenter cet article
21 juillet 2009 2 21 /07 /juillet /2009 17:38

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Salers - au coeur des projets
commenter cet article