Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Salers au coeur avec Cédric Tartaud-Gineste
  • Salers au coeur avec Cédric Tartaud-Gineste
  • : Salers éternelle, cîté millénaire aux multiples visages et aux mille feux; le XXIème siècle est l'occasion de sonner la Renaissance d'un village qui sommeille depuis trop longtemps ! Ensemble, ayons à coeur de faire revivre Salers
  • Contact

Le Cantal actif

Pour me contacter:

 

 

 

 

Pour consulter mon profil Viadeo, rendez et inscrivez-vous sur :

 

 

Les Institutions Officielles :

 

La Présidence de la République

L'Assemblée nationale

Le Sénat

Le site du Gouvernement

 

Merci pour votre fidélité

Recherche

Archives

L'indispensable

 

Ils s'engagent pour l'interet général et le Cantal en particulier sur la toile:

Vincent DESCOEUR, Président du Conseil général et député du Cantal

Pierre JARLIER, Sénateur-Maire  de Saint-Flour, Président de l'Association des Maires du Cantal

René SOUCHON, ancien Maire d'Aurillac, Président de la Région Auvergne

Nicole MOISSINAC, son blog

François VERMANDE, Conseiller général, son blog

Christiane MISSEGUE, MoDem Cantal

Lightman, passionné de net-économie et d'actualité cantalienne 

Le Cantal - le e-dynamique à l'action: 
 

Comité Départemental Touristique du Cantal

Portail Cantalien

Conseil Général du Cantal

Le site des passionnés du Cantal

Le MEDEF dans le Cantal

Vivre et travailler dans le Cantal

Chambre de Commerce et d'Industrie du Cantal

Préfecture du Cantal 

 

La culture et le patrimoine, vous savez que c'est moins point faible: 

 

Cantal Patrimoine

Association des Amis du Patrimoine de Haute-Auvergne

Société de Haute-Auvergne

Généalogie de la Chataigneraie

Comité d'Histoire et d'Archéologie de Mauriac

Association généalogique APROGEMERE

Le musée Alfred Douet de Saint-Flour

Association du Cézallier - Vallée de la Sianne

Orfèvrerie en Haute-Auvergne

Langues et civilisations auvergnates

Le portail culturel du Canton de Saignes 

 

Le Cantal, terre de ressources et de recueillement

 

Le diocèse de Saint-Flour

Le Prieuré Saint-Jean à Murat

Eglise d'Aurillac

La maison des planchettes 

 

Quelques liens communautaires, culturels, commerciaux et associatifs:

 

L'Union du Cantal

La MONTAGNE - presse régionale

Ca papote entre Auvergnats

Testadaz, fromages, tripoux, jambons

L'Auvergnat de Paris

Le guide des restaurants auvergnats

Les 8 Filiales de la Ligue Auvergnate et du Massif Central

23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 22:14

logo-interne.pngLe Salon de l'Agriculture fête ses cinquante ans en 2013, cinquante années au service de la promotion du monde agricole et rural, cinquante années à présenter la richesse de la terre de France aux citadins.


Depuis un demi-siècle, le Salon International de l’Agriculture rassemble tous les acteurs du monde agricole. Il a été créé autour du Concours Général Agricole des Animaux. Puis, il a grandi et suivi année après année l’évolution de l’agriculture française.
Il rassemble 1300 exposants qui viennent de 22 pays et plus de 4000 animaux. En 2012 ce sont plus de 680 000 visiteurs qui sont venus.
En 2013, le salon fête ses 50 ans autour du concept de « l’agriculture au cœur »… au cœur des hommes… des villes… des arts… et de chacun !

 

La "plus grande ferme de France" accueille depuis ses origines, la race Salers. Voici, d'ores et déjà, tous les sites "auvergnats" que vous pourrez retrouver sur le Salon du 23 février au 1er mars:

 

Bon salon !

 

 

  Raison sociale   Pays Site Web 
 
ALT Sancy Volcans
Stand(s) : 7.2 A 80
 
  FRANCE http://www.sancy-volcans.com
 
AUVERGNE NOUVEAU MONDE hall 7.2
Stand(s) : 7.2 D 77
 
  FRANCE http://www.auvergne-nouveau-monde.fr/info/
 
AUX BONS PRODUITS DU FRAYSSE
Stand(s) : 7.2 F 80
 
  FRANCE  
 
BUTIMIEL
Stand(s) : 7.2 F 78
 
  FRANCE  
 
CANTAL TOURISME
Stand(s) : 7.2 F 77 / 7.2 D 84 / 7.2 D 78
 
  FRANCE http://www.cantalexpansion.fr
 
CATHELAT DENIS
Stand(s) : 7.2 D 71
 
  FRANCE  
 
CHAMBRE D'AGRICULTURE REGIONAL AUVERGNE
Stand(s) : 7.2 A 72 / 7.2 C 71 / 7.2 D 71 / 7.2 F 77 / 7.2 D 83 / 7.2 D 84 / 7.2 D 78 / 7.2 F 78 / 7.2 D 77 / 7.2 A 78 / 7.2 A 71
 
  FRANCE http://www.auvergne.francedesaveurs.com
 
CHASSANG CONFECTION
Stand(s) : 7.1 A 27
 
  FRANCE  
    FRANCE  
 
GROUPE SALERS EVOLUTION
Stand(s) : 7.1 H 17
 
  FRANCE http://www.salers.org
 
L B K, LES BIENFAITS DU KARITE
Stand(s) : 2.2 C 6
 
  FRANCE http://www.lbk-karite.com
    FRANCE  
 
LES CEPENADES
Stand(s) : 7.2 C 74
 
  FRANCE http://www.les-cepenades.com
 
LES PRODUCTEURS DU HAUT ALLIER
Stand(s) : 7.2 C 73
 
  FRANCE  
 
POLYMONDE
Stand(s) : 7.3 M 49
 
  FRANCE http://www.polymonde.fr
 
POLYMONDE
Stand(s) : 2.2 D 15
 
  FRANCE http://www.polymonde.fr
 
POLYMONDE
Stand(s) : 7.2 G 77
 
  FRANCE http://www.polymonde.fr
    FRANCE http://www.produits-allier.com
    FRANCE  
 
SAVEURS ET TRADITIONS DE L'ARZON
Stand(s) : 7.2 D 73
 
  FRANCE http://www.charcuteriedauvergne.fr
Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Les Auvergnats à Paris Où
commenter cet article
15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 16:47

Récemment, Vincent DESCOEUR, président du Conseil général du Cantal, a diffusé sur son blog, une tribune dénonçant l'absence du thème de la ruralité dans le débat présidentiel, c'était également le combat qui avait décidé, Gilles BOURDOULEIX, député-maire de Cholet et président du CNIP, à se présenter à l'élection présidentielle de 2012, mais l'insuffisance de présentateurs l'a obligé à renoncer à cette ambition.

 

Pour autant, la ruralité demeure la grande absente d'un débat présidentiel qui n'en finit pas entre polémiques liées à l'actualité et promesses ubuesques.

 

jpg.jpgDans cette nebuleuse, certaines voix tentent de se faire entendre, ou plutôt de faire entendre la ruralité, c'est le cas de Jean-Christophe GALLIEN, Conseil en communication d'influence, Professeur associé à Paris 1 La Sorbonne et Membre de la SEAP Society of European Affairs Professionals:

 

Nous venons de fêter l'agriculture qui tenait il y a peu son salon. Au delà de la formidable rencontre annuelle entre la France rurale et les populations urbaines, c'est l'occasion de revenir sur le destin d'une quasi oubliée de la campagne présidentielle : la ruralité.

Alors que se prépare le prochain Sommet de Rio sur le destin environnemental de la planète, il faut réaffirmer ici, chez nous, la nécessité et la modernité de la ruralité qui doit devenir le laboratoire d'une nouvelle vie intense et totale dans l'espace naturel.

Comme les métropoles, la terre rurale est une alliée de notre futur. C'est un carrefour de progrès qui se trouve à la jonction du rapport de l'homme à la nature, de notre relation trop souvent conflictuelle, et qui de l'autre côté éprouve notre relation aux technologies et aux changements qui en découlent. La néo-ruralité est, comme la ré-industrialisation, un des grands enjeux de société de notre pays. Elle doit devenir une cause européenne et publique.

 

Quels sont les constituants de cette expérience néo-rurale ?

 

L'heure est à affirmer qu'on vit bien dans la ruralité. On vit confiant et heureux. Et le bonheur est, même pour la Harvard Business Review qui y consacrait un dossier dans son numéro de février, un enjeu de performance et de productivité améliorée.
La néo-ruralité est un poumon naturel et humain face au développement de sociétés de plus en plus agressives, aux respirations privilégiant la vitesse et la pression permanente sur la nature et les êtres et sans égard pour le cadre de vie, la santé, l'éduction, les gens ...
Quel destin économique ? La néo-ruralité doit dépasser l'économie coloniale dans laquelle on crée les matières premières qui sont valorisées ailleurs. L'enjeu est de créer une véritable expérience économique rurale.
Evidemment l'agriculture est au coeur du projet. Mais une agriculture repensée, réinventée dans une stratégie de diversification, de qualité, de proximité des marchés en s'appuyant notamment sur le verdissement de la future PAC. Une agriculture qui doit être valorisée dans une identité forte et affirmée. La transformation agroalimentaire et le patrimoine alimentaire sont ce que la ruralité peut offrir au reste du Monde tant dans la dimension création de valeur économique qu'en terme de plateforme de séduction et de message.
Les produits sont porteurs de revenus et d'emplois mais aussi de saveur, de sympathie et d'identité. On a le territoire en bouche et on a envie de le découvrir. C'est un lien universel, un marqueur d'exigence et de qualité.
L'activité touristique est l'autre pétrole de la nouvelle ruralité. Un vecteur de croissance qui sera encore plus important demain. Un pont aussi pour une future installation. On vient trouver ici ce que l'on ne trouve pas ailleurs.

 

Un nouveau mix énergétique

 

Mais au delà des nécessaires modernisations du tourisme et de l'agriculture, autour desquels il faut imaginer de véritables pôles de compétitivité ruraux, il faut diversifier et insister sur les « emplois verts », dans le transport, la forêt, l'énergie, ... Il faut inventer notamment autour du très haut débit. La haute technologie permettra la valorisation de la terre. Doter la ruralité d'une infrastructure de communication digitale de haut niveau pour assurer la continuité territoriale numérique est un enjeu majeur. Il faut pousser plus loin et engager un débat sur les usages qui font les destins économiques. Télétravail, télémédecine, université virtuelle, médias ...
L'expérience néo-rurale c'est aussi l'invention d'un nouveau mix énergétique visant à conquérir progressivement l'autonomie. Un modèle rural combinant photovoltaïque, éolien, hydraulique, cogénération, transports publiques électriques ... On peut valoriser dans l'espace rural un gisement de valeur et dans 10 ans obtenir la sécurisation énergétique.

 

La qualité de l'enseignement, enjeu central

La qualité de l'enseignement est déjà souvent une grande réussite. L'enjeu est central.
L'offre primaire et secondaire sera décisive dans un contexte de baisse générale de la qualité. Il s'agit de l'un des socles de la future expérience d'une ruralité revisitée. Moyens, sécurité, cadre de travail ... c'est une demande sociétale forte, et demain peut-être un sanctuaire pour l'université elle-même. Le néo-rural sera l'endroit idéal pour bien faire
« pousser » et pousser les jeunes talents.
Dans la fabrication de cette néo-ruralité il y a la nécessité du fait culturel. La culture n'est pas propriété du milieu urbain. L'accès à une culture de qualité est un atout éducationnel et social, c'est aussi un élément fondamental pour l'attractivité et le développement local. Le chemin parcouru depuis 30 ans est réel. Mais les générations bougent. Elles sont toujours plus en appétit et les salles sont pleines.
La sécurité des personnes et des biens est une carte maîtresse de cette ruralité en devenir. Il s'agit d'une des forces les plus discriminantes pour aujourd'hui et encore davantage pour demain face aux évolutions de nos sociétés. Un bien précieux qu'il faut savoir encore bonifier.

 

Simplifier les relations entre les différentes strates de collectivités

 

S'il faut regretter le fait que l'on détricote trop les tissus de la maille publique, il s'agit en même temps de se projeter dans des formes nouvelles à inventer. Il y a besoin d'Etat mais nous devons aussi simplifier la relation entre les différentes strates de collectivités. La ruralité doit trouver davantage d'alliés dans les conseils régionaux. Au delà des
financement, il faut de la confiance, de la lisibilité dans les engagements. Peut être un peu de protection aussi.
La dynamique de construction et de développement d'un mix innovant de réseaux de mobilité routier, ferroviaire ... assurant là aussi une continuité territoriale est essentielle.
C'est un enjeu national et européen.
Au final il s'agit de consolider les réussites de vie des ruraux et d'offrir une nouvelle réponse aux envies, aux attentes, aux rêves d'une partie de la population urbaine déjà en quête d'une vie nouvelle, différente. C'est l'essence même de l'invention d'une nouvelle ruralité qui, si elle ne pourra satisfaire les besoins de tous les individus et de toutes les
séquences de la vie d'une famille, répondra à l'espoir d'un destin personnel ou familial amélioré. Pas d'opposition avec les pôles métropolitains, pas de sanctuaire replié et anorexique, mais une ambition forte et légitime. Empruntant à Steve Jobs, nous disons: « Soyez insatiables. Soyez fous ! Rejoignez la néoruralité! »

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Les Auvergnats à Paris Où
commenter cet article
5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 00:06

Salers au coeur n'a jamais caché son profond attachement aux valeurs défendues par le gaullisme et les bienfaits que la Constitution de la Vème République a apporté à notre Nation (Aménagement du Territoire, renforcement de l'image de la France dans le monde, indépendance énergétique, indépendance de nos colonies, renforcement du pouvoir des exécutifs locaux, héritage de la France Libre, modernisation de l'industrie, développement du secteur tertiaire, promotion de la politique touristique, ...)

 

Georges Pompidou est la cheville ouvrière du volet social de l'action des gaulliste à la tête de l'Etat. Issu d'une famille du Cantal (il est né à Montboudif), d'essence paysanne, celle-ci illustre la méritocratie telle qu'elle se pratiquait sous la IIIème République. Georges Pompidou est la 3ème génération qui concrétise les espoirs et les sacrifices de ses parents.

 

Les sites internet relatant la biographiede Georges Pompidou ne manquent pas. Salers au coeur souhaite rappeler ici, le cantalien qu'est toujours resté Georges, Jean, Raymond Pompidou.

 

Il fit des études brillantes en lettres et n'appartient pas à la caste des gaullistes idéologues qui constituent les rangs des premiers fidèles du Général De Gaulle en 1940, ou qui oeuvrèrent, après le discours de Bayeux, à lancer le RPF.

 

Georges Pompidou a été guidé par la rudesse de la vie de montagne et l'éducation modeste qu'il reçut. Il n'est pas issu de cette "caste" de notables locaux qui détiennent les petits mandats comme des dus sans offrir de perspectives aux territoires, Georges Pompidou était avant tout un visionnaire qui avait un projet de société pour la France, mettant l'agriculture et la ruralité à une place de choix tout en se détachant des vaines polémiques marginales dans lesquelles se perdent tant de petits politiques.

 

Au cours de sa fulgurante carrière, il contribua à rendre hommage à sa terre natale; sa position nous a notamment permis de bénéficier d'aménagements routiers et d'une urbanisation accrue. Il a aussi favorisé la mise en avant des "jeunes loups", pensons ici à Jacques Chirac, Robert Poujade ou Bernard Pons. Georges Pompidou était particulièrement attaché à mettre en avant la jeunesse gaulliste, afin de préparer l'avenir. Là encore, il fut un visionnaire pour notre pays.

 

Tout le monde sait dans quelles circonstances tragiques il disparut.  La France se retrouvait en 1974, orpheline pour une seconde fois et le Cantal perdait l'un de ses hérault, notre département ne profitant par la suite, que de la notoriété des grandes personnalités politiques des départements alentours, Valéry Giscard d'Estaing dans le Puy-de-Dôme et Jacques Chirac en Corrèze.

 

Aujourd'hui, la France honore la mémoire d'un de ses grands hommes, d'origine modeste mais d'une grande culture et d'une ouverture d'esprit qui fait encore des adeptes au XXIème siècle.

 

 

 

2002-05-Papa--Docteur-Bernard-Pons--depute-du-17e-et-anc.jpg

Cédric Tartaud-Gineste et Alain Gineste, aux côtés du député du XVIIème arrondissement,

le ministre Bernard Pons, fidèle de Georges Pompidou, en 2002

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Les Auvergnats à Paris Où
commenter cet article
27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 12:41



L'un des plus anciens organes de presse de France, l'un des plus communautaires qui a permis de maintenir le liens entre les générations et les cultures, a déposé le bilan au mois de Juillet. L'Auvergnat de Paris n'est plus malgré une tentative récente de revenir à sa première vocation, son placement en liquidation judiciaire le comdamne probablement à mort. L'hebdomadaire était un organe de presse bien connu du monde des bistrotiers de la capitale.

Tous les Auvergants de Paris et fils de Bougnats ont été bercé aux nouvelles de ses colonnes, pour ceux qui ne revenaient au pays que l'été, l'Auvergnat de Paris maintenait le lien des nouvelles...

C'est encore un peu la mémoire qui s'étiole avec ce coup d'arrêt...

Le Canard Enchainé a été le premier à rendre publique l'information. Yvon Mézou avait pris la parole lors du dernier
Comité de Haute-Auvergne pour annoncer que ce journal reveanait s'intéresser aux territoires... mais cela sans doute trop tard pour sauver la maison !

En évoquant l'Auvergnat, il me revient en mémoire, la scène d'un Belmondo qui se passe dans un bistrot, et l'on voit au comptoir un acteur noir lisant "l'Auvergnat de Paris" pour prendre des nouvelles du Pays ... quelques années plus tard, alors qu'un ami tenait sa brasserie, j'avais l'Auvergnat sous le bras, un client noir me demande s'il peut le feuilleter, je lui cède volontiers et il me dit en souriant "Je suis un Auvergnat du Sud" ... nous avons été pris d'un fou rire commun et avons parlé chacun de notre attachement à notre terre d'origine.

L'Auvergnat, c'était cela, le lien et le partage, tous les bons zincs de la capitale l'affichaient fièrement à leur clientèle et cela se lisait comme un feuilleton hebdomadaire, sauf que là, c'était la vie des gens que nous connaissions qui s'étalait.

Et c’était exactement ce qu’avait voulu Louis Bonnet, fils d’un imprimeur aurillacois, lorsqu’il avait fondé le journal le… 14 juillet 1882.
 

Cela dit, L’Auvergnat de Paris ne se limitait pas à ce lien affectif et à ce rôle de ciment de la communauté. Très vite, il est devenu l’organe de presse indispensable des restaurateurs et des limonadiers* de la capitale, de ces légendaires patrons de café-charbon moustachus et rudes à la tâche dont une large majorité provenait des départements du Massif Central.

L’hebdomadaire, de nouveau en difficulté, a été repris en juillet 2008 par Yvon Mézou, président de la holding professionnelle Bistrots & Comptoirs. Le nouveau patron a tenté de revenir aux fondamentaux, et notamment à la forte empreinte identitaire qui a marqué l’histoire du journal durant des décennies de gestion par Louis Bonnet puis ses héritiers. En vain : devant l’accumulation des pertes (300 000 euros par an), L’Auvergnat de Paris a déposé le bilan le 23 juillet 2009. Le 6 août, il était mis en liquidation judiciaire par le Tribunal de Commerce de Paris. Désormais, le vieux journal de Louis Bonnet, compagnon fidèle des bougnats depuis… 127 ans, ne répond plus. 
Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Les Auvergnats à Paris Où
commenter cet article
20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 18:40

Prochain dîner-débat du Comité de la haute Auvergne
mardi 27 mai 2008

Mettez un tigre dans l'offre Auvergne !


Présidé par Hugues-Arnaud Mayer

docteur en pharmacie, ancien élève d'HEC,
vice-président du Medef, membre du conseil exécutif et du bureau national,
président de la commission "développement des territoires" du Medef,
président du Medef-Auvergne, président de la Financière du Pont-Rouge,
président de la société Abeil (Aurillac, n° 1 français des couettes et oreillers),
expert SME auprès de la Commission européenne.

L'Auvergne, 7° région industrielle de France, dispose d'un potentiel extraordinaire mais mal connu des investisseurs, des chefs d'entreprises et des Auvergnats eux-mêmes. Qui se souvient que la pharmacie est le premier exportateur d'Auvergne, devant le pneumatique et l'agro-alimentaire ?  Il est temps de tuer les clichés surannés et de présenter l'Auvergne pour ce qu'elle est, et ce qu'elle mérite d'être. Merci à vous tous d'en être les acteurs convaincus et généreux.

Le dîner aura lieu au "Cercle républicain"
5 avenue de l'Opéra, Paris 1° (métro Palais-Royal)
accueil-apéritif à partir de 19:30 - dîner à 20:15
Déroulement du dîner [
voir]

Bulletin d'inscription à renvoyer avec votre participation [
imprimer].

MERCI A TOUS DE VOTRE ENTHOUSIASME, DE VOS COMPETENCES, ET DE VOTRE ENERGIE A FAIRE DE L'AUVERGNE (Allier, Cantal, Haute-Loire et Puy-de-Dôme) UN PAYS DOTE D'UNE IDENTITE, DE LAQUELLE IL PUISERA LES FORCES NECESSAIRES A SON RENOUVEAU ECONOMIQUE ET CULTUREL. VOTRE ENGAGEMENT FERA DE L'AUVERGNE CE QU'ELLE MERITE D'ETRE.
www.comite-haute-auvergne.org

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Les Auvergnats à Paris Où
commenter cet article
15 novembre 2007 4 15 /11 /novembre /2007 23:32

Comité d’histoire du Conseil d’État et
de la juridiction administrative
 
 
 
 

 

Conférence de
Monsieur Édouard BOUYÉ,
conservateur du patrimoine,
directeur des Archives départementales du Cantal.
 
Félix Esquirou de Parieu,
vice-président du Conseil d'Etat et
grand notable cantalien (1815-1893)
 
Lundi 26 novembre 2007 à 18 heures
Salle de l’assemblée générale
 
 
Participation libre (se munir d’une carte d’identité).
Tous renseignements au 01 40 20 81 32
Repost 0
Published by Edouard BOUYE - dans Les Auvergnats à Paris Où
commenter cet article
26 mai 2007 6 26 /05 /mai /2007 13:53

25/05/2007 - Propos recueillis par Saïd Mahrane - Rubrique coordonnée par Valérie Peiffer - ©

 
Si Alain Marleix avait un slogan, il tiendrait en trois mots : « France, découpage, investiture ». Donnez-lui le nom d’un village, il vous dira la circonscription, la préfecture, le nom du président de la communauté d’agglomération et ajoutera celui du député européen élu dans la région. Un logiciel électoral à deux jambes et surtout à une tête. Chargé des investitures à l’UMP, cet ancien journaliste est l’un des meilleurs connaisseurs de la carte électorale. C’est au RPR, entre 1980 et 1993, qu’il apprend le métier comme chargé des élections. Fort de cette expérience, il est appelé en 2004 par Nicolas Sarkozy qui le nomme secrétaire national aux investitures.

Lepoint.fr : Avec un nombre si important de députés sortants, comment avez-vous géré les mécontentements des candidats non retenus ?

Alain Marleix : Nous comptons en effet 365 députés sortants. Et parmi eux rares sont ceux qui ne se représentent pas. Balladur et Pandraud font partie de ces députés, et nous avons décidé de ne pas en investir trois ou quatre pour des raisons stratégiques. Ce ne fut pas simple, mais la commission des investitures a su faire preuve d’écoute et de dialogue. D’autant que c’est la première campagne des législatives au titre de l’UMP, il a donc fallu satisfaire toutes les tendances : centristes, radicaux, libéraux… Dans l’ensemble, et de l’avis de Nicolas Sarkozy, nous avons fait un sans-faute.

Nicolas Sarkozy a-t-il été interventionniste dans le choix des candidats ?

Non, il ne m’a jamais demandé de favoriser untel ou untel en fonction de ses affinités. Je n’ai subi aucune pression de sa part ou de quelqu’un d’autre d’ailleurs. En revanche, il m’est arrivé de l’appeler pour lui demander des conseils d’ordre stratégique sur certains cas.

En matière de parité hommes-femmes, vous êtes encore loin derrière le PS…

C’est vrai, mais cette fois-ci nous paierons moins d’amendes, car nous avons nettement progressé, en passant de 18 % de femmes en 2002 à 30 %. Par ailleurs le PS fait beaucoup d’esbroufe dans ce domaine. Ses accords pour les législatives avec les proches de Chevènement, les Verts et les radicaux de gauche se sont faits aux dépens des candidatures féminines, la variable d’ajustement. Au cours de nos investitures, nous avons voulu plus de femmes mais aussi plus de candidats de la diversité française, qui sont au nombre de vingt-quatre avec les suppléances, et dans des circonscriptions parfaitement gagnables.

Craignez-vous un nombre élevé de triangulaires avec des candidats du FN ?

Non, le Front national s’est beaucoup réduit. Il n’y en aura pas plus d’une quinzaine. Je suis plutôt serein.

Roger Karoutchi a été nommé secrétaire d’Etat chargé des relations avec le Parlement. Etes-vous déçu de ne pas avoir obtenu le poste ?

J’aurais bien aimé… Mais Roger Karoutchi est un homme compétent, qui connaît parfaitement bien le Parlement. Je lui souhaite donc bonne chance.
Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Les Auvergnats à Paris Où
commenter cet article
23 mai 2007 3 23 /05 /mai /2007 21:01

A la demande de la branche Jeune de la Ligue Auvergnate de Paris, j'ai l'honneur de vous annoncer la prochaine: 

SOIREE PLAGE DES JEUNE AUVERGNATS DE PARIS
(du sable, du sable et encore du sable... 3 tonnes de sable !)
Rendez-vous sur le site internet de l'association (en cliquant sur l'image) pour tout savoir !!!

RVE4-banner-v2.jpg


Ci-dessous le Message du Vice-Présdent de BWA avec toutes les informations et bien évidemment que je me fais le relais de cette information, la force des Auvergnats, c'est la solidarité !




Bonjour Cédric,
 
B.W.A., l’association des Jeunes Auvergnats à Paris, Filiale Jeunes de la Ligue Auvergnate et du Massif Central, organise, le samedi 16 juin prochain, en partenariat avec les Rabalaïres et l’équipe Nuit Arverne Jeune, la 4ème édition de son événement phare :
 
Cet événement d’exception réunira quelques 400 de nos jeunes (18 – 35 ans) compatriotes.
 
La soirée plage B.W.A. est devenue célèbre au sein du mouvement des Jeunes Auvergnats à Paris par son ampleur : 6 tonnes de sable et une végétation luxuriante viennent, le temps d’une nuit, reconstituer une véritable plage au cœur de la capitale.
 
Je me permets de te solliciter afin de relayer l’information auprès des visiteurs de ton blog salers-au-coeur.over-blog.org, et mets à ta disposition en pièces jointes les documents suivants :
-        le flyer provisoire
-        le communiqué de presse
-        un bandeau que nous te serions reconnaissants de placer provisoirement sur ton site Internet avec un lien vers bwa.asso.fr.
 
En te remerciant par avance de ta réponse que j’espère vivement positive, je me tiens bien évidemment à ta disposition pour tout complément d’information.
 
Bien amicalement,
 
Laurent.
 
---
Laurent Bienvenu
Vice-Président
------------------------------------------------------------
B.W.A. - L'association des Jeunes Auvergnats à Paris
------------------------------------------------------------
www.bwa.asso.fr (le clédou)
Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Les Auvergnats à Paris Où
commenter cet article