Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Salers au coeur avec Cédric Tartaud-Gineste
  • Salers au coeur avec Cédric Tartaud-Gineste
  • : Salers éternelle, cîté millénaire aux multiples visages et aux mille feux; le XXIème siècle est l'occasion de sonner la Renaissance d'un village qui sommeille depuis trop longtemps ! Ensemble, ayons à coeur de faire revivre Salers
  • Contact

Le Cantal actif

Pour me contacter:

 

 

 

 

Pour consulter mon profil Viadeo, rendez et inscrivez-vous sur :

 

 

Les Institutions Officielles :

 

La Présidence de la République

L'Assemblée nationale

Le Sénat

Le site du Gouvernement

 

Merci pour votre fidélité

Recherche

Archives

L'indispensable

 

Ils s'engagent pour l'interet général et le Cantal en particulier sur la toile:

Vincent DESCOEUR, Président du Conseil général et député du Cantal

Pierre JARLIER, Sénateur-Maire  de Saint-Flour, Président de l'Association des Maires du Cantal

René SOUCHON, ancien Maire d'Aurillac, Président de la Région Auvergne

Nicole MOISSINAC, son blog

François VERMANDE, Conseiller général, son blog

Christiane MISSEGUE, MoDem Cantal

Lightman, passionné de net-économie et d'actualité cantalienne 

Le Cantal - le e-dynamique à l'action: 
 

Comité Départemental Touristique du Cantal

Portail Cantalien

Conseil Général du Cantal

Le site des passionnés du Cantal

Le MEDEF dans le Cantal

Vivre et travailler dans le Cantal

Chambre de Commerce et d'Industrie du Cantal

Préfecture du Cantal 

 

La culture et le patrimoine, vous savez que c'est moins point faible: 

 

Cantal Patrimoine

Association des Amis du Patrimoine de Haute-Auvergne

Société de Haute-Auvergne

Généalogie de la Chataigneraie

Comité d'Histoire et d'Archéologie de Mauriac

Association généalogique APROGEMERE

Le musée Alfred Douet de Saint-Flour

Association du Cézallier - Vallée de la Sianne

Orfèvrerie en Haute-Auvergne

Langues et civilisations auvergnates

Le portail culturel du Canton de Saignes 

 

Le Cantal, terre de ressources et de recueillement

 

Le diocèse de Saint-Flour

Le Prieuré Saint-Jean à Murat

Eglise d'Aurillac

La maison des planchettes 

 

Quelques liens communautaires, culturels, commerciaux et associatifs:

 

L'Union du Cantal

La MONTAGNE - presse régionale

Ca papote entre Auvergnats

Testadaz, fromages, tripoux, jambons

L'Auvergnat de Paris

Le guide des restaurants auvergnats

Les 8 Filiales de la Ligue Auvergnate et du Massif Central

14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 02:17

_0311.jpgUne fois n'est pas coutume, Salers au coeur va vous parler de Paris, mais surement pas pour glorifier la capitale ! Mais surtout pour pointer l'état désastreux des transports en commun ferrés (les Transiliens) et surtout la maintenance scandaleuse et l'amateurisme en terme de communication interne, mais reprenons par les faits !

 

Ce soir, à 00H32, Gare de Lyon, un train nommé ROVO (RER D) doit partir en direction de Corbeil-Essonne. Avec 2 minutes de retard, le train s'élance .... sur un kilomètre jusqu'à temps de sortir du tunnel en béton en direction de son premier arrêt: Maisons-Alfort/Alfortville... D'emblée, le train roule lentement et freine soudainement sans explications, alors qu'à son bord, on dénombre pas loin de 150 usagers. Quelques minutes passent, jusqu'à temps d'entendre le conducteur dire "nous allons repartir. Certes en pleine journée ce n'est pas très grave, un peu embêtant mais à presque 1H du matin, ça peut devenir franchement handicapant.

 

La situation va rester inextricable pendant une heure, sans que les usagers ne reçoivent aucune explication sur le problème, le conducteur promettant au mieux que nous allions revenir sur la Gare de Lyon (soit au point de départ), pour finalement totalement perdre son sang-froid, hurlant dans l'interphone que nous devions garder notre calme... une grande inquiétude a saisi les usagers, se demandant si cette personne avait toutes les compétences pour conduire ce train (nous ne parlerons pas de "pilotage").

 

Face au mutisme de cet employé, certains usagers se sont énervés jusqu'à tenter de forcer la porte du poste de pilotage, frappant avec leurs pieds afin de la faire sortir de ses gonds; si le matériel est robuste, il n'aurait sûrement pas duré toute la nuit ...

 

Face à la grogne légitime de la "France qui se lève tôt", le conducteur a promis qu'un train de correspondance serait assuré à la Gare de Lyon mais cela ne nous disait pas quand on y arriverait, il était déjà 1H25...

 

Certains usagers ont décidé de tirer le signal d'alarme pour descendre sur les voies afin de rentrer à pieds, Gare de Lyon, craignant de manquer les ultimes correspondances (il est de notoriété publique que l'on ne peut pas compter sur la communication interne de la SNCF et la suite du message va le confirmer).

 

Après une heure de panne, le train repart donc dans l'autre sens, direction son point de départ, le conducteur nous annonçant qu'une correspondance sera voie 3, soit juste à côté de notre stationnement voie 1, en direction de Corbeil...

 

A l'arrivée, un comité d'accueil, pas moins de 25 employés de la police ferroviaire, ces derniers vont alors nous expliquer que le train "d'à côté" ne va pas du tout vers Corbeil mais vers Melun, et qu'il faut "grimper" vers les Grandes lignes pour espérer avoir une correspondance, il est alors 1H34... Et on apprend déjà que l'information donnée par le conducteur ne correspond pas du tout à la réalité ... c'est normal, c'est la SNCF...

 

Alors, les usagers doivent entamer une course poursuite dans les couloirs déserts de la Gare de Lyon, au pas de course, pour entendre, alors qu'ils sont encore dans l'escalier qui va vers la voie 5, le sifflet de départ du RER D ROPO... une levée de hurlements et de pas de course se fait entendre, et quelques usagers foncent pour bloquer les portes, en effet, près de 150 personnes étaient à bord du premier RER et nous ne sommes plus qu'une trentaine, les autres se sont perdus à cause des informations contradictoires de la SNCF.

 

L'agent de la SNCF sur le quai, qui siffle, se fiche littéralement des retardataires, au mieux, il n'est pas informé du problème mais son comportement binaire ne l'incite pas à réfléchir (ou son envie de finir le boulot... de service public, le presse), les gens lui disent qu'il y a encore d'autres personnes qui arrivent et notamment une femme enceinte qui ne peut pas courir, et là que rétorque-t-il? "Il ne faut pas prendre le train", s'ensuit un flot d'insultes, les usagers le prévenant qu'ils sont prêts à utiliser le signal d'alarme s'il n'attend pas les gens, finalement quelques personnes, dont cette femme enceinte de 8 mois et demi, parviendront à monter dans le train, sur l'insistance des usagers et pas du tout sur le professionnalisme de l'agent de la SNCF.

 

Cette situation peut paraître anecdotique depuis le Cantal, qui subit l'enclavement en terme de transports, mais elle pointe aussi un sujet plus grave, qui touche les grandes agglomérations et leur gestion des transports en commun, et pas uniquement sur le plan des Délégations de Services Publics.

 

Passe encore que le conducteur du premier RER soit démuni face à une panne, son manque de sang-froid révèle un manque de tempérance qui pourrait être dangereux face à une situation périlleuse, la maintenance de ce RER semble avoir été mal traitée (que dire d'une même situation en heure de pointe en pleine canicule?). Ce qui est par contre scandaleux, c'est le comportement insultant à l'égard des usagers de l'agent du deuxième RER, sifflant, se fichant totalement des récriminations des usagers.

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Technologies
commenter cet article
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 16:38

logo_asn.pngDevant l'affluence de questions, l'Autorité de sûreté nucléaire française, l'ASN, a décidé la mise en place d'un numéro unique pour répondre aux questions et aux inquiétudes des Français concernant le "nuage" radioactif de Fukushima. Il s'agit du 0805.33.34.35.

 

L’ASN fait le point sur la situation de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi et sur la situation des masses d’air en France. Aucune radioactivité anormale n’a été décelée à ce jour et aucun impact sanitaire n’est attendu en France. Les travaux en vue d’alimenter les installations en électricité progressent .

I. Situation des masses d’air en France

La radioactivité émise par la centrale de Fukushima au Japon s’est répandue et s’est diluée dans la plus grande partie de l’hémisphère nord. Les modélisations ont estimé leur arrivée en France métropolitaine à la date du 23 mars. Comme anticipé, les balises radiamétriques Téléray n’ont pas détecté de hausse de la radioactivité par rapport à la normale, tant en métropole qu’outre-mer.

En complément des mesures de débit de dose réalisées par les balises Téléray, des analyses plus précises, réalisées en laboratoire sur les poussières présentes dans l’atmosphère, sont en cours. Les résultats, qui seront disponibles dans quelques jours, seront rendus publics sur les sites précités.

Toutes les analyses menées dans le monde, notamment au Etats-Unis, concernés quelques jours avant la France, permettent de confirmer, ainsi que l’annonçaient les autorités, les experts mais aussi plusieurs associations, que ces masses d’air sont sans aucune conséquence sur la santé des personnes.

Aucune mesure de précaution particulière n’est à prendre pour le public ou les personnes fragiles tant en France métropolitaine que dans les départements et territoires d’outre mer.

Le système de surveillance Téléray géré par l’IRSN permettant de détecter instantanément l’augmentation de la radioactivité dans l’air est consultable sur le site internet de l’IRSN www.irsn.fr.

Afin de compléter ces informations et de répondre aux questions relatives à la masse d’air, à l’exposition globale ou encore aux exportations, l’ASN a ouvert une rubrique Questions fréquentes sur son site www.asn.fr. L’ASN ouvre également un centre d’information du public joignable par téléphone au 08.05.33.34.35 (appel non surtaxé depuis une ligne fixe).

Des explications sur la mesure de la radioactivité dans l’environnement sont également disponibles sur le site mis en place par l’ASN et de l’IRSN www.mesure-radioactivite.fr.

 

II. Conséquences radiologiques de l’accident au Japon

Au Japon, les rejets provenant de la centrale de Fukushima Daiichi ont entraîné des dépôts de radioactivité au sol et sur les végétaux dans la région. Les premières mesures réalisées par les autorités japonaises indiquent une contamination en Iode 131 et en Césium 137 de l’eau, des végétaux et des aliments, conduisant à dépasser dans certains cas les valeurs admissibles pour les denrées alimentaires définies par la réglementation japonaise. Les valeurs les plus élevées sont relevées dans les légumes à feuilles comme les épinards.

La radioactivité ambiante a légèrement augmenté dans la région de Tokyo mais elle reste faible. Des valeurs de contamination surfacique, relevées dans un quartier de Tokyo, ont sensiblement augmenté du fait de la pluie le 22 mars et restent à présent stables.

Par ailleurs, des mesures dans l’eau de consommation de la ville de Tokyo ayant mis en évidence une concentration en iode supérieure aux normes maximales admissibles pour les nourrissons, le gouvernement japonais avait restreint l’usage de cette eau pour les jeunes enfants le 23 mars. Les dernières informations communiquées par l’Ambassade de France au Japon indiquent une baisse de ces valeurs de contamination, ce qui a conduit les autorités japonaises à lever ces mesures de précaution.

Des prélèvements d’eau de mer supplémentaires sont prévus dans les prochains jours.

 

III. Situation de la centrale de Fukushima

Les débits de dose dans les enceintes de confinement des réacteurs n° 1 à 3 restent très élevés, ce qui ralentit les travaux électriques.

Le 23 mars, l’instrumentation de mesure de la température en surface de la cuve est redevenue disponible pour les réacteurs n° 1, 2 et 3. Les salles de commande des réacteurs sont alimentées électriquement et la lumière a été retrouvée.

Les réacteurs n° 5 et 6 sont également alimentés par le réseau électrique.

Dans le réacteur n°1, à la suite de l’augmentation de température de la cuve et de la pression du réacteur et de l’enceinte, le débit d’injection d’eau de mer a été augmenté de 2 à 18 m3/h via un réseau complémentaire au réseau incendie, ce qui a permis de faire baisser la température.

L’exploitant Tepco poursuit par ailleurs l’injection d’eau de mer pour refroidir les réacteurs n°2 et 3. Un circuit de réfrigération normal est en cours de remise en service sur le réacteur n°3.

L’injection d’eau se poursuit dans les piscines de combustibles usés des réacteurs n°2, 3 et 4 .

Tepco tentera de restaurer le système de refroidissement de la piscine n°3 le 24 mars et celui de la piscine n°1 le 25 mars.

 

 

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Technologies
commenter cet article
15 décembre 2007 6 15 /12 /décembre /2007 13:21

Le gouvernement a formulé, le 13 décembre, une douzaine de propositions pour accélérer le développement du très haut débit en France, notamment celle d'imposer l'installation de la fibre optique dans les immeubles neufs. Hervé Novelli, secrétaire d'Etat en charge des entreprises et du commerce extérieur, a présenté ces mesures lors d'un comité de pilotage du très haut débit.

Parmi les propositions du gouvernement, figure une proposition législative imposant le pré-câblage en fibre optique des immeubles neufs, comme c'est déjà le cas pour le téléphone. Les pouvoirs publics souhaitent aussi faciliter l'accès des copropriétaires à la fibre en s'inspirant du "droit à l'antenne". Ce droit fait partie de la Convention des Droits de l'Homme qui consacre le droit de recevoir des programmes de télévision. Les autres mesures législatives concernent l'instauration de conventions type entre copropriétés et opérateurs de télécoms pour l'installation et l'exploitation de la fibre. Le gouvernement va aussi élargir les pouvoirs de l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) afin d'éviter "l'anarchie" dans les immeubles, a affirmé Hervé Novelli.
Les propositions de mesures législatives sont soumises à consultation publique jusqu’au 15 janvier 2008 sur le site du ministère.

L’Association des régions de France (ARF) indique quant à elle, dans un communiqué publié le 14 décembre, qu'elle "souscrit à la volonté exprimée par le gouvernement et de nombreux opérateurs d’assurer une réelle mutualisation des réseaux de fibres optiques". Mais les élus régionaux estiment que "l’intervention publique ne doit pas reposer sur les seules collectivités territoriales, l’Etat doit s’engager à leurs côtés pour répondre à cette ambition de dimension nationale". L'ARF souligne "le changement de nature et de dimension de l’investissement pour la couverture THD du territoire français : les coûts seront nettement supérieurs et le pays ne peut s’offrir le luxe d’investissements en ordre dispersé".
Dans un communiqué du 14 décembre, l’Association des villes et collectivités pour les communications électroniques et l’audiovisuel (avicca) estime pour sa part que cette réunion «marque une nouvelle étape dans l’amélioration du cadre global pour le très haut débit».
«Avec l’ouverture des fourreaux de l’opérateur historique, ces mesures pourront avoir un impact sur la moitié de la population», se réjouit l’Avicca. L’association souhaite d’ores et déjà «organiser la ‘montée en débits’ de l’autre moitié, qui représente 90% du territoire, parallèlement au fibrage des zones très urbanisées».
L’Avicca est intervenue lors du Comité pour qu’un groupe de travail spécifique soit créé, afin d’élaborer l’écosystème qui permettra la généralisation du très haut débit à tout le territoire.

Pour aller plus loin, télécharger :
1. Le dossier de presse et le communiqué du Minefi
2. les communiqués de presse complets
- De l’Avicca
- De l’ARF

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Technologies
commenter cet article
9 décembre 2007 7 09 /12 /décembre /2007 23:21

L'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) a publié, le 28 novembre, ses recommandations sur le déploiement du très-haut-débit, au terme de ses consultations publiques sur la situation concurrentielle des fourreaux et la mutualisation de la partie terminale des réseaux de boucle locale fibre.

Compte tenu des coûts de déploiement de la fibre optique jusqu'à l'abonné (plus de 10 milliards d'euros) et des risques d'un déploiement anarchique, voire de la constitution de monopoles locaux, l'Arcep estime indispensable une mutualisation des infrastructures. Cette option nécessite cependant une modification de la législation.

La loi pourrait instituer une obligation pour les opérateurs de mutualiser la partie terminale de leur réseau en fibre et confier à l'Arcep la mission de définir les modalités de mutualisation et d'en garantir le respect par les opérateurs. Par ailleurs, pour faciliter l'équipement des immeubles, l'Arcep propose d'instaurer un «droit à la fibre» calqué sur le droit d'antenne et d'imposer un pré-équipement des immeubles neufs.

En matière de réseau de desserte, «l'Autorité veillera à ce que l'ensemble des opérateurs aient accès dans des délais rapprochés à ce génie civil dans des conditions équivalentes». L'autorité insiste aussi sur le «rôle déterminant des collectivités» dans le déploiement du très-haut-débit (mise à disposition des opérateurs des informations locales, coordination des travaux de génie civil, etc.).

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Technologies
commenter cet article
29 novembre 2007 4 29 /11 /novembre /2007 23:37


L'implantation d'une éolienne, ou de toute autre construction ne générant pas de surface de plancher, n'est soumise à aucune autorisation au titre de l'urbanisme lorsque ces constructions ont une hauteur inférieure à 12m.
Un refus d'autorisation d'urbanisme ne pourrait être fondé sur les problèmes de voisinage susceptibles d'être créés, ceux-ci ne relevant pas de la législation de l'urbanisme mais des relations civiles entre les propriétaires.
Réponse à la question écrite n°1686 de Jean-Louis Masson
Publiée au JO du Sénat du 15 novembre 2007

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Technologies
commenter cet article
27 novembre 2007 2 27 /11 /novembre /2007 23:30
 
 

L'Association des maires de France (AMF) a présenté, le 22 novembre, une "charte des maires pour l'environnement", soumise à la signature des élus qui s'engagent à agir "pour le bien-être des générations futures".
La Charte contient plusieurs engagements : promouvoir la sobriété énergétique, économiser les ressources et lutter contre les changements climatiques (arrêt de la consommation de fuel, à l'horizon 2015, pour le chauffage des bâtiments publics, véhicules municipaux "propres"...), maitriser l'urbanisme, diversifier l'offre de transports publics, préserver les ressources naturelles et la biodiversité, "conduire des politiques municipales écologiquement responsables" (clauses environnementales dans les marchés publics.).
Le ministre de l'Ecologie, Jean-Louis Borloo, a affirmé le 22 novembre devant le congrès qu'il "souscrit à 200% à cette charte", lancée avant le Grenelle de l'environnement mais qui s'inscrit, selon lui, dans la même démarche.
Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Technologies
commenter cet article
7 septembre 2007 5 07 /09 /septembre /2007 18:40

A partir du 13 septembre, à 6 heures, de nombreuses chaînes locales de la télévision numérique terrestre (TNT) deviendront disponibles aux téléspectateurs équipés, dans plusieurs régions, a indiqué, le 5 septembre, le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA).
Cette diffusion sera rendue possible par la recomposition des multiplex de la TNT, décidée le 19 décembre 2006, qui deviendra effective à cette date. En conséquence, les 18 chaînes locales actuellement diffusées en mode analogique seront simultanément diffusées en numérique. La liste complète de ces chaînes figure sur le site du CSA.
Dans certaines zones, la recomposition des multiplex permettra un second décrochage régional de France3.
La chaîne FranceO, destinée aux métropolitains originaires d'outre-mer, pourra désormais être diffusée en Ile-de-France.
Les nouvelles télévisions locales que le CSA vient d'autoriser en Ile-de-France - 3 canaux à temps plein pour Côté Seine, IDF1 et LTF et un canal partagé pour Demain IDF, BDM TV, Cinaps TV et Télé bocal - devraient être en mesure d'émettre d'ici à la fin de l'année.
Par ailleurs, le Conseil a ouvert une consultation publique préalable au lancement d'appels à candidatures pour de nouvelles télévisions locales diffusées en numérique, qui compléteront l'offre de services locaux.

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Technologies
commenter cet article
31 juillet 2007 2 31 /07 /juillet /2007 21:42

• A noter dans votre agenda : RuraliTIC 2007, les 29 et 30 août 2007 à Aurillac

 
Vincent DESCOEUR Vincent DESCOEUR
Président du Conseil Général du Cantal


Universités d'été de l'administration électronique en monde rural
La première édition du Forum RuraliTIC organisé avec l’appui du Conseil Général du Cantal mais également du Conseil régional...
Jean-Michel ASTIER Jean-Michel ASTIER
Président du Comité Scientifique


Les technologies de l'Information et de la Communication
Depuis peu de temps, les Technologies de l'Information et de la Communication sont le vecteur essentiel de la revitalisation du monde rural. Plus qu'une fenêtre ouverte sur le monde,...
Gérard PELLETIER Gérard PELLETIER
Président de l'AMRF

Edito de Gérard Pelletier, Président de l'AMRF
Le développement de nos territoires ruraux passera à l’avenir par les TIC. Certains pionniers ont déjà montré la voie dans des domaines très...
André MARCON André MARCON
Président de l'UCCIMAC

LES ENJEUX DE L’ADMINISTRATION ELECTRONIQUE POUR LES TERRITOIRES RURAUX EN MASSIF CENTRAL
Edito d'André Marcon, Président de l'UCCIMAC Notre société vit une profonde mutation. L’arrivée des technologies numériques est en train de bouleverser l’organisation de nos vies sociale,...
Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Technologies
commenter cet article
25 juin 2007 1 25 /06 /juin /2007 09:43

"Le Courrier des maires et des élus locaux", "Profession territoriale" et l'Association des maires ruraux de France (AMRF) lancent une enquête nationale sur «les élus ruraux et les TIC». Les résultats de cette recherche seront présentés lors des universités d'été des TIC dans les territoires ruraux (Ruralitic), organisées les 29 et 30 août, à Aurillac (Cantal). Couverture haut débit, impact d'internet sur la modernisation des services publics, relations avec les citoyens, usage de l'internet par les élus, ce questionnaire, téléchargeable, doit être retourné avant le 31 juillet 2007.

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Technologies
commenter cet article
12 juin 2007 2 12 /06 /juin /2007 09:20

Elles s'organisent, tout cela au sein des AD du Cantal à Aurillac, vous pouvez retrouver sur la page wiki de cantalpassion un excellent article, très bien rédigé par le directeur des AD en personne, Edouard Bouyé.

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Technologies
commenter cet article