Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Salers au coeur avec Cédric Tartaud-Gineste
  • Salers au coeur avec Cédric Tartaud-Gineste
  • : Salers éternelle, cîté millénaire aux multiples visages et aux mille feux; le XXIème siècle est l'occasion de sonner la Renaissance d'un village qui sommeille depuis trop longtemps ! Ensemble, ayons à coeur de faire revivre Salers
  • Contact

Le Cantal actif

Pour me contacter:

 

 

 

 

Pour consulter mon profil Viadeo, rendez et inscrivez-vous sur :

 

 

Les Institutions Officielles :

 

La Présidence de la République

L'Assemblée nationale

Le Sénat

Le site du Gouvernement

 

Merci pour votre fidélité

Recherche

Archives

L'indispensable

 

Ils s'engagent pour l'interet général et le Cantal en particulier sur la toile:

Vincent DESCOEUR, Président du Conseil général et député du Cantal

Pierre JARLIER, Sénateur-Maire  de Saint-Flour, Président de l'Association des Maires du Cantal

René SOUCHON, ancien Maire d'Aurillac, Président de la Région Auvergne

Nicole MOISSINAC, son blog

François VERMANDE, Conseiller général, son blog

Christiane MISSEGUE, MoDem Cantal

Lightman, passionné de net-économie et d'actualité cantalienne 

Le Cantal - le e-dynamique à l'action: 
 

Comité Départemental Touristique du Cantal

Portail Cantalien

Conseil Général du Cantal

Le site des passionnés du Cantal

Le MEDEF dans le Cantal

Vivre et travailler dans le Cantal

Chambre de Commerce et d'Industrie du Cantal

Préfecture du Cantal 

 

La culture et le patrimoine, vous savez que c'est moins point faible: 

 

Cantal Patrimoine

Association des Amis du Patrimoine de Haute-Auvergne

Société de Haute-Auvergne

Généalogie de la Chataigneraie

Comité d'Histoire et d'Archéologie de Mauriac

Association généalogique APROGEMERE

Le musée Alfred Douet de Saint-Flour

Association du Cézallier - Vallée de la Sianne

Orfèvrerie en Haute-Auvergne

Langues et civilisations auvergnates

Le portail culturel du Canton de Saignes 

 

Le Cantal, terre de ressources et de recueillement

 

Le diocèse de Saint-Flour

Le Prieuré Saint-Jean à Murat

Eglise d'Aurillac

La maison des planchettes 

 

Quelques liens communautaires, culturels, commerciaux et associatifs:

 

L'Union du Cantal

La MONTAGNE - presse régionale

Ca papote entre Auvergnats

Testadaz, fromages, tripoux, jambons

L'Auvergnat de Paris

Le guide des restaurants auvergnats

Les 8 Filiales de la Ligue Auvergnate et du Massif Central

16 janvier 2007 2 16 /01 /janvier /2007 00:00

Je ne résiste pas au plaisir de vous donner le lien de la vidéo de Télématin, c'était le 4 octobre 2006 et ça parlait du Cantal, du Salers et de l'affinage, bref un régal !

Une jolie promotion de notre terroir en basse saison qui meritait d'être saluée, même si le "beau temps" semble se maintenir par chez nous.

ps: cliquez sur "Télématin", ci-dessus pour arriver sur la vidéo.

 

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Salers de Toujours...
commenter cet article
3 octobre 2006 2 03 /10 /octobre /2006 00:00

En 1647, alors que la cité de Salers est déjà fort bien pourvu en édifices religieux (une paroisse avec une confrérie de prêtres-filleuls, un couvent de récollets, un pèlerinage dédié à Notre-Dame de Lorette); une maison de religieuses ouvre ses portes.

Il s'agissait d'une maison de la Compagnie de Notre-Dame, fondée en 1607 par Sainte-Jeanne de Lestonnac à Bordeaux, Jeanne était la nièce de Montaigne et dès son veuvage, alors que la France avait été traversée par les Guerres de Religions (Y compris la famille de Jeanne), elle se tourna vers les Ordres. Après une tentative non concluante chez le Feuillantines de Toulouse, Jeanne revînt à Bordeaux exposer au Cardinal-Archevêque de Sourdis son projet d'une congrégation enseignante dédiée aux jeunes filles afin que ces dernières jouissent d'une instruction et ne soient plus autant dépendantes du savoir des autres.

Avec le temps et l'évolution des moeurs, la mission de la Compagnie a évolué mais demeure néanmoins une priorité: la pédagogie humaniste arrêtée par Sainte-Jeanne permettant tout à chacun de s'épanouir.

Les couvents virent le jour très rapidement en Auvergne:

1618 au Puy en Velay (qui y est toujours)

1622 à Riom Puy-de-Dôme

1625 à Aurillac (C'est l'actuel théâtre face à la maison consulaire)

1627 à Brioude (C'est l'actuel centre hospitalier Sainte-Marie)

1632 à Saint-Flour (C'est l'actuelle école Notre-Dame)

1634 à Issoire

et 1647 à Salers:

Ce sont des religieuses d'Aurillac qui sont venus ouvrir cette maison et qui furent accueillies par les autorités de la cité. Un couvent fut bâti après quelques procédures. Orienté vers l'ouest et le sud il disposait d'une façade vers l'intérieur de la cité et son angle était ponctué par une chapelle. Afin que chacun visualise mieux la situation, l'actuel collège a été bâti sur le même site et l'actuelle salle des fêtes n'est autre que ... la chapelle du couvent, il est même encore possible d'admirer les armes de la Compagnie contre le versant de la Maison de Bargues.

Le couvent a vu passer les plus grands noms de la région (Salers, Dolivier, Mossier, La Farge, La Ronade, Bargues, Sevestre, ...).

Chassées à la Révolution, les Religieuses tenteront de conserver une vie conventuelle dans leurs rapports aux autres en respectant les voeux qu'elles avaient prononcé lors de la prise de voile, pauvreté, chasteté et obéissance.

Il fallut attendre la Restauration pour que les Soeurs de Notre-Dame (parfois appelées hâtivement Filles de Marie) ne revinssent à Salers. Menant une vie axée sur l'enseignement, elles restèrent jusqu'en 1904.

Cette année là, les lois de la République codifiait le droit des congrégations à exister sur le territoire national, un an avant que l'Etat et les églises ne se séparent.

Comme toutes les congrégations de France (Chartreux, Jésuites, Franciscains, ...), la Compagnie de Notre-Dame dut prendre le chemin de l'exil; mettant fin à 250 ans de présence congréganiste à Salers.

L'histoire pourrait s'arrêter là, mais elle eut une suite. L'évêque de Tournai en Belgique, désireux d'installer des congrégations enseignantes, invita les soeurs de Salers en banlieue de Charleroi. Et depuis 1905, le couvent de Salers est installé dans le bourg de Jumet-Houtbois et continue de mener à bien la mission voulue par Sainte-Jeanne, mission qui se pérénnise car la maison de Jumet a même donné naissance à un couvent au Congo.

J'ai souhaité m'attarder sur cette histoire parce que le couvent de Jumet était mon point noir lorsque je finissais ma maîtrise d'histoire en 2002. Je me rappelle que je n'étais pas fier de ne pas avoir d'information sur le couvent, et c'est depuis Shanghaï en surfant sur internet que j'ai pris contact avec les religieuses de l'Ordre... à Toulouse. Le temps de rentrer en France et un courrier de la Soeur Archiviste m'attendait avec les coordonnées du couvent belge. A peine posé, j'appelai le couvent, me présentait maladroitement pour finalement être accepté à consulter les archives de Salers ... en Belgique.

J'ai aimé cette sensation de redécouvrir tous ces événements et documents oubliés des Sagraniers et de rencontrer des religieuses adorables comme Soeur Anne-Marie, Soeur Renault ou Soeur Tassin.

Si je suis attaché à l'histoire du couvent de Salers, c'est qu'il a décidé de mon sujet de thèse: La compagnie dans les diocèses d'Auvergne. J'ai pu découvrir le couvent de Saint-Flour, rechercher celui de Bort, découvrir celui du Puy et l'accueil chaleureux de Soeur Cébellieux, découvrir la rue du Palais Gallien à Bordeaux, la chapelle où repose la dépouille de Sainte-Jeanne dans l'école Notre-Dame grâce à Soeur Cécile-Amalric, assister au centenaire d'installation du couvent de Salers à Jumet et y rencontrer les soeurs Ernestine et Colette.

Quand j'énumère tous ces lieux, je revois les visages de chacune et repense, attendri, aux histoires que toutes me racontent et à leurs yeux emplis de bonheur et de joie d'être des Religieuses de Notre-Dame.

A. M. D. G.

 

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Salers de Toujours...
commenter cet article
21 septembre 2006 4 21 /09 /septembre /2006 00:00

Un grand week-end, qui marque au passage la fin de la saison touristique, vient de se dérouler à Salers: le 133ème concours national de la Race salers.

De nombreuses délégations provinciales et étrangères ont été accueillies malgré un temps ... humide !

Turbulent le magnifique taureau de 1350 Kg a été vendu et part pour l'Irlande, non sans quelques émotions de la part de son ancien éleveur.

Merci à l'UPRA Salers pour une organisation sans fautes même si le temps n'a pas été de la partie. Ce week-end est porteur d'avenir pour le renouveau de cette chère cité cantalienne.

La bonne ambiance était de mise et c'est toujours avec un grand sourire que l'on retrouve l'indétrônable Auvergnat, les habitués reconnaitront... et l'exceptionnelle buvette montée par Jean-Charles Bancarel et Stéphane Bouyge qui fut le lieu de moments conviviaux entre acteurs de la race, agriculteurs, curieux et touristes.

Salers, c'est une histoire sans fin, à peine une saison achevée que la suivante pointe déja le bout de son nez !

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Salers de Toujours...
commenter cet article
4 septembre 2006 1 04 /09 /septembre /2006 00:00

Bonsoir à tous,

Au travers de mes diverses pérégrinations, j'ai découvert l'engouement sans précédent de centaines et de milliers de personnes pour la Généalogie.

Notre commune regorge de documents anciens et le nom de Salers ou des communes avoisinantes revient souvent dans les forums de discussions de généalogistes amateurs. J'ai donc décidé d'y consacrer un volet de ce blog, il peut etre une bouée de repères entres particuliers.

Et pour faire bonne figure, je montre l'exemple et excusez du peu pour le nombrilisme, je lance ce post avec pour intitulé GINESTE; néanmoins, parce que j'ai peu de temps pour m'en occuper sérieusement et que ma Tante, Irène ROUIRE rassemble religieusement toutes les données, je me borne dans l'immédiat à vous indiquer le liens vers le yahoogroupe que je dédie à la famille Gineste:

 http://fr.groups.yahoo.com/group/gineste/

A tous ceux des yahoogroupes de généalogie auvergnate que je "connais" par le biais d'échanges d'informations et à tous les autres, bienvenus sur le blog de Salers au Coeur, le site dédié au renouveau de cette cité Renaissance, classé un des plus beaux villages de France !

Très cordialement et bon surf

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Salers de Toujours...
commenter cet article
29 mai 2006 1 29 /05 /mai /2006 00:00

Dans une ambiance festive, familiale et estivale; ce dimanche fut riche en sensations lorsque les Salers ont pris d'assaut les contreforts du Puy Violent depuis la croix des Vachers.

Apres un samedi radieux qui a vu se défouler dans le plaisir de l'effort les concurrents de la Pastourelle. Nous avons pu profiter d'un dimanche très ensoleillé.

Un week-end jovial, qui sonne le coup d'envoi de la saison 2006, commençant pas égrainer les touristes et amoureux du Cantal dans les rues de Salers comme sur les montagnes qui entourent l'orgueilleuse cité.

C'est plus de 300 personnes qui prolongent le cortège des bêtes. Le désir de l'école buissonnière se fait rapidement sentir, tant et si bien qu'un troupeau décide de partir se promener sans doute pour vérifier l'attention et la réactivité des vachers...

Apres un bon quart d'heure d'activités physiques, le cortège reprend la route en direction du Puy violent, à la suite d'une carriole tirée par deux boeufs imposants assistés d'un cabrétaïre et d'un accordéoniste.

Cette joyeuse équipée, sous de généreux rayons de soleil, a achevé sa course près d'un tente montée pour l'occasion où nous attendait un repas frugal et copieux.

Chaque année, cet événement fait davantage d'adeptes, il est l'occasion pour les natifs de revivre des sensations d'enfance et pour les novices qui découvrent l'Auvergne, une occasion d'entrer dans l'intimité des nos traditions.

 

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Salers de Toujours...
commenter cet article
24 mars 1989 5 24 /03 /mars /1989 14:57

Il y a 20 ans, le Monde parlait de Salers ! Souvenirs !



Son buste trône sur la place qui porte son nom. Il s'appelait Ernest, Pierre, Marie de Lorette, Philogone Tyssandier d'Escous. Né à Salers en décembre 1813, il y mourut le 15 janvier 1889. Côté centenaire, Salers, cette année, ne chômera pas. Avec un petit faible pour son grand homme qui, rappelle le fascicule édité par les Amis de Salers, "réinventa la race bovine du même nom dont les belles robes rouges s'harmonisent si bien avec nos verts pâturages qu'elles animent de leurs tintinnabulantes sonnailles".

Propagateur zélé de la culture de la pomme de terre, ce propriétaire-exploitant qui fut fait post mortem agronome honoris causa, n'en aimait pas moins le bon voisinage et n'hésitait pas à danser des bourrées endiablées au grand ravissement des habitués du "cercle" de Salers. Sous le basalte, la fête. Mais en affleurement, entre soi et pudiquement.

Quand on monte du sud-ouest vers la Haute-Auvergne, on quitte le confit pour la châtaigne, des fermes chaudes pour des hameaux-fortins revêches, des villes ouvertes pour des cités encloses, comme Salers. Ici, la France est austère et la vie laborieuse. Avec pour toute coquetterie une touche de mélancolie. "Moi, confesse madame le maire, j'aime Salers sous la pluie : la pierre est encore plus austère, le basalte plus gris."

Eloge de la matière. Défiance des apparences. On ne s'affiche pas. On va sa vie à pas furtifs en se glissant dans les venelles et sous les passages voûtés. On ne triche pas. On assume "l'âme d'une race qui se fit, au cheminement des siècles, comme l'eau au travers des basaltes, dure et froide". Tout en s'affirmant, à juste titre, hospitalier. Sans transiger pour autant. "Salers veut être aimée", confient ses "Amis", qui ajoutent aussitôt : "Passent ceux qui ne la comprennent pas."

ACCÈS. A 48 km au nord d'Aurillac. Prendre la direction de Mauriac puis la D 680.

ADRESSES. Il y a toujours au moins un hôtel ouvert. On peut s'installer aux Remparts/Château de la Bastide (71-40-70-33), au Bailliage (71-40-71-95), aux Templiers (71-40-71-35), au Gerfaut ou à l'Hôtel du Beffroi (71-40-70-11). Chambres d'hôtes chez M. Prudent (71-40-75-36) et meublés chez M. Lafon (71-40-70-67) et Mme Chanut (71-69-12-23). Plusieurs restaurants. Au menu : un verre de gentiane, les tripous, la truffade et le cantal de Salers.

RENDEZ-VOUS. En juillet, la fête nationale s'accompagne d'une Foire à la brocante, et le 23, les huguenots attaquent ! Pas de panique, ce n'est qu'une reconstitution du siège de la cité en 1586... En août, l'accordéon est à l'honneur et l'église (qui abrite une superbe mise au tombeau) accueille des concerts. Visitez quelques belles demeures et le très didactique musée local, dans la Maison des templiers, pour tout savoir sur la gentiane, la race de Salers, la fabrication du cantal et admirer un intérieur auvergnat avec son cantou. Le conservateur, Philippe Garrigue, bourru et passionné, rêvait de s'agrandir dans la fort belle maison voisine mais il est question d'y faire des logements sociaux. "Un massacre", commente-t-il. Avec raison.

Pour se renseigner : Syndicat d'initiative (71-40-72-33) et mairie (71-40-72-33).

ENVIRONS. Fontanges et sa chapelle monolithe coiffée d'une vierge. Le puy Violent et la route des crêtes. Au sud, le village de Tournemire et l'imposant château d'Anjony. Vers Clermont, trois beaux villages : Blesle, Saint-Floret et Usson. Si vous venez par Brive, ne manquez pas Collonges-la-Rouge, siège de l'association et fief du président Ceyrac.






























Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Salers de Toujours...
commenter cet article