Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Salers au cœur avec Cédric Tartaud-Gineste

Salers, cîté millénaire pétrie d'histoires et de traditions; le XXIème siècle sonnera sa Renaissance ! Ensemble, ayons à cœur de faire revivre Salers

La maintenance déplorable du RER D (et encore on reste poli...)

_0311.jpgUne fois n'est pas coutume, Salers au coeur va vous parler de Paris, mais surement pas pour glorifier la capitale ! Mais surtout pour pointer l'état désastreux des transports en commun ferrés (les Transiliens) et surtout la maintenance scandaleuse et l'amateurisme en terme de communication interne, mais reprenons par les faits !

 

Ce soir, à 00H32, Gare de Lyon, un train nommé ROVO (RER D) doit partir en direction de Corbeil-Essonne. Avec 2 minutes de retard, le train s'élance .... sur un kilomètre jusqu'à temps de sortir du tunnel en béton en direction de son premier arrêt: Maisons-Alfort/Alfortville... D'emblée, le train roule lentement et freine soudainement sans explications, alors qu'à son bord, on dénombre pas loin de 150 usagers. Quelques minutes passent, jusqu'à temps d'entendre le conducteur dire "nous allons repartir. Certes en pleine journée ce n'est pas très grave, un peu embêtant mais à presque 1H du matin, ça peut devenir franchement handicapant.

 

La situation va rester inextricable pendant une heure, sans que les usagers ne reçoivent aucune explication sur le problème, le conducteur promettant au mieux que nous allions revenir sur la Gare de Lyon (soit au point de départ), pour finalement totalement perdre son sang-froid, hurlant dans l'interphone que nous devions garder notre calme... une grande inquiétude a saisi les usagers, se demandant si cette personne avait toutes les compétences pour conduire ce train (nous ne parlerons pas de "pilotage").

 

Face au mutisme de cet employé, certains usagers se sont énervés jusqu'à tenter de forcer la porte du poste de pilotage, frappant avec leurs pieds afin de la faire sortir de ses gonds; si le matériel est robuste, il n'aurait sûrement pas duré toute la nuit ...

 

Face à la grogne légitime de la "France qui se lève tôt", le conducteur a promis qu'un train de correspondance serait assuré à la Gare de Lyon mais cela ne nous disait pas quand on y arriverait, il était déjà 1H25...

 

Certains usagers ont décidé de tirer le signal d'alarme pour descendre sur les voies afin de rentrer à pieds, Gare de Lyon, craignant de manquer les ultimes correspondances (il est de notoriété publique que l'on ne peut pas compter sur la communication interne de la SNCF et la suite du message va le confirmer).

 

Après une heure de panne, le train repart donc dans l'autre sens, direction son point de départ, le conducteur nous annonçant qu'une correspondance sera voie 3, soit juste à côté de notre stationnement voie 1, en direction de Corbeil...

 

A l'arrivée, un comité d'accueil, pas moins de 25 employés de la police ferroviaire, ces derniers vont alors nous expliquer que le train "d'à côté" ne va pas du tout vers Corbeil mais vers Melun, et qu'il faut "grimper" vers les Grandes lignes pour espérer avoir une correspondance, il est alors 1H34... Et on apprend déjà que l'information donnée par le conducteur ne correspond pas du tout à la réalité ... c'est normal, c'est la SNCF...

 

Alors, les usagers doivent entamer une course poursuite dans les couloirs déserts de la Gare de Lyon, au pas de course, pour entendre, alors qu'ils sont encore dans l'escalier qui va vers la voie 5, le sifflet de départ du RER D ROPO... une levée de hurlements et de pas de course se fait entendre, et quelques usagers foncent pour bloquer les portes, en effet, près de 150 personnes étaient à bord du premier RER et nous ne sommes plus qu'une trentaine, les autres se sont perdus à cause des informations contradictoires de la SNCF.

 

L'agent de la SNCF sur le quai, qui siffle, se fiche littéralement des retardataires, au mieux, il n'est pas informé du problème mais son comportement binaire ne l'incite pas à réfléchir (ou son envie de finir le boulot... de service public, le presse), les gens lui disent qu'il y a encore d'autres personnes qui arrivent et notamment une femme enceinte qui ne peut pas courir, et là que rétorque-t-il? "Il ne faut pas prendre le train", s'ensuit un flot d'insultes, les usagers le prévenant qu'ils sont prêts à utiliser le signal d'alarme s'il n'attend pas les gens, finalement quelques personnes, dont cette femme enceinte de 8 mois et demi, parviendront à monter dans le train, sur l'insistance des usagers et pas du tout sur le professionnalisme de l'agent de la SNCF.

 

Cette situation peut paraître anecdotique depuis le Cantal, qui subit l'enclavement en terme de transports, mais elle pointe aussi un sujet plus grave, qui touche les grandes agglomérations et leur gestion des transports en commun, et pas uniquement sur le plan des Délégations de Services Publics.

 

Passe encore que le conducteur du premier RER soit démuni face à une panne, son manque de sang-froid révèle un manque de tempérance qui pourrait être dangereux face à une situation périlleuse, la maintenance de ce RER semble avoir été mal traitée (que dire d'une même situation en heure de pointe en pleine canicule?). Ce qui est par contre scandaleux, c'est le comportement insultant à l'égard des usagers de l'agent du deuxième RER, sifflant, se fichant totalement des récriminations des usagers.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article