Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Salers au coeur avec Cédric Tartaud-Gineste
  • Salers au coeur avec Cédric Tartaud-Gineste
  • : Salers éternelle, cîté millénaire aux multiples visages et aux mille feux; le XXIème siècle est l'occasion de sonner la Renaissance d'un village qui sommeille depuis trop longtemps ! Ensemble, ayons à coeur de faire revivre Salers
  • Contact

Le Cantal actif

Pour me contacter:

 

 

 

 

Pour consulter mon profil Viadeo, rendez et inscrivez-vous sur :

 

 

Les Institutions Officielles :

 

La Présidence de la République

L'Assemblée nationale

Le Sénat

Le site du Gouvernement

 

Merci pour votre fidélité

Recherche

Archives

L'indispensable

 

Ils s'engagent pour l'interet général et le Cantal en particulier sur la toile:

Vincent DESCOEUR, Président du Conseil général et député du Cantal

Pierre JARLIER, Sénateur-Maire  de Saint-Flour, Président de l'Association des Maires du Cantal

René SOUCHON, ancien Maire d'Aurillac, Président de la Région Auvergne

Nicole MOISSINAC, son blog

François VERMANDE, Conseiller général, son blog

Christiane MISSEGUE, MoDem Cantal

Lightman, passionné de net-économie et d'actualité cantalienne 

Le Cantal - le e-dynamique à l'action: 
 

Comité Départemental Touristique du Cantal

Portail Cantalien

Conseil Général du Cantal

Le site des passionnés du Cantal

Le MEDEF dans le Cantal

Vivre et travailler dans le Cantal

Chambre de Commerce et d'Industrie du Cantal

Préfecture du Cantal 

 

La culture et le patrimoine, vous savez que c'est moins point faible: 

 

Cantal Patrimoine

Association des Amis du Patrimoine de Haute-Auvergne

Société de Haute-Auvergne

Généalogie de la Chataigneraie

Comité d'Histoire et d'Archéologie de Mauriac

Association généalogique APROGEMERE

Le musée Alfred Douet de Saint-Flour

Association du Cézallier - Vallée de la Sianne

Orfèvrerie en Haute-Auvergne

Langues et civilisations auvergnates

Le portail culturel du Canton de Saignes 

 

Le Cantal, terre de ressources et de recueillement

 

Le diocèse de Saint-Flour

Le Prieuré Saint-Jean à Murat

Eglise d'Aurillac

La maison des planchettes 

 

Quelques liens communautaires, culturels, commerciaux et associatifs:

 

L'Union du Cantal

La MONTAGNE - presse régionale

Ca papote entre Auvergnats

Testadaz, fromages, tripoux, jambons

L'Auvergnat de Paris

Le guide des restaurants auvergnats

Les 8 Filiales de la Ligue Auvergnate et du Massif Central

1 août 2007 3 01 /08 /août /2007 10:40

Le ministre de l'Agriculture et de la pêche, Michel Barnier a annoncé mardi la tenue de «trois grandes conférences», au premier semestre 2008, sur l'évaluation de la politiquer agricole commune (PAC), afin de préparer la présidence française de l'UE qui débutera le 1er juillet 2008.
Le ministre qui a fait cette annonce devant la commission des affaires économique de l'Assemblée nationale qui l'auditionnait a précisé que les conférences auraient pour thèmes: «recherche et agriculture», «hygiène, santé et sécurité alimentaire», «co-développement agricole».
Ces conférences destinées à «anticiper l'après 2013» seront organisées avec des représentants des agriculteurs et des autres pays européens.
La Politique agricole commune actuelle arrive à échéance en 2013. La Commission européenne a prévu un «bilan de santé» intermédiaire en 2008. La France souhaite que le budget soit à cette occasion reconduit sans changement jusqu'en 2013, la Commission préconisant plutôt une première baisse des dépenses.

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Salers de Toujours...
commenter cet article
16 juillet 2007 1 16 /07 /juillet /2007 12:25
Grande fête chasse et nature
Samedi 21 juillet – Dimanche 22 juillet 2007
9h00-23h00
25-06-2007-11-37-30-0039-copie-1.jpg
(Sous réserve de modifications)
 
 

 
Repas des chasseurs : (samedi dès 19h00, sous le préau de l’école)
Préparé par Jean-Jacques, L’Auvergnat, Place Tyssandier d’Escous 15140 SALERS :
 300 Places
14 €, boissons non comprises :
  • Assiette de charcuterie
  • Jambon à la broche / aligot
  • Assiette 2 fromages
  • Tarte aux pommes
 
Animation :(samedi dès 19h dans la cour d’école)
Monsieur André COUTISSON et son orchestre
 
Ball-trap : (Route d’Aurillac, prés de Faure, à partir du samedi 14h-21h puis le dimanche : 9h30-21h).
 
Exposition sur la Faune du Cantal : Ouverture à 18 h à la salle des fêtes de Salers.
 

 
Messe de St Hubert : (10h30, Eglise Saint-Mathieu), Célébrée par l’abbé ROLLAND, au son des trompes de chasse du « Débuché du Cantal ». 
 
Bénédiction canine : (à l’issue de la messe, sur les marches du parvis de l’église), l’abbé ROLLAND.
 
Groupe folklorique : 17 h30, cour d’école sur podium « La Sagranière »
Tirage de la tombola : 18h15, sur le podium de la cour d’école.
 
1.      WE détente dans le Charolais (près de Chalons) pour 2 pers. (Valeur de 370€)
2.      Télévision 55 cm
3.      Appareil photo numérique + housse
4.      Micro chaîne hi fi MP3
 
Plus nombreux autres lots de valeurs : 2 bons d’achat de 100€ chacun, 1 cafetière expresso à dosettes, une scie sauteuse, 1 service 42 pièces, 1 coffret outillage, 1 aspirateur 1700W, un perforateur….
 
Apéritif/ barbecue : 19hoo cour de l’école (animation prévue)
 
Retraite aux flambeaux : dès 22h dans les rues de Salers, jusqu’au lieu du feu d’artifice.
 
Spectacle pyrotechnique : 22h30 sous les Remparts, tiré par « MAUGEIN Artifices » (société corrézienne).
 
 
Présentations 9h-18h :
 
 
  • Canine : (derrière le collège)
150 chiens d’une vingtaine de races différentes. (Fox Terrier, Gascons Saintongeois / Ariégeois, Porcelaine, Basset Hound, Setter, Bleu de Gascogne, Anglo-français, Griffon du Pays / bleu de Gascogne / fauve de Bretagne / Nivernais / Korthal, Braque, Ariégeois, Bruno du Jura, Poitevin, Teckels poil dur / poil long / poil lisse, Bearded-Collie). 
+ Meute d’une 50aine d’anglo poitevins
+ Meute de Mr Cavarot
 
  • Exposition sur la faune du Cantal : (salle des fêtes)
Le petit gibier est à l’honneur cette année. Très belle collection prêtée en grande partie par Mr ROYER Jean-Jacques de St Flour (magasin de chasse « A St HUBERT ») et Mr CONESA Alain (taxidermiste sur Ydes).
 
  • Articles de pêche : (Cour de l’école)
Matériel de pêche prêté par EURO PECHE d’Aurillac.
 
 
Présences :
 
 
Liste provisoire :
 
  • Exposants professionnels (Cour d’école):
 
Monsieur et Madame BRUNEAU et AUBERT (Jumelles), Monsieur J.-P. COUVERT (Fabricant coutellerie de Thiers), Monsieur CONESA (Taxidermiste d’Ydes), Monsieur Philippe PRENEZ (Vannier), Parc des volcans, Garage ROUX agent Renault (4X4), 2 peintres animaliers, 1 artisan coutelier d’art, …
 
  • Associations (Cour d’école) :
 
Fédération Départementale de Chasse du Cantal.
UNUCR (Union Nationale pour l’Utilisation de Chien Rouge, délégué départemental : Monsieur Jean-Jacques ROYER) = recherche au sang.
ADCGG (Association Départementale des Chasseurs de Grand Gibier, Président : Monsieur  Marc SOULHAC) = cerf, sanglier, chevreuil.
Club Mouche Arpajonnais (Président : Monsieur Hervé VERGNE).
ANCS (Association Nationale de Chasseurs de Sangliers, Délégué départemental : Monsieur Bernard MALBEC, 4A (chiens d’aveugles).
APGPAC (Association des Piégeurs et Gardes Particuliers Agréés du Cantal, Président : Monsieur Guy ARNAL).
 
 
Initiation : 9h00-18h00 derrière le collège, au terrain de jeux
 
  • Pêche à la mouche : Club Mouche Arpajonnais
 
 
Animations :
 
 
  • Trompes de chasse : (10h30-17h dans les rues de Salers)
 
Le « Débuché du Cantal » (Président : Monsieur Laurent GINIOUX). Min : 10 trompes.
 
  • Equipages de vènerie : (10h00-18h00 dans les rues de Salers)
 
Spectacle à 15 h, pré de la présentation canine, face au Bailliage.
1.      « Le Vautrait de la Merlerie » (Président : Monsieur Michel LEGER). 15 cavaliers et meute de 60 anglo-poitevins. Spectacle ponctuel.
2.      « Le Rallye des cimes » (Monsieur Michel CAVAROT). Equipage de 4 à 6 pers et meute d’une vingtaine de chiens Spectacle ponctuel.
 
  • Fauconnerie : (10h00 – 18h00 dans les rues de salers et sur le site de l’école, avec une tente de présentation.).
 
Spectacle à 14 heures et à 17 heures, site de la Peyrade
Spectacle de haut vol assuré par les fauconniers des remparts de Provins. (www.vollibre.fr).
Entrée payante : 2 € pour les adultes. Gratuit pour les enfants.
 
  • Tir au laser sur sangliers : (10h00 – 18h00 le préau dans la cour d’école). 2 €.
 
  • Sculpture à la tronçonneuse : (10h00 – 18h00 Esplanade de Barrouze).
 
  • Poneys de la Maronne : baptêmes pour petits et grands. Esplanade de Barrouze.
 
  • Dédicaces à la Librairie Barbe Bleue (auteur en attente)
 
 
Démonstrations :
 
 
Taxidermie (cour de l’école): Monsieur CONESA.
Montage de mouches (cour de l’école): Club Mouche Arpajonnais.
Vannerie (fontaine sur la place principale): Monsieur Philippe PRENEZ.
Association 4 A (face au Bailliage) démonstration de chiens d’aveugles
 
*
 
Remerciements à tous ceux qui ont participé à la réussite de cette grande manifestation et plus spécialement :
 
La Fédération des Chasseurs du Cantal, Le Conseil Général du Cantal, les mairies de Salers, Fontanges, St Paul de Salers pour leur soutien financier.
 
Le Réveil de Mauriac, La Montagne, l’Union Agricole, Radio Jordanne pour leur soutien publicitaire.
 
Les 80 bénévoles de Salers et des communes environnantes, L’ensemble des employés communaux, les agriculteurs et les propriétaires de terrain, Dany au micro, Monsieur BRUNEL (vétérinaire), l’abbé ROLLAND, Odile pour l’exposition sur la faune et tous ceux que nous ne citons pas mais dont l’investissement était nécessaire pour la réussite de la manifestation.
 
Les ACCA de Salers (Monsieur Jacky MARTY), Fontanges (Monsieur Robert LAPORTE) et Saint-Paul de Salers (Monsieur Daniel GANDILLON) pour leur soutien et leurs conseils logistiques.
 
Les Associations :
FDC du Cantal (Président : Monsieur Jean-Pierre PICARD).
UNUCR.
« Le Vautrait de la Merlerie ».
Le « Débuché du Cantal ».
Club Mouche Arpajonnais.
«Le Rallye des cimes  »
ANCS.
APGPAC.
ADCGG.
4A : chiens d’aveugles.
La Sagranière (Président : Monsieur Jean LESCURE)
 
Les exposants canins : une vingtaine.
Les exposants professionnels : une dizaine.
Repost 0
Published by Sabine BOUYGES - dans Salers de Toujours...
commenter cet article
30 juin 2007 6 30 /06 /juin /2007 10:28

 

Une étude de la direction du Tourisme définit 6 grands groupes de destinations, classées par département, pour les 75% de Français qui partent au moins une fois en séjour personnel.
Sur ce total, 69,6% partent au moins une fois en France métropolitaine. 89,2% des séjours personnels des Français sont effectués en métropole. En 2006, ils y ont réalisé 165 millions de séjours personnels, engendrant 827 millions de nuitées.
Groupe 1: Les départements à dominante littorale.
Alpes Maritimes, Aude, Calvados, Charente Maritime, Cotes dArmor, Finistère, Gard, Hérault, Landes, Manche, Morbihan, Pyrénées Orientales, Pyrénées-Atlantiques, Var, Vendée.
Les départements du «groupe 1» sont les départements qui attirent le plus les Français. 28% des séjours personnels des Français en France et 38% de leurs nuitées y sont effectués, alors que ces départements représentent 16% des départements métropolitains.
Groupe 2: Les départements avec plusieurs espaces dominants.
Ain, Ardèche, Bouches du Rhône, Corrèze, Côte d'or, Dordogne, Doubs, Haute Garonne, Gers Gironde, Ille et Vilaine, Indre et Loire, Isère, Jura, Loire Atlantique, Haute Loire, Lot, Lot et Garonne, Pas de Calais, Puy de Dôme, Haut Rhin, Bas Rhin, Seine Maritime Seine et Marne, Somme, Vaucluse, Vienne, Vosges.
32% des séjours personnels des Français en France et 27% de leurs nuitées sont effectués dans les départements du «groupe 2».
Groupe 3: Les départements à dominante rurale.
Aisne, Allier, Ardennes, Aube, Charente, Cher, Creuse, Drôme, Eure, Eure et Loir, Indre, Loir et Cher, Loire, Loiret, Maine et Loire, Marne, Haute Marne, Mayenne, Meurthe et Moselle, Meuse, Moselle, Nièvre, Oise, Orne, Sarthe, Saône et Loire, Haute Saône, Sèvres deux, Tarn, Tarn et Garonne, Haute Vienne, Yonne.
20% des séjours personnels des Français en France et 15% de leurs nuitées sont effectués dans les départements du «groupe 3».
Groupe 4: Les départements fortement urbains.
Essonne, Hauts-de-seine, Nord, Paris, Rhône, Seine-Saint-Denis, Territoire de Belfort, Val-d'Oise, Val-de-Marne, Yvelines. Ce groupe comprend les départements d'Ile-de-France ainsi que le Nord, le Rhône et le territoire de Belfort. La ville est l'espace dominant dans ces départements.
Les séjours personnels des Français y sont courts (3,4 nuits). Les Français se rendent dans ces départements pour des motifs affinitaires et logent en hébergement non marchand (81%).
Groupe 5: Les départements à dominante montagneuse.
Hautes Alpes, Alpes de Haute Provence, Ariège, Aveyron, Cantal, Lozère, Hautes Pyrénées, Savoie, Haute Savoie. Les départements du «groupe 5» sont les départements dans lesquels la montagne est l'espace dominant (68%).
Les Français se rendent dans ces départements pendant la période de sport d'hiver et pendant la période estivale.
Groupe 6 : La Corse
Le «groupe 6» ne comprend que la Corse. En effet, ce département est atypique de part les séjours que les Français y effectuent. Les Français s'y rendent en avion ou en bateau ce qui le différencie fortement des départements métropolitains. Les séjours personnels des Français en Corse ont pour 82% un motif d'agrément. Les Français y séjournent en hébergement marchand (67%) pour une durée moyenne de 10 jours. C'est le département dans lequel les séjours sont les plus longs.

Pour télécharger l'étude, voir lien ci-dessous (format PDF, 856 kO).


Liens complémentaires :
http://www.tourisme.gouv.fr/fr/z2/stat/tis/att00015987/tis_sejours_en_metropole.pdf

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Salers de Toujours...
commenter cet article
23 juin 2007 6 23 /06 /juin /2007 18:51

Enjeux d’une politique patrimoniale (2)

 

Le patrimoine véhicule une identité culturelle commune à transmettre et à dynamiser. Il ne s’agit pas pour autant de se renfermer sur son identité locale : le sentiment d’appartenance à une culture conduit à l’affirmer, mais doit aussi favoriser les échanges. Le maintien de la valorisation du patrimoine porte de nombreux fruits du développement local durable : développement économique local, revitalisation de savoir-faire et de cultures locales, construction de liens sociaux…

 

Quelles sont les conditions possibles d’une valorisation touristique? Comment ces spécificités territoriales peuvent-elles être un outil de développement économique local et un outil d’affirmation d’une identité territoriale?

 

Sans mésestimer leur valeur patrimoniale, il semble illusoire de penser, en ces temps de concurrence mondiale, que des fours à pains, un habitat traditionnel préservé ou une fête locale parviendront à générer de nombreux flux économiques.

 

 

L’identité : entre tourisme et culture…

 

Tourisme et culture ont des logiques différentes ( ). La mise en tourisme du patrimoine est-elle conciliable avec la valorisation du patrimoine ?

La mise en tourisme du patrimoine consiste à placer en priorité l’objectif touristique, économique ; la valorisation du patrimoine au contraire met l’accent sur le patrimoine et la dimension culturelle. Les acteurs du tourisme ont un objectif économique à court terme qui peut s’appuyer sur le tourisme culturel, alors que les acteurs de la culture ont des objectifs à plus long terme : conserver, développer, transmettre les collections et en faciliter l’accès au public le plus large.

Les premiers se réalisent souvent avec l’aide des spécialistes du tourisme (AFIT, DRT, etc), les seconds avec l’appui des spécialistes de la culture (certains services du Ministère de la Culture et de la Communication, DRAC, etc). On peut se poser diverses questions :

- Vers quels interlocuteurs se tournent les collectivités locales qui s’engagent dans la voie de la mise en tourisme du patrimoine ou dans celle de la valorisation du patrimoine à des fins touristiques ?

- Pourquoi le Tourisme plutôt que la Culture ou le Patrimoine ou inversement ?

- Les démarches sont-elles véritablement exclusives l’une de l’autre ?

 

Aujourd’hui, les politiques patrimoniales sont très éclatées au plan local entre élus et services (technique, culture, tourisme) et entre conservation, maintenance et mise en valeur). Le secteur culturel doit accepter d’entrer dans une logique de coopération, de partenariat et de coordination et ne pas rester dans une logique culturelle (conservation, médiation, délectation…). L’enjeu culturel est l’atteinte, par une offre culturelle de qualité, d’une expression singulière du visiteur face aux collections. L’enjeu du tourisme est le développement du marketing territorial (adéquation de l’offre à la demande). Ces différents acteurs doivent confronter leurs objectifs pour les rapprocher et bâtir des plans d’action permettant d’atteindre les objectifs culturels des conservateurs et les objectifs commerciaux des opérateurs touristiques. Ces deux démarches sont souvent exclusives l’une de l’autre et se traduisent au niveau local, lors de la mise en oeuvre des projets, par des cheminements et des montages totalement différents. L’enjeu du tourisme culturel ou plus globalement des politiques de développement est de faire converger les intérêts de chacun dans une ambition unique (conservateurs des musées et professionnels du tourisme…).

« La culture a un rôle essentiel dans la politique de la ville », selon Michel Clément ( ), délégué au développement et à l’action territoriale du ministère de la culture. « L’intervention culturelle est un facteur d’intégration à la cité, de citoyenneté et de solidarité (donne le goût d’agir collectivement) ». En travaillant avec les habitants, les artistes créent une œuvre qui en partant d’une expérience locale ou personnelle par sa dimension artistique va prendre une valeur universelle. Une pratique culturelle permet de renforcer un sentiment d’appartenance au quartier, à la ville et à la société.

 

Comment les patrimoines des territoires peuvent-ils être transformés en avantage comparatif et attrait touristique?

Comment ces spécificités territoriales peuvent-elles être un outil de développement économique local et un outil d’affirmation d’une identité territoriale? Quelles sont les conditions possibles d’une valorisation du patrimoine et d’une mise en tourisme du patrimoine? Quelle véritable politique allant de l’inventaire à la mise en valeur en passant par la conservation à la mise en valeur des territoires peuvent- ils définir ?

 

La question centrale posée pourrait être : " Qu’est-ce qui fait bien commun pour les gens qui vivent ici et pour les visiteurs ? ". Corollairement, pourrait faire écho à cette question une autre interrogation : " Quel élément patrimonial représente le territoire d’ici pour les gens qui viennent d’ailleurs ? ", tant le patrimoine - il suffit de regarder les logotypes des collectivités territoriales ou les panneaux qui bordent les autoroutes - constitue bien souvent l’emblème, voire l’icône d’un territoire.

 

L’investissement dans une politique patrimoniale ne suscitera du développement que s’il se fonde :

-sur un diagnostic des spécificités territoriales et la mise en place d’une politique cohérente valorisant les avantages comparatifs, auprès de cibles pertinentes (locales, nationales, internationales). La chaîne patrimoniale est la protection, la conservation et la valorisation. La connaissance est importante. « On protège bien que ce qu’on connaît bien, c’est pourquoi il paraît très important de faire un inventaire du patrimoine. Dans le cadre de la loi de décentralisation, l’inventaire est transféré aux conseils régionaux alors que la protection reste du domaine de l’Etat.

-sur une mobilisation des acteurs locaux (élus, associatif, commerçants…) et si cet investissement s’intègre dans une gouvernance élargie du développement patrimonial. C’est bien dans cette mobilisation d’acteurs locaux que se situe l’enjeu principal d’une stratégie touristique (à court, moyen, long terme)… Pensée dans une approche large et décloisonnée, elle représente un véritable potentiel de participation. Quelle richesse et quelle responsabilité représente le patrimoine pour les territoires ? Comment intégrer la démarche de valorisation du patrimoine dans un projet de territoire? Quels sont tous les enjeux de la valorisation du patrimoine ?

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Salers de Toujours...
commenter cet article
22 juin 2007 5 22 /06 /juin /2007 18:49

Une intéressante réflexion sur le développement attractif du patrimoine des territoires par Olivier Blaise:





Patrimoine: Entre la recherche d’une identité attractive et la valorisation touristique

 

Je vous propose, ces semaines suivantes plusieurs réflexions autour du lien Patrimoine stratégies et Territoires. Vos retours et remarques sont les bienvenus.

 

*************************************************

1. Marketing territorial et identité territoriale

 

Le recours à la recherche « de personnalité territoriale » a été déclenché par la prise de conscience des situations de compétitions urbaines dans le courant de la décennie 1980, l’approfondissement de la décentralisation et la place grandissante prise par l’Europe.

Ce phénomène intervient dans un contexte de compétition accrue entre les territoires pour leur développement. Les causes sont l’ouverture des frontières (Union Européenne) et la mondialisation de l’économie.

Le marketing territorial est devenu un élément dans la concurrence actuelle entre les territoires afin d’augmenter le capital image. Les spécificités territoriales sont uniques et échappent partiellement à une concurrence par le marché. Par leurs avantages comparatifs, les territoires sont capables d’attirer. Il s’opère alors une différenciation territoriale, contrôlée par les acteurs locaux. Le marketing territorial peut donc permettre de promouvoir les atouts d’une collectivité, atouts qui lui permettront d’accroître sa compétitivité. Les territoires « qui gagnent » ont les moyens de s’offrir une promotion de plus en plus grande envergure et d’affirmer leur force, par rapport aux autres. Positionner un territoire, c’est mettre en valeur de manière optimale ses avantages (réels ou perçus) les plus différenciateurs par rapport aux collectivités définies comme concurrentes. L’objectif est donc de promouvoir la compétitivité/ l’attractivité des territoires. (Notoriété et qualité de l’image). Mais la récurrence des thèmes, de grands projets, l’affirmation d’une position géographique exceptionnelle ne permettent plus de différencier les territoires

 

Comment s’exprime l’identité d’un territoire ?

 

Il revient à chaque territoire d’affirmer sa personnalité. L’identité est le ciment entre le passé et le futur. L’identité est conjointement un patrimoine matériel incarné par une forme urbaine spécifique et un patrimoine immatériel composé de traditions, de réputations, de cultures locale et propres.

Dès 1903, Paul Vidal de la Blache définit la personnalité géographique de la France et observe dans une formule qu’une « contrée devient à la longue comme une médaille frappée à l’effigie d’un peuple. » (1). Ensuite Fernand Braudel s’est attaché à définir l’identité. En fait, une personne existe si et parce qu’elle a une identité qui la différencie des autres. « S’insérer dans la mondialisation, ce n’est donc pas perdre sa différence, mais la cultiver »

Ainsi, selon le designer Deyan Sudjic (2), « il existe un paradoxe au cœur même de la culture contemporaine. Nous voulons que le monde soit exactement le même partout où nous allons (…). Toutefois, en même temps, nous voulons que le monde garde un sens de la différence, de l’unique qui distingue chaque culture. Nous voulons briser les barrières entre les états pour créer des systèmes politiques globaux, mais nous voulons garder nos langages spécifiques, nos cultures. La nature de l’identité est une issue fondamentale. Nous l’utilisons à la fois au sens exclusif et inclusif. L’identité est ce qui nous rend semblables et en même temps ce qui nous rend différents des autres ».

Luc BENITO (3) souligne l’identité d’un territoire qui est un mélange d’histoire, de charmes, de modes de vie, d’animations, de couleurs, d’ambiance et de rencontres avec ses habitants (j’ajouterai l’ensemble des acteurs locaux). De plus en plus, « on est à la recherche de véritables expériences humaines, de contacts vécus et d’une culture locale différente de la nôtre. » « C’est prendre connaissance du modelage de la ville par les ans qui lui a donné son caractère ou son âme, on ne doit y toucher qu’avec précaution, de peur de lui porter des coups irrémédiables. ». Selon Hugues de Varine, l’ADN est la carte d’identité d’un individu X qui le rattache à une lignée entière, le patrimoine est la carte d’identité d’un territoire.

D’une notion de monument historique, que l’on doit essentiellement à la Révolution Française, à une vision beaucoup plus large et complexe du patrimoine, plus de deux siècles se sont écoulés. Nous sommes passés du principe de conservation, au nom de l’histoire et de ce qu’elle nous a laissé, à une notion de territoire comme élément du patrimoine avec tout ce qui en fait la mémoire et la richesse. Aujourd’hui, avec le succès des journées du patrimoine, l’engouement du public montre à quel point le citoyen se sent partie- prenante et combien ce patrimoine est sans doute constitutif de sa vie au quotidien et de son évolution. Et puis il y a un troisième élément, à un moment où la décentralisation est un enjeu majeur pour les collectivités locales, quelle attitude adopter par rapport au patrimoine ?

 

La recherche d’une identité, d’un passé, d’une histoire, de racines est essentielle et la mémoire ne reste vivante que si elle entre en dialogue avec le contemporain. Jean Michel Grard montre la limite de la recherche de ces spécificités. En effet, nous habitons une société de plus en plus amnésique où le primat de l’instantané suscite l’engouement pour la redécouverte des racines, mais invite aussi à la suspecter. Pour lui, notre mobilité croissante, après des siècles de traditions d’enracinement, notre confrontation au grand melting pot de la globalisation nous condamneraient à une quête éperdue de repères.

On peut se demander si la multiplication des lieux de mémoire est le dernier avatar de territoires en quête d’une part du gâteau touristique.

 

Cette identité, porteuse d’innovation, ne doit pas être statique car elle doit s’approprier l’héritage historique des spécificités territoriales pour le transformer et le faire vivre dans un projet d’avenir. C’est à la fois notre mémoire profonde et immédiate qui donne du sens à l’idée de mémoire vivante. Nora (4), qui a forgé l’expression de lieu de mémoire, se place dans une problématique contemporaine. Au sens strict, le concept de lieu de mémoire fait référence à la commémoration d’une mémoire vive, de faits dont il existe encore des témoins vivants et non à des faits appartenant, par opposition, à l’Histoire. Le concept de lieu de mémoire inclut toutes les formes liées à l’Histoire : musées, écomusées, espaces d’interprétation, lieux sanctuaires. (5).

 

L’identité, véhiculée par la valorisation des lieux patrimoniaux, serait un outil de marketing territorial (mise en tourisme du patrimoine). Le patrimoine est d’abord l’expression directe d’une identité d’un territoire. Les spécificités patrimoniales en font une richesse intéressante car très diversifiée et peuvent devenir des avantages comparatifs si les spécificités sont développées dans le cadre d’une dynamique touristique.

 

Olivier Blaise

 

1. VIDAL de la BLACHE Paul. Tableau de la géographie de la France, 1903. Réédition chez Dallandier en 1979.

www.placeaudesign.com

2. BENITO Luc et TOBELEM Jean Michel. Les musées dans la politique touristique urbaine. In Politique et Musée. L’harmattan. Juin 2002.

3. NORA Pierre. Les lieux de mémoire. Ed Gallimard.

4. GRARD Jean- Michel. Voyages au fil des lieux de mémoire. Dans Cahier Espaces Tourisme de mémoire. Décembre 2003.

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Salers de Toujours...
commenter cet article
13 juin 2007 3 13 /06 /juin /2007 17:28
Qui ne manque pas dans ses pages de mettre de jolis clichés de la cité de Salers ! Allez-y, ça vaut le coup d'oeil !

Amitiés
Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Salers de Toujours...
commenter cet article
24 mai 2007 4 24 /05 /mai /2007 10:20
Le 27 Mai 2007 - Montée des vaches au Puy Violent, par Saint-Paul de Salers à la Croix des Vachers.

Dès 9h, rendez-vous pour un casse-croûte.

10h30: Départ du troupeau pour l'Estive.

12h: Apéritif et repas sous un chapiteau, et avec le Soleil en prime !
Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Salers de Toujours...
commenter cet article
22 mai 2007 2 22 /05 /mai /2007 11:42

accueil-2007.jpg




Soyez nombreux à venir soutenir les participants de la Pastourelle 2007, ci-dessous, le programme:

Programme de la Pastourelle de Salers
 
       VENDREDI 25 MAI :
 
 En collaboration avec l'Office de Tourisme du Pays de Salers. A partir de 18h Place TYSSANDIER D'ESCOUS marché de producteurs fermiers et Spectacle folklorique avec le groupe « la Sagranière »
 
 
       SAMEDI 26 MAI :
 
Dés 8h30 et jusqu'à 18h30, animation course assurée par Alain LETARD de BIOULAC (33)
• À partir de 8h15 - Esplanade de Barrouze ravitaillement (café, thé, cake, brioches) offert aux randonneurs avant le départ
• À partir de 8h45 animation musicale sur la ligne de départ
• 9h départ des randonneurs
• 10h45 départ de SALERS pour les vététistes (raid et rando) contrôlé jusqu'à ST PAUL DE SALERS
• 11h départ du raid VTT de ST PAUL DE SALERS
• 11H 15 départ rando VTT de ST PAUL DE SALERS
• 14h départ course à pieds équipes
• 14h15 départ course à pieds individuelle
16h30 remise des prix VTT
18h remise des prix course à pieds
• 20h30 Repas auvergnat dansant animé par le groupe « corto maltesse » (nombre de places limitées à 750)
 
       DIMANCHE 27 MAI
Fête de la transhumance au puy violent. Montée des troupeaux à partir de 10h30. Repas servi sur place avec animation musicale
Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Salers de Toujours...
commenter cet article
24 avril 2007 2 24 /04 /avril /2007 15:53

 

Du 28 avril au 1er mai prochains, la cité historique de Salers accueillera la 10ème édition du Salon des sites remarquables du goût.
L'occasion de découvrir et goûter les spécialités de chacun des sites.
Salers accueille depuis dix ans le Salon de Printemps.
L’an passé, plus de 10 000 visiteurs ont pu pendant 4 jours apprécier les produits gastronomiques de la France entière.
Cette manifestation permettra à chacun des sites de faire la promotion de sa région par le biais d’une dégustation – vente de ses produits.
La vedette de ce salon, la vache de race Salers, sera également à l’honneur avec une présentation des plus beaux spécimens de la race.
Les animations permanentes pendant la durée du salon :
  • Grand marché d’artisans d’art (Exposition, démonstration et vente)
  • Présentation des vaches Salers
  •  
  • Dédicaces de livres
  • Visite découverte du GAEC Magne (réservation obligatoire sur le stand)
  • Des visites guidées de la cité historique vous seront proposées tout au long du salon (départ à l'office du tourisme)

     

    Programme des activités:

    Samedi 28 avril

    15h: Ouverture du Salon

    16h: Inauguration officielle

    Dimanche 29 avril

    09h: Départ de la randonnée à la découverte des estives (réservation obligatoire à l'Office de tourisme)

    10h: ouverture du Salon - Atelier cuisine animé par Aurélie CHAUVIN (10h45 - 14h00 - 17h) - dégustations à toutes heures.

    19h: Fermeture du Salon

    Lundi 30 avril

    09h: Départ de la randonnée à la découverte des estives (réservation obligatoire à l'Office de tourisme)

    10h: ouverture du Salon - Atelier cuisine animé par Aurélie CHAUVIN (10h45 - 14h00 - 17h) - dégustations à toutes heures.

    19h: Fermeture du Salon

     

    Mardi 1er mai

     

    09h: Départ de la randonnée à la découverte des estives (réservation obligatoire à l'Office de tourisme)

    10h: ouverture du Salon

    15h: Défilé du groupe folklorique "La Sagranière" suivi d'un spectacle sur podium dans l'enceinte du salon.

    16h: tirage de la tombola

    18h: fermeture du Salon

  • Visite des burons de Salers sur la route du Puy-Mary
Promenade en calèche avec des ânes tous les après midi
Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Salers de Toujours...
commenter cet article
3 mars 2007 6 03 /03 /mars /2007 15:11

Les 45 ans des parcs naturels régionaux, fêtés à Paris du 7 mars au 9 avril 2007

 

Les parcs naturels régionaux ont 40 ans. Pour fêter cet événement, le ministère de l’Écologie et du Développement durable invite le grand public à découvrir les 45 parcs naturels régionaux à travers une promenade photographique sous les passages de la Cour Saint-Emilion (Paris, 12è).


Les parcs naturels régionaux couvrent aujourd'hui 13 % du territoire et concernent 3 millions d'habitants. A la fois une richesse patrimoniale et une richesse économique dont la préservation relève de l'intérêt et de la responsabilité de tous, ils couvrent 13% du territoire et concernent 3 millions d’habitants. L’équilibre de la protection des patrimoines et du développement économique et social sur ces territoires se traduit par une multitude d’actions concrètes en faveur du développement durable.


C’est précisément cette richesse que tente de véhiculer l’exposition réalisée par le ministère de l’écologie et du développement durable. Du nord au sud entre la mise à l’eau d’un petit bateau d’échouage dans le Parc des Caps et Marais d’Opale au Massif des Alpilles, dernier Parc crée (fin janvier dernier), du littoral à la montagne entre l’Armorique et la presqu’île de Crozon et les pentes abruptes du Queyras, c’est une grande partie de la diversité paysagère française qui est traduite dans cette exposition. «Elle montre aussi la richesse des opérations menée par les Parcs naturels régionaux: pédagogie à l’environnement dans le Parc de l’Avesnois, accompagnement de la filière bois dans celui de Chartreuse ou encore tourisme durable dans de nombreux autres.», explique le ministère.
Pour l’occasion, 45 photographes -agents des parcs ou photographes naturalistes comme Hellio & Van Ingen, Vincent Munier, Stéphane Perera, ou Pascal Bourguignon - ont participé à l'exposition.


La conception graphique a été confiée à Olivier Douzou et à ses collaborateurs Les Lastic.


En libre accès sous les passages de la Cour Saint-Emilion, tous les jours du 7 mars au 9 avril 2007 jusqu'à 2 heures du matin

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Salers de Toujours...
commenter cet article