Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Salers au coeur avec Cédric Tartaud-Gineste
  • Salers au coeur avec Cédric Tartaud-Gineste
  • : Salers éternelle, cîté millénaire aux multiples visages et aux mille feux; le XXIème siècle est l'occasion de sonner la Renaissance d'un village qui sommeille depuis trop longtemps ! Ensemble, ayons à coeur de faire revivre Salers
  • Contact

Le Cantal actif

Pour me contacter:

 

 

 

 

Pour consulter mon profil Viadeo, rendez et inscrivez-vous sur :

 

 

Les Institutions Officielles :

 

La Présidence de la République

L'Assemblée nationale

Le Sénat

Le site du Gouvernement

 

Merci pour votre fidélité

Recherche

Archives

L'indispensable

 

Ils s'engagent pour l'interet général et le Cantal en particulier sur la toile:

Vincent DESCOEUR, Président du Conseil général et député du Cantal

Pierre JARLIER, Sénateur-Maire  de Saint-Flour, Président de l'Association des Maires du Cantal

René SOUCHON, ancien Maire d'Aurillac, Président de la Région Auvergne

Nicole MOISSINAC, son blog

François VERMANDE, Conseiller général, son blog

Christiane MISSEGUE, MoDem Cantal

Lightman, passionné de net-économie et d'actualité cantalienne 

Le Cantal - le e-dynamique à l'action: 
 

Comité Départemental Touristique du Cantal

Portail Cantalien

Conseil Général du Cantal

Le site des passionnés du Cantal

Le MEDEF dans le Cantal

Vivre et travailler dans le Cantal

Chambre de Commerce et d'Industrie du Cantal

Préfecture du Cantal 

 

La culture et le patrimoine, vous savez que c'est moins point faible: 

 

Cantal Patrimoine

Association des Amis du Patrimoine de Haute-Auvergne

Société de Haute-Auvergne

Généalogie de la Chataigneraie

Comité d'Histoire et d'Archéologie de Mauriac

Association généalogique APROGEMERE

Le musée Alfred Douet de Saint-Flour

Association du Cézallier - Vallée de la Sianne

Orfèvrerie en Haute-Auvergne

Langues et civilisations auvergnates

Le portail culturel du Canton de Saignes 

 

Le Cantal, terre de ressources et de recueillement

 

Le diocèse de Saint-Flour

Le Prieuré Saint-Jean à Murat

Eglise d'Aurillac

La maison des planchettes 

 

Quelques liens communautaires, culturels, commerciaux et associatifs:

 

L'Union du Cantal

La MONTAGNE - presse régionale

Ca papote entre Auvergnats

Testadaz, fromages, tripoux, jambons

L'Auvergnat de Paris

Le guide des restaurants auvergnats

Les 8 Filiales de la Ligue Auvergnate et du Massif Central

3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 11:55

Autel-abandonn__-et-pill___-__glise-Saint-Saturnin-de-Chauc.jpgLa vindicte médiatique aurait-elle deux poids et deux mesures? Toutes les profanations se valent en République, quelle que soit la confession...

Récemment, des églises de France ont été profanées, deux à Nantes et une à Morangis, ceci sans compter les vols et pillages en masse qui obligent souvent les collectivités à garder les lieux de culte fermés pour eviter de tels pillages.

Le Centre National des Indépendants et Paysans (CNI) a été le seul parti politique français présent à l'Assemblée nationale qui se soit ému de l'emoi suscité par un tel pillage.

Son Secrétaire Général Bruno NORTH n'a pas manqué de rappeler que "Ces actes de profanation contre les lieux de culte catholiques se multiplient en France et regrette le manque de volonté politique de nos gouvernants de les condamner. Ces actes sont purement anti-religieux. Ils sont contraires aux valeurs de notre république laïque qui permet à chacun de pouvoir exercer sa foi dans le respect des règles et des valeurs de notre démocratie."

Jean-Marc AYRAULT, maire PS de Nantes, a néanmoins déclaré qu'il porterait plainte contre cette profanation qui ne peut être admise en République.

Pascal NOURY, maire PS de Morangis, a adopté la même décision, précisant qu'il allait voir comment lutter efficacement contre les pilleurs, de concert avec les communautés paroissiales.

Monseigneur DUBOST, Evêque d'Evry et ancien Evêque aux armées s'est dit scandalisé par l'inertie des pouvoirs publics alors qu'il avait manifesté la volonté de réaliser un audit de l'état des églises de son diocèses; les collectivités lui avaient alors répondu que ce n'etait pas au diocèse de se mêler de cette affaire... résultat des courses, rien n'a été fait et les églises sont pillées et les hosties consacrées ont été profanées, ce qui, selon le dogme catholique, est le pire saccage que l'on puisse commettre, bien plus encore que le vol d'objets même s'ils sont en métal précieux. Ce ras-le-bol fait écho aux pillages supportés par les églises du diocèses en 2009 orchestrés par un duo de voleurs arrêtés en Seine-et-Marne en juin 2009 à Melun.

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Actualité
commenter cet article
10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 10:36

Le Parisien de ce matin vient de rendre public, le communiqué du Palais de l'Elysée diffusé hier:

n296644997267_2669.jpgEnguerrand LIBAERT, 20 ans, caporal du 13ème bataillon de Chasseurs Alpins (Chambéry), a été tué lors d'une opération dans la province de Kapisa (Est du pays). Ce jeune homme était engagé volontaire dans l’armée française depuis 2008 après ses études au lycée Ampère-Saxe. Il était en Afghanistan depuis deux mois.

Un autre soldat de ce même bataillon avait été gravement blessé lundi dans une attaque de talibans. Il est en cours de rapatriement d'urgence par avion à Paris.

 


L'incident s'est produit «à l'entrée sud de la vallée d'Alasay» alors qu'un détachement français participait à la protection d'un convoi logistique de l'armée nationale afghane, sur l'axe routier reliant Bagram à la base française de Nijrab. Celle-ci est située à environ 50 kms au nord-est de Kaboul, dans la province de Kapisa. «Au cours de l'opération, les éléments français ont été pris à partie par les insurgés. Un soldat français a été mortellement touché». 


La France compte quelque 3.750 soldats sur le théâtre des opérations afghanes, dont près de 3.500 sur le sol afghan. Ce nouveau décès porte à 40, le nombre de soldats français tués en Afghanistan depuis le déploiement des premières troupes alliées, fin 2001.

Je souhaite avoir ici une pensée pour chacun des soldats français présents sur l'ensemble des zones de conflits dans le monde. Des drames comme celui que vit la famille de ce jeune caporal ne sont pas à souhaiter. La France s'est engagée dans la coalition anti-talibans après l'attaque du 11 septembre 2001. Il s'agissait dans un premier temps de pourchasser Ben Laden, à ce jour toujours recherché et de restaurer l'Etat de droit en Afghanistan. Force est de constater qu'après 8 ans de présence militaire, l'Afghanistan est toujours divisé et soumis à des pressions féodales et cela après une dictature islamiste qui a succédé à 20 ans de guerre avec l'Union Soviétique.

De plus en plus de voix en France s'élèvent pour un rapatriement de nos troupes, tout comme des voix s'élèvent aux Etats-Unis pour le rapatriement des GI's en Irak. Nos dirigeants persistent dans la certitude que la démocratie et le maintien de la paix passe par la présence militaire et le tribut que payent nos soldats. Cette décision a sans doutes suscité une relative adhésion lors de sa décision mais à l'usage, elle devient scandaleuse.



Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Actualité
commenter cet article
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 19:02

La Ministre de la Justice, Mme ALLIOT-MARIE, a précisé les conditions selon lesquelles le procureur a décidé de faire appel de la décision de relaxe à l'encontre de Dominique DE VILLEPIN. Elle exclut toute forme de pressions politiques et exhorte l'ancien Premier Ministre à faire passer l'intérêt général au-dessus des considérations partisanes: "Dominique de Villepin, qui se pose en "alternative" à Nicolas Sarkozy à droite, "est un homme politique qui doit exprimer ses idées" mais "j'espère que ses idées ne se limitent pas à des attaques contre le président de la République", a déclaré l'ancienne présidente du RPR sur Europe 1."

L'ancienne concurrente potentielle à la course à la présidentielle en 2007 contre Nicolas SARKOZY, a rappelé que "L'intérêt général, j'y suis particulièrement attachée" et "n'accepte pas qu'on instrumentalise à des fins politiciennes ou des revendications à des fins syndicales la décision du procureur".

Dominique DE VILLEPIN, qui se dit victime de "l'acharnement" de Nicolas SARKOZY, affirme que la décision de faire appel a été prise lors d'une réunion à l'Elysée jeudi après-midi -- une "allégation mensongère" selon l'entourage du chef de l'Etat. "Il l'a dit lui-même et c'est la vérité: le procureur a pris sa décision sans qu'il y ait ni instruction ni incitation de quelque nature que ce soit", a déclaré Mme ALLIOT-MARIE sur Europe 1. "Je ne laisserai pas faire des choses contraires aux règles et attaquer un magistrat", a-t-elle souligné.

François BAROIN, proche de Jacques CHIRAC et de Dominique DE VILLEPIN demande au chef de l'Etat, des signes d'apaisement:  "Il est inenvisageable que cette situation perdure", a-t-il dit sur Canal+. "Il faut que le président tourne la page sans attendre (le procès en appel)", a-t-il exhorté. "Qu'ils se voient, qu'ils se parlent. C'est au président de la République de faire ce geste de rassemblement. On ne peut pas arriver in fine six mois avant la présidentielle avec un sujet de cette importance qui ne soit pas purgé", a-t-il estimé, appelant la majorité à "faire revenir dans le jeu" Dominique de Villepin.


Patrick BALKANY a dénoncé la "mauvaise manière" faite par Dominique DE VILLEPIN à l'UMP tout en lui prédisant un échec face à Nicolas SARKOZY: "Toutes les divisions à droite de tous temps ont toujours été rejetées. A droite, tous ceux qui ont voulu se présenter contre le leader naturel ont été punis par l'électorat". Il doit sans doute faire référence à la candidature d'Edouard BALLADUR en 1995 contre le leader naturel de la droite, Jacques CHIRAC. Il faut rappeler que Patrick BALKANY s'etait présenté en dissidence face au maire sortant de Levallois-Perret, investi par le RPR, soutenu par l'UDF et DL, Olivier de CHAZEAUX en 2001.

Depuis 2002, les gaullistes tentent de se rassembler pour pleinement participer à la majorité, attendant du parti présidentiel, une place en tant que courant associé. Néanmoins, les initiatives isolées de Nicolas DUPONT-AIGNAN, puis de Michèle ALLIOT-MARIE ne sont pas parvenues à fédérer l'ancien Rassemblement Pour la République. Dominique DE VILLEPIN, victime de ce qui s'apparente de plus en plus à un acharnement dont on ne connait pas encore le ou les protagonistes, recherche à cristalliser autour de lui et de cette fidélité à des valeurs communes, les anciens Compagnons du RPR, suivis de personnalités issues de l'ancien mouvement fondateur de l'UMP, Démocratie Libérale (DL).

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Actualité
commenter cet article
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 14:15
L'Association des Maires de France fait circuler auprès de tous les élus locaux, les coordonnées des associations caritatives habilitées à recevoir les dons pour le séïsme à Haïti:

Cher(e)s collègues,
En complément des informations que nous vous avons fait suivre en provenance de l'AMF, et à la demande de plusieurs d'entre vous, vous trouverez ci-dessous les coordonnées de plusieurs organismes habilités à recevoir les dons des collectivités pour soutenir les sinistrés d'Haïti :

Médecins sans Frontières
Urgence Haïti
BP 2000
75011 PARIS

Médecins du Monde
Urgence Haïti
BP 100
75018 PARIS

Croix Rouge
 Séisme Haïti
75678  PARIS cedex 14

Action contre la Faim
Urgence Haïti
Libre Réponse 64731
75681 PARIS cedex 14

Fondation de France
BP22
75008  PARIS
Libellez vos chèques au nom de :
Fondation de France - Solidarité Haïti

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Actualité
commenter cet article
14 janvier 2010 4 14 /01 /janvier /2010 18:18

France Infos nous rapporte qu'au moins deux Français, salariés d’une entreprise du Cantal, ont été tués dans le séisme. Mais il est très difficile de connaître le sort des quelque 1.500 ressortissants français présents sur place, tant les moyens de communication ont été endommagés.

Leur direction l’a annoncé à la mi-journée : deux Français sont morts à Haïti. Tous deux appartenaient à Matière, une entreprise spécialisée dans la conception des ponts, basée à Arpajon-sur-Cère dans le Cantal. L’un était ingénieur, l’autre cadre commercial. Ce sont les deux premières victimes françaises identifiées.


A la fin de la journée, le Quai d'Orsay nous communique que 260 Français sont pour l’instant regroupés dans les jardins de la résidence de l’ambassadeur de France à Port-au-Prince; 91 ressortissants français blessés, dont 7 grièvement, ont été évacués vers la Martinique.


Quant aux autres Français présents en Haïti au moment du séisme, "on les recherche", affirme Bernard Kouchner, "mais ça ne veut pas dire qu’ils ont disparu, qu’ils sont morts. On a à peine quelques soupçons plus forts que les autres, il y a des gens qui manquent mais rien de précis".

Hier soir, le ministre des Affaires Étrangères expliquait qu’une cinquantaine de Français étaient "activement" recherchés car ils se trouvaient au moment du séisme dans des zones particulièrement "détruites".

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Actualité
commenter cet article
13 janvier 2010 3 13 /01 /janvier /2010 12:02

drapeau_haiti.pngCette nuit, l'île d'Haïti a été frappée par un séïsme d'une magnitude de 7 sur l'échelle de Richter, les médias se sont faits les relais de la catastrophe à grand renfort d'images et de réseaux sociaux. Ci-dessous le résumé de cette nuit catastrophique telle que les médias nous la rapportent:

* Mardi, 23h05 heure française. Un fort tremblement de terre de magnitude 7,3 a frappé l'ouest d'Haïti et une alerte au tsunami a été émise, a indiqué l'Institut géologique américain (USGS).

* 0h20.
Le président américain Barack Obama offre l'aide des Etats-Unis.
* 1h00. On découvre les premiers dégâts matériels. Le Palais national (voir ce montage photo sur Twitter), qui abrite la présidence d'Haïti, ainsi que de nombreux bâtiments publics se sont effondrés.

* 2h00. Le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, annonce une aide d'urgence.2h30. Le département d'Etat parle de nombreux morts à Haïti

* 3h00. Le siège de la mission de stabilisation de l'ONU en Haïti (Minustah) a été détruit en grande partie, annonce un employé.

* 5h20.
La Banque interaméricaine de développement (BID) annonce le déblocage d'une aide d'urgence de 200 000 dollars.

* 6h00.
De nombreux étudiants d'une université privée de Port-au-Prince sont bloqués sous les décombres après le puissant tremblement de terre qui a frappé Haïti, alerte un responsable de l'institution.

* 6h20. L'ambassadeur d'Haïti au Mexique a assuré que le président d'Haïti René Preval "est vivant" après le puissant séisme qui a provoqué l'effondrement du palais présidentiel

*7h00. Scènes de désolation: de nombreux cadavres jonchent les abords des routes, tandis que des pillards sont à l'œuvre dans un supermarché au nord de Port-au-Prince. Sur le Web arrivent des vidéos montrant la panique et l'étendue du désastre.

Les plus grandes difficultés sont ressenties pour joindre les habitants, on dénombre de nombreux morts, sans cesse, nous parviennent des annonces de décès (les plus récents étant les casques bleus de nombreuses nations).


* 8h40. Le secrétaire d'Etat français à la Coopération Alain Joyandet, déclare que 200 personnes seraient portées disparues sous les décombres d'un grand hôtel de Port-au-Prince.

* 9h40. Huit Casques bleus chinois ont été ensevelis sous les décombres et dix sont portés disparus.

* 10h25. Trois casques bleus jordaniens de la mission de stabilisation de l'ONU à Haïti ont été tués et 21 autres blessés.

La communauté internationale s'organise déjà pour lancer des appels à l'aide et à la collecte de produits de première nécessité. Du Président de la République à Souverain Pontife, personne n'est resté indifférent à la catastrophe qui ravage l'île.

D'ores et déjà, la France envoit des secours en masse afin de palier aux nécessités d'urgence, installer des hôpitaux de campagne et mettre des contingents du génie à disposition pour recherches les éventuels survivants sous les ruines.

Le secrétaire d'Etat chargé de la Coopération, Alain Joyandet a déclaré ne pas avoir "de concret sur d'éventuelles victimes françaises" dans le séisme qui a frappé Haïti. Il a par ailleurs confirmé l'envoi de deux avions d'aide vers l'île des Caraïbes. L'inquiétude est de mise car il y a 1.400 Français au total dont 1.200 à Port-au-Prince.

 

Le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères Bernard Valero a précisé que les personnes ayant des proches en Haïti pouvaient joindre "le numéro habituel de la cellule de crise du Quai d'Orsay: 01 43 17 53 53". Interrogé sur France Inter, il a confirmé "les difficultés de communication et de circulation" sur place en raison de "dégâts très importants". Il a ajouté sur RFI que, d'après les informations restant à confirmer dont dispose le ministère, "l'aéroport de Port-au-Prince est en état de fonctionner et d'accueillir des avions".

Quant au soutien matériel de la France, le secrétaire d'Etat chargé de la Coopération a précisé que "deux avions partent tout de suite ce matin, un de Fort-de-France et un de Marseille (base militaire d'Istres NDLR), avec chacun à leur bord une soixantaine de personnes, dont une moitié de gendarmes et une moitié de sauveteurs, de personnel d'hôpitaux". "Les avions contiendront des vivres et les préfectures de Martinique et de Guadeloupe sont en alerte." AP


* 10h50. Le Secours Catholique et l'Unicef lancent un appel aux dons.





Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Actualité
commenter cet article
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 11:16

PpRobe.jpgPhilippe SEGUIN, l'un des derniers présidents du Rassemblement Pour la République, est décédé cette nuit, des suites d'une crise cardiaque à l'âge de 66 ans.

L'ensemble de la classe politique a salué ce "serviteur de l'Etat", infatigable baron du gaullisme.

Le caractère trempé de Philippe SEGUIN tient à ce qu'il fut orphelin de père très tôt en 1944, alors que le territoire national n'était pas encore libéré. Il s'est battu toute sa vie pour la réhabilitation des régiments

A partir de 1978, il a été élu député des Vosges, il deviendra par la suite Ministre des affaires sociales et de l'emploi (1986-1988), puis Président de l'Assemblée nationale (1993-1997) et Président du RPR (1997-1999).

En 1992, Philippe SEGUIN fait parler de lui en prenant position contre le Traité de Maastricht. Selon lui, ce traité porte atteinte à l'indépendance de la France.


En 1995, Philippe SEGUIN prit une part active à la campagne présidentielle de Jacques CHIRAC. Il fut alors l'un des principaux inspirateurs du thème de la "fracture sociale" (avec Henri Guaino) qui permit à l'ancien maire de Paris de triompher de son duel face à son rival Edouard BALLADUR et de décrocher son premier mandat de président de la République.

Elu en 1997 à la présidence du RPR en remplacement d'Alain JUPPE, Philippe SEGUIN démissionnera spectaculairement de cette fonction en avril 1999.


Philippe SEGUIN revient sur le devant de la scène politique à l'occasion des élections municipales de 2001. Désigné tête de liste du RPR à Paris après des primaires internes qui virent la suspension puis l'exclusion du Maire RPR en place Jean TIBERI, il présente sa candidature dans le XVIIIe arrondissement en quatrième position de la liste conduite par Roxane DECORTE. Avant de se raviser et d'en prendre la tête. A l'issue d'une bataille fratricide contre Jean TIBERI (RPR dissident), Philippe SEGUIN échoue face à Bertrand DELANOE.


En 2002, au lendemain de la deuxième élection de Jacques CHIRAC à l'Elysée, Philippe SEGUIN refuse d'intégrer l'UMP que le président de la République vient de créer. Il abandonne alors son ultime mandat de conseiller de Paris et quitte définitivement la vie politique.

L'armée française lui doit la présence dans son ordre de bataille actuel d'un régiment de tirailleurs, héritiers des traditions de toutes les unités de tirailleurs algériens, tunisiens et marocains, qui avaient été dissoutes, en 1964, après la guerre d'Algérie.

Philippe était le fils de l'aspirant Robert SEGUIN, tué le 7 septembre 1944, alors qu'il combattait au sein du 4ème régiment de tirailleurs tunisiens pour la Libération de la France. Il tomba au col de Ferrière, à proximité de Clerval (Doubs), laissant derrière lui, à 22 ans, une jeune veuve et un fils, Philippe, né le 21 avril 1943. Cette absence du père fut l'un des grands traits de la personnalité de Philippe Séguin.

Un demi-siècle plus tard, maire d'Epinal et député des Vosges, il parvint à convaincre le ministre de la Défense François LEOTARD de rebaptiser le 170ème RI, qui tient garnison à Epinal dans la Caserne SCHNEIDER, en 1er régiment de tirailleurs. Ce fut fait le 1er mai 1994. Les traditions de l'Armée d'Afrique était relevée et le 1er Tir possède sa nouba, ses tenues de tradition nord-africaines et son bélier. A l'époque, les régiments d'infanterie mécanisée possèdaient des chars AMX-30 et l'un d'entre eux portait le nom d'aspirant Séguin.




Qu'il me soit permis ici de rendre hommage à ce grand personnage du Gaullisme qui a suscité de nombreuses vocations militantes, son trait de caractère était sa force même si cela lui a valu des incompréhensions dans un monde politique où rien n'est blanc et noir.

En 2001, j'étais parmi les partisans de Jean TIBERI, pleinement engagé contre l'investiture de Philippe SEGUIN et la toute puissance que le Rassemblement s'arrogeait quant à imposer un candidat, nous étions en ce temps-là dans une crise manifeste de légitimité qui s'est soldée par la perte de la Mairie de Paris. Tous ceux, militants, cadres et élus, qui ont connu cette époque-là, se souviennent encore de ce désespoir à voir partir l'une des places fortes du gaullisme.

Je n'ai jamais regretté cet engagement qui n'était en rien une défiance vis-à-vis de Philippe SEGUIN, dont les rangs tibéristes ont toujours défendu l'intelligence et la fidélité gaulliste. Alors, au jour de sa disparition, c'est avec respect que je regrette que sa course se soit arrêtée là, lui, l'homme du refus, l'homme de la résistance car c'est tout le symbole de la résistance à l'oppression qui a motivé son "non" à Maastricht, c'est toute son âme de grand gaulliste qui l'a poussé dans ces engagements !



Merci d'avoir éclairé le chemin,
Merci d'avoir su transmettre la flamme,

 

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Actualité
commenter cet article
19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 15:27
index_-copie-1.jpgCITE DU VATICAN (Reuters) - Le pape Benoît XVI a approuvé un décret reconnaissant les "vertus héroïques" de son prédécesseur Jean-Paul II et du pape Pie XII, l'une des étapes avant leur béatification.

 

Les défunts papes auront désormais le titre de "vénérables".


L'étape suivante est la reconnaissance d'un miracle.

Celle-ci devrait intervenir pour Jean-Paul II au début de l'année prochaine, avant la béatification, dernière étape avant la canonisation et la reconnaissance comme saint.

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Actualité
commenter cet article
9 décembre 2009 3 09 /12 /décembre /2009 15:02


En 2006, pour ceux qui s'en souviennent, Georges FRÊCHE avait traité les harkis de "sous-hommes", provocant une indignation de la part de la classe politique française et obligeant le Parti Socialiste à suspendre le Président de la Région Languedoc-Roussillon.

A mon grand étonnement, j'ai appris mardi, que le Parti Socialiste allait laisser le champs libre à Georges FRÊCHE pour les prochaines régionales au prétexte que .... 90% des militants socialistes ont approuvé la reconduction du président sortant... un vrai plébiscite digne des années impériales ...

Alors comment interpréter ce laxisme socialiste? Après avoir entendu cette formation politique menacer la droite républicaine qui risquait de perdre son âme si elle ne brisait pas les "alliances" locales entre les Républicains et les Frontistes, qu'on se souvienne du cas de Charles MILLON ...

Après avoir entendu cette même formation faire des parallèles hâtifs entre Nicolas SARKOZY, son Karcher et ses Racailles ou bien Brice HORTEFEUX et son propos malheureux lors des Universités d'Eté de l'UMP... Oui quoi penser de cette formation politique qui, plus d'une fois s'est érigée en Gardien de l'Âme de la République, laisse évoluer un président de région dont les propos sont une HONTE pour la République?

Il serait opportun que les donneurs de leçon entament un grand ménage idéologique avant de perdre ce qui leur reste.

Je vous adresse ci-dessous, un débat que j'avais entretenu sur le blog d'un ancien conseiller municipal UMP de Fréjus. Il date de l'époque des propos scandaleux de Georges FRÊCHE.

Le clou de cette farce, ce sont quand même les propos de certains dirigeants du Parti Socialiste.

Mis à part Arnaud Montebourg qui a jugé cette acclamation « inacceptable », peu de voix au PS se sont élevées contre l'homme fort de la région. Au contraire, des lauriers lui ont été tressés.

La palme revient à Vincent Peillon, qui a estimé, dimanche au « Grand Jury » RTL-Le Figaro-LCI, qu'il « n'a pas l'once du moindre comportement ou pensée raciste » et qu'il « a fait pour la gauche, sa ville, sa région, des choses remarquables ».

Même Benoît Hamon, qui a rappelé qu'il est « celui qui avait demandé son exclusion du bureau du Parti socialiste suite à ses déclarations sur l'équipe de France de football », a affirmé vendredi sur France Inter, qu'à chaque fois que Georges Frêche « a été traduit devant les tribunaux pour ses propos, il n'a jamais été condamné ».

Comme disait François MITTERRAND, "L'histoire jugera"....




Je suis bien jeune pour avoir connu la guerre d'Algerie et ses conséquences et je pense que c'est une période de l'histoire de nos deux pays dont nous n'avons pas fini de souffrir. Néanmoins au risque de blesser Alice Denner sur la réécriture de l'histoire, il me semble que les Gaullistes ont été le seul courant politique dès la fin de la guerre (la seconde, celle qui a vu les Nazis nous occuper) à proposer des unions nationales partout, à toute les elections possibles afin de reconstruire le pays, parce que la seule obsession des gaullistes, c'etait l'interet général...

face aux propos de Freche, je ne peux répondre que je suis fier d'être français, héritier de pages nobles mais aussi sombres, c'est ça le patriotisme, c'est d'accepter l'histoire de son pays dans sa globalité et pas par compartiments. une chose est sure, je n'aurai pas voulu être résistant en 40 avec des types pareils aux manettes !!!

Enfin si la gauche n'a que ça à proposer alors qu'elle s'est faite sortir par le FN en 2002... je n'ai qu'une chose à lui dire.... Faut changer de métier


Georges Frêche : l'éternel provocateur de Septimanie. Ce n'est pas la première fois qu'il sombre dans l'empire de la honte. J'ai eu l'extreme privilège de l'avoir comme professeur à la faculté de droit de Montpellier.Une par semaine nous avions droit à ce style de propos.
Cet homme adore la polémique politicienne, et le scandale médiatique. Mais comme nous avons en languedoc une classe politique à 90 % digne du niveau zéro, personne ose lui tenir tête.

Mais je souhaite revenir sur le commentaire d'Edouard.
Septimanie n'est pas un nouveau nom imprononçable, c'est l'authentique nom de la région "romaine".
"Je fais faire simple". La région s'étendait des pyrénées au rhône, ou, si tu préféres de Perpignan à Arles. Ce fut le dernier vestige de l'Etat wisigothique
après la défaite de Vouillé (en 507

En matière historique, il faut toujours remettre les évènements dans son contexte

 


Bonjour,

en matiere historique je vous rejoins sur la justesse du terme de Septimanie qui couvre effectivement l'actuel Languedoc roussillon. Par contre, je voudrai remettre les choses dans le bon ordre... Nous sommes bien en République, Freche est censé etre élu de cette meme République... alors comment interpreter ses velleités? de maniere indépendantiste? de maniere régionaliste? il me semble qu'en 95, la presse avait pilonné les maires FN d'Orange, de Toulon et de Marignagne parce que les mairies arboraient sur leur fronton des étendards régionalistes... va peut etre falloir demander au PS de savoir pour qui et pour quoi il roule mais pour la France surement pas....


j'ai ecouté une breve au détour des informations sur la 3 hier soir

Freche est poursuivi pour avoir porté atteinte a une 'administration publique' parce qu'il avait publiquement declaré que c'etait peut etre les policiers qui avaient mis le feu aux voitures lors des emeutes de banlieue comme en mai 68!!!

ça plus un reportage où l'on voit Gremetz aggresser physiquement Robien!!!! et qui risque de lui couter l'exclusion du PCF

Au secours les bolcho-fascistes sont de retour !!!!


Ci-desssous un passionnant article publié dans le figaro aujourd'hui ....

JUSTICE Après la décision du juge d'instruction, l'UMP et les Verts réclament à nouveau la démission du président de Languedoc-Roussillon.



GEORGES FRÊCHE, le président socialiste de la Région Languedoc-Roussillon sera prochainement convoqué devant le tribunal correctionnel de Montpellier. Mardi dernier, il a été mis en examen pour injure à caractère raciale par Stéphane Tamalet le doyen des juges d'instruction. Le 11 février dernier, Georges Frêche, avait, lors d'une manifestation publique, traité les harkis de «sous-hommes». «Vous n'avez aucun honneur», avait-il ajouté. Le magistrat a retenu ces deux termes pour fonder les poursuites parmi un florilège de déclarations incendiaires qui avaient ému la communauté des harkis puis le monde politique de toute la France, entraînant, après hésitations et contorsions, la suspension de Georges Frêche du bureau national du Parti socialiste.

Lors de sa convocation chez le juge, le président de la Région a maintenu que ces déclarations s'adressaient au petit groupe d'individus qui manifestaient et non pas aux harkis dans leur ensemble. «Je suis rassuré sur le contenu du dossier de mon client mais pas sur le sort judiciaire qu'on veut lui réserver», estime Me André Ferran l'avocat de Frêche. Pour lui, «on a volontairement et sciemment détourné la destination de ses propos. On leur donne une connotation pénale qui n'a pas lieu d'être. Il faut être aveugle ou de mauvaise foi pour ne pas penser que Georges Frêche est devenu une cible politique et l'objet d'une instrumentation».

Inversement, l'opposition s'est félicitée de cette décision du juge d'instruction. «Cette mise en examen ne fait que conforter la demande de démission que nous avions déposée lors de la dernière séance du conseil régional. Le drame économique, c'est que tout cela ternit l'image de la Région tout entière. Si cela continue, nous aurons une image de marque pire que la Corse», commente le député UMP Jacques Domergue, conseiller régional d'opposition.

Dimanche dernier le conseil national des Verts s'était très majoritairement prononcé, à 72% pour une motion sans équivoque réclamant le remplacement de Georges Frêche à la présidence du conseil régional et de l'agglomération de Montpellier. Faute de quoi les élus Verts Languedoc-Roussillon devraient suspendre leur participation à ses majorités à partir de début mai, dixit leur conseil national. Même si l'on voit mal les leaders du groupe régional des élus écologistes (Yves Piétrasanta et Maryse Arditi), étroitement liés au «système» Frêche, claquer la porte. Acteur d'un feuilleton politico-judiciaire rarement vu, Georges Frêche devra encore prochainement répondre devant les juges de Montpellier pour «diffamation envers une administration publique» pour s'être interrogé, en tribune publique sur le rôle des «flics» dans les incendies de voitures lors des émeutes de novembre dernier.

http://www.lefigaro.fr/france/20060325.FIG000000584_georges_freche_mis_en_examen_pour_injure_raciste.html


Quand j'écoute les débats à l'Assemblée et notamment Hollande qui ose demander à Dominique de Villepin sa démission.... lui qui n'a jamais été invité à participer à un gouvernement de gauche et a donc autant de poids pour parler que Jean-Marie le Pen en critiquant autrui mais souvenons nous de février... quand Freche traitait les Harkis de sous-hommes, une telle parole raciste et discriminatoire suffisait à la demission de ce type et pourtant il est toujours en place... et les harkis sont toujours en greve devant le siege du PS, ce qui fait tache de s'eriger en donneur de leçons sans au préalable sentir bon !


J'en profite pour vous donner des nouvelles :


• M. Georges FRECHE président (P5) de la région Languedoc-Roussillon, ancien député de l’Hérault, ancien maire de Montpellier, a été suspendu pour deux ans par la commission des conflits du PS, de ses délégations au Parti Socialiste à compter du 23 février dernier à la suite de ses propos contre les harkis. Rappelons que M. FRECHE, qui avait été suspendu du Bureau national du PS par le Premier secrétaire François HOLLANDE, dans l’attente des sanctions éventuelles (cf. “BQ” du 1 mars), a été également mis en examen pour “injures envers un groupe de personnes en raison de son appartenance ethnique, raciale ou religieuse” (cf. “BQ” du 27 mars).

Rédigé par: Olivier DUMAS | lundi 20 février 2006 à 23:33
Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Actualité
commenter cet article
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 11:58

Sans commentaires, je vous laisse prendre connaissance de cet article paru dans le Monde d'aujourd'hui.



http://dechiffrages.blog.lemonde.fr/2009/11/24/collecter-par-telethon-est-20-fois-plus-cher-que-par-limpot/




24 novembre 2009

image-ouverture-microscope.1259031952.jpg

Merci à Pierre Bergé. Sans lui, la télévision publique aurait diffusé le téléthon 2009 comme chaque année depuis 1987. Sans se demander si l’indispensable lutte contre la myopathie bénéficie du meilleur financement. Or on en est loin.

Si l’impôt se substituait au téléthon, le coût de la collecte d’argent serait vingt fois moins cher. On prélèverait d’ailleurs moins, puisque le téléthon draine chaque année bien plus qu’il n’en faut. C’est ainsi que sa créatrice, l’Association française contre les myopathies (AFM), accumule des réserves financière qui la transfigurent. Elle est de moins en moins un collecteur de la générosité publique et de plus en plus un fonds de placement.

L’AFM se plait à souligner son ratio d’excellence – apparemment. Pour 100 euros collectés, elle n’en dépense pas plus de 20 en frais de collecte et en frais de fonctionnement. Ce n’est d’ailleurs pas tout à fait exact. Beaucoup de frais de rapport-afm-parce-que-navons-rien-a-cacher.1259032254.jpgcommunication, qui contribuent directement à favoriser la collecte, sont comptabilisés en frais de missions sociales, soulignait la Cour des Comptes dans le rapport qu’elle consacra en 2004 à l’Association française contre les myopathies.

En outre, tous les frais du Téléthon ne sont pas comptabilisés. L’AFM ne finance qu’un tiers des émissions de télévision. Quant aux frais des opérations régionales - la fameuse « force T » -, ils sont purement et simplement oubliées, soulignait le Cour des Comptes.

Mais admettons qu’il n’en coûte que 20 euros à l’AFM pour en collecter 100. Mieux vaudrait tout de même recourir à l’impôt. Il en coûterait vingt fois moins : 0,97 centimes cout-de-la-collecte-en-des-recettes-fiscales.1259032602.pngtrès exactement selon les données de l’OCDE pour l’année 2007. Notons au passage que l’administration fiscale française, si souvent décriée, coûte moins cher qu’on ne le croit. Elle est d’un coût moyen, au sens propre : quatorzième sur vingt-neuf au classement mondial.

Revenons à l’AFM. Collectant grâce au Téléthon bien plus qu’elle ne peut en dépenser, elle accumule des réserves devenues gigantesques. Début 2008, selon le rapport annuel de l’association, les ressources non utilisées des exercices antérieurs atteignaient déjà 97,767 millions d’euros. Cette masse, accrue du résultat de l’exercice 2008, dépassait 101 millions d’euros début 2009.  C’est à peu de choses près ce qu’a rapporté le dernier téléthon (1).

Bref, l’AFM est aujourd’hui en mesure de supporter un téléthon sans aucun dopierre-berge.1259032927.jpgnateur.  Cela n’affecterait pas ses activités.

Jusqu’où cette réserve financière grandira-t-elle ? Bonne question que la Cour des Comptes posait en 2004 : « La Cour constate que l’AFM n’a jamais indiqué dans les documents qu’elle publie quel est, selon elle, le niveau optimal de fonds associatifs et réserves qu’elle doit atteindre afin de faire face à une éventuelle baisse des ressources du Téléthon ».

Si la lutte contre les myopathies était financée par l’impôt, la question ne se poserait évidemment pas.

___

(1)    104,9 millions d’euros.

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Actualité
commenter cet article