Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Salers au coeur avec Cédric Tartaud-Gineste
  • Salers au coeur avec Cédric Tartaud-Gineste
  • : Salers éternelle, cîté millénaire aux multiples visages et aux mille feux; le XXIème siècle est l'occasion de sonner la Renaissance d'un village qui sommeille depuis trop longtemps ! Ensemble, ayons à coeur de faire revivre Salers
  • Contact

Le Cantal actif

Pour me contacter:

 

 

 

 

Pour consulter mon profil Viadeo, rendez et inscrivez-vous sur :

 

 

Les Institutions Officielles :

 

La Présidence de la République

L'Assemblée nationale

Le Sénat

Le site du Gouvernement

 

Merci pour votre fidélité

Recherche

Archives

L'indispensable

 

Ils s'engagent pour l'interet général et le Cantal en particulier sur la toile:

Vincent DESCOEUR, Président du Conseil général et député du Cantal

Pierre JARLIER, Sénateur-Maire  de Saint-Flour, Président de l'Association des Maires du Cantal

René SOUCHON, ancien Maire d'Aurillac, Président de la Région Auvergne

Nicole MOISSINAC, son blog

François VERMANDE, Conseiller général, son blog

Christiane MISSEGUE, MoDem Cantal

Lightman, passionné de net-économie et d'actualité cantalienne 

Le Cantal - le e-dynamique à l'action: 
 

Comité Départemental Touristique du Cantal

Portail Cantalien

Conseil Général du Cantal

Le site des passionnés du Cantal

Le MEDEF dans le Cantal

Vivre et travailler dans le Cantal

Chambre de Commerce et d'Industrie du Cantal

Préfecture du Cantal 

 

La culture et le patrimoine, vous savez que c'est moins point faible: 

 

Cantal Patrimoine

Association des Amis du Patrimoine de Haute-Auvergne

Société de Haute-Auvergne

Généalogie de la Chataigneraie

Comité d'Histoire et d'Archéologie de Mauriac

Association généalogique APROGEMERE

Le musée Alfred Douet de Saint-Flour

Association du Cézallier - Vallée de la Sianne

Orfèvrerie en Haute-Auvergne

Langues et civilisations auvergnates

Le portail culturel du Canton de Saignes 

 

Le Cantal, terre de ressources et de recueillement

 

Le diocèse de Saint-Flour

Le Prieuré Saint-Jean à Murat

Eglise d'Aurillac

La maison des planchettes 

 

Quelques liens communautaires, culturels, commerciaux et associatifs:

 

L'Union du Cantal

La MONTAGNE - presse régionale

Ca papote entre Auvergnats

Testadaz, fromages, tripoux, jambons

L'Auvergnat de Paris

Le guide des restaurants auvergnats

Les 8 Filiales de la Ligue Auvergnate et du Massif Central

13 octobre 2006 5 13 /10 /octobre /2006 00:00

Le site de la commune de Saint-Bonnet-de Salers mérite une attention particulière car il offre dans ses onglets, une multitude de petits outils permettant de mieux appréhender la vie politique locale, qu'elle soit locale ou intercommunale.

Ainsi en faisant fi des textes administratifs et juridiques, je vous propose ici de retrouver une sélection de données relatives à la politique locale du Pays de Salers, des enjeux qu'elle représente et de la manière dont s'agence et s'organise ce territoire.

En 2004, en application des articles L 5214-1 et suivants du Code général des Collectivités Territoriales, La CODECOM est créée entre les communes suivantes: ALLY, ANGLARDS de SALERS, BARRIAC les BOSQUETS, CHAUSSENAC, ESCORAILLES, FALGOUX (Le), FAU (Le), FONTANGES, FREIX-ANGLARDS, GIRGOLS, PLEAUXSAINT-BONNET de SALERS, SAINT-CERNIN, SAINT-CHAMANT, SAINT-CIRGUES de MALBERT, SAINT-ILLIDE, SAINT-MARTIN CANTALES, SAINT MARTIN VALMEROUX, SAINT-PAUL de SALERS, SAINT PROJET de SALERS , SAINTE EULALIE, SALERS, TOURNEMIRE. Elle a pris le nom de CODECOM : « Pays de Salers »

La CODECOM a pour objet d'associer des communes au sein d'un espace de solidarité en vue de l'élaboration de projets communs de développement et d'aménagement de l'espace. Elle exercera de plein droit, pour le compte des communes membres et pour la conduite d'actions d'intérêt communautaire les compétences suivantes:

I) AU TITRE DES COMPETENCES OBLIGATOIRES :

A) AMENAGEMENT DE L' ESPACE - Elle élaborera une charte de développement et d'aménagement communautaire permettant de dégage développement de la communauté, la mise en œuvre de contrats locaux de développement ainsi qu'une charte paysager

B) DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE : il s'agit d'un axe majeur qui doit créer les meilleures conditions pour développer les activités économiques directes et indirectes liées aux domaines de l'agriculture, de l'agro-alimentaire, de la filière bois, des PME, du tourisme, du commerce et de l'artisanat conformément aux résultats de la charte de développement et d'aménagement. - Les objectifs et les moyens communs sont les suivants :

* création et reprise de zones d'activités d'intérêt communautaire.

* soutenir l'immobilier d'entreprises d'intérêt communautaire.

* mettre en place une politique de développement touristique à l'échelle de la communauté en structurant l’offre touristique par une approche collective, coordonnée et cohérente :

* mise en réseau des points d'information,

* projets touristiques à vocation communautaire (circuits, hébergements, patrimoine, animation...). * création des structures touristiques d'intérêt communautaire.

* Élaboration et mise en oeuvre de procédures de développement touristique (pôle touristique d’excellence, programme «pays d'art et d'histoire».

* pour l'agriculture et l'agro-alimentaire : développer en partenariat des actions favorisant la création de valeurs ajoutées par des actions sur la qualité et les démarches de filière.

* pour la forêt : en développant des partenariats pour valoriser la ressource locale.

* pour le commerce et l'artisanat : mise en œuvre d'opérations spécifiques concourant à la transmission et à l’installation d'entreprises. Favoriser la présence du commerce alimentaire sur l'ensemble du territoire. Enfin la communauté mettra en place un observatoire permettant de suivre l'évolution et les besoins des secteurs économiques évoqués ci-dessus. Elle s'impliquera également dans le soutien à l'élaboration de dossiers publics et privés à caractère économique.

II- COMPETENCES OPTIONNELLES

A) Protection et mise en valeur de l'environnement :

- en assurant la compétence «collecte et traitement» des déchets ménagers.

- en mettant en place une cellule technique d'appui et de conseil pour l'assainissement non collectif dans le cadre d’un S.P.A.N.C(Service Public d'Assainissement Non Collectif).

- en mettant en place une cellule de réflexion sur la ressource en eau

- en en organisant des programmes d'entretien des berges et des rivières

- en concourant à la valorisation, à la restauration du patrimoine bâti et naturel (soutien administratif et technique)

B) Politique du logement et du cadre de vie : Développer une politique du logement social d'intérêt communautaire grâce aux actions suivantes :

- opération de l'amélioration de l'habitat de type contrat d'assistance ou opération programmée de l'habitat (OPAH),

- aménagement et rénovation d'habitat locatif à l'année en vue de maintenir la population : appui technique et financier, dan le cadre d’un P.L.H (Plan Local de l' Habitat).

- pour les personnes âgées : réflexion sur la création ou l'aménagement et le fonctionnement de petites structures d'accueil (famille d’accueil)

- création d'un observatoire des logements vacants et des besoins.

III - COMPETENCES FACULTATIVES :

A) Cadre de vie et services : Tout d'abord il s'agit d'assurer des services aux personnes :

> Pour les jeunes :

- organisation de transport dans le cadre d'activités sportives, culturelles ou de loisir,

- organisation de relais d'assistantes maternelles,

- reprise ou création et gestion de centres aérés ou de loisirs d'intérêt communautaire.

> Pour les personnes âgées isolées ou handicapées :

- portage des repas en partenariat ou conventionnement avec des structures existantes,

- réflexion sur la création d'un SIAD, (Service Infirmier A Domicile)

- étudier l'intérêt de création de «maisons de services publics» dans les bourgs centres ou chef lieu d - réflexion sur la présence des services au public

B) Sport et culture :

- élaboration de Contrats Educatif Locaux (CEL) avec la DDJS et autres partenaires et de contrats temps libres avec la CAF

- favoriser les actions concourrant à leur développement sur tout le territoire communautaire,

- mise en place d'un réseau de médiathèque-bibliothèque en partenariat avec la médiathèque départemental

- développement d'activités musicales notamment dans le cadre de CEL.

- développement culture occitane en partenariat avec IEO,

- création d'une cellule d'animation permettant la coordination et la promotion d'événements culturels d'i: Créer des activités pour la population locale et touristique (hors saison).

- créer des événements culturels ou sportifs d'intérêt communautaire.

- concourir à des actions de promotion des musées d'intérêt communautaire.

- développer les partenariats avec le monde associatif (ex : clubs 3ème âge,...)

C) Urbanisme :

- Dans le cadre de la mise en œuvre de la loi S.R.U., la communauté apportera son concours technique à la mise en place et à la coordination des plans locaux d'urbanisme et des cartes communales.

- Dans le domaine de l'aménagement foncier, elle créera ou développera un partenariat avec un établissement chargé de réaliser des réserves foncières pour les collectivités.

Maîtrises d'ouvrages déléguées: La CODECOM « Pays de Salers» pourra sous certaines conditions, à la demande des communes membres, assurer déléguée de travaux propres à ces communes. Une convention de délégation fixera les conditions techniques et financières ( La Communauté de Communes pourra, sous certaines conditions, fournir ou recevoir des prestations de services à/de toutes communes ou à /de tout groupement de communes dans le respect des règles de la commande publique. Une convention de prestation de services en fixera les conditions techniques et financières ( à suivre)

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Les outils de la politique locale
commenter cet article
13 octobre 2006 5 13 /10 /octobre /2006 00:00

Lorsque l'on arrive à Salers, on a toujours tendance à penser que rien n'a bougé depuis des lustres. Et pourtant, comme partout ailleurs, les aléas politiques et sociaux ont marqué notre cité.

En 1625, la comtesse de Caylus ayant des interêts fonciers dans la cité, contribue à l'installation d'un couvent de Franciscains Récollets (ordre mineur de stricte observance) du côté de Barrouze. Autant il m'a été possible de retrouver les archives du couvent de Notre-Dame autant les données relatives au couvent des Recollets sont presques inexistantes.

Il y a bien quelques renseignements dans les annales du couvent de Notre-Dame, ainsi que dans la série relative aux biens nationaux aux Archives départementales, mais hélas rien ne développant la vie des franciscains, ni même leurs identités, les comptes de leurs activités ou leurs relations avec leur hiérarchie provinciale ou le clergé local.

A force de recherche, toujours périphériques, on retrouve bien quelques traces, notamment une lancée ogivale dans l'une des maisons de Barrouze qui fait face à l'hôtel des Remparts, dont Philippe Garrigue m'a expliqué qu'il s'agissait d'un vestige du couvent qui, hélas, n'avait pas survécu à la Révolution.

Enfin une autre curiosité historique sur l'un des murs de l'eglise paroissiale. Une porte est percée du côté de la mise au tombeau (côté sud). En fait, elle n'est pas percée mais installée. Il s'agit d'une des portes de l'ancien couvent des Récollets que l'abbé Cheyrier, alors curé de Salers, aurait fait transporter comme seul vestige exploitable.

Cela paraissait peut-être évident pour les gens de l'époque, néanmoins c'est le symbole positionné en chef de la porte qui m'a mis la puce à l'oreille: les deux mains qui se serrent au dessus de la croix sont un symbole franciscain, propre à cet ordre, il ne peut donc y avoir de doute sur son origine. C'est en visitant Notre-Dame de la Garde à Marseille et en y découvrant l'appartenance franciscaine de ce signe que j'ai définitivement fait le rapprochement.

Porte latérale contre l'Eglise Saint-Matthieu de Salers

En lisant l'histoire de Saint-Louis d'Anjou, évêque de Toulouse, à Marseille, on découvre l'explication de ce symbole:

Il n'empeche que les données sur ce chapitre de l'histoire de Salers (presque 170 ans tout de même) reste pour l'instant sous silence et ce coup-ci, il n'y a pas eu d'évêque belge pour accueillir les religieux expulsés avec leurs archives.

A suivre aussi ...

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Le coin de l'Historien
commenter cet article
8 octobre 2006 7 08 /10 /octobre /2006 00:00

Le 8 octobre 2006: Voila presque un an que Thierry nous a quitté.

 

Je n'avais pas encore pris la décision de créer ce blog à cette époque mais en relisant les nécrologies de l'Abbé Delacellery et Mr Delprat, je ne pouvais pas faire un petit clin d'oeil à Thierry.

 

C'était aussi une petite âme de la cité. Thierry, après avoir passé de nombreuses années dans les Hauts-de-Seine, s'etait retourné dans le Cantal.

 

Terre de sa jeunesse, passée chez ses cousins Salvaige de Lamargé à Fontanges et Palmont, chez son oncle Roquemaurel à Lapierre près Saint-Paul.

 

Thierry était toujours discret mais avait toujours un mot ou une répartie qui faisait rire.

 

Collègue de zinc à la Préfète, j'avais découvert la passion de Thierry pour les vieux objets et le monde des chineurs l'été 2005, finalement trop tard pour que l'on approfondisse ce sujet!

 

Thierry fut le premier à me montrer un fer à osties dans un état de conservation intact,

 

Je n'oublierai pas surtout que Thierry était un homme serviable et bon, un an après, il nous manque!

 

Repose-toi bien à Saint-Paul, près des tiens!

 

Amitiés

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Les Sagraniers parlent aux Sagraniers
commenter cet article
8 octobre 2006 7 08 /10 /octobre /2006 00:00

Adolescent, j'ai longtemps regretté que la commune de Salers ne dispose pas d'un fonds bibliothécaire propre et plus précisément les ouvrages traitant de la cité sous toutes ses formes.

A force de recherches, il m'a été possible de dresser une première mouture de liste qu'il serait opportun qu'un jour, Salers possède.

GARRIGUE, Philippe: Les Seigneurs de Salers, essai généalogique, 2006.

MEYNIEL, Benjamin: Un Magistrat auvergnat dans la mouvance royaliste à l'apogée de La Ligue: Jehan de Vernyes, 1589-1593. mémoire de master I, Limoges, 2005.

Salers, choses et gens de Haute-Auvergne, collectif, 2004.

TARTAUD-GINESTE, Cédric: Histoire religieuse de Salers, paroisse de Haute-Auvergne à l'époque moderne - 1450-1792, Mémoire de Maîtrise d'Histoire, Sorbonne, 2002.

DESCOEUR & GARRIGUE: Les tapisseries du Canton de Salers, Aurillac, 1992.

IUNG, Jean-Eric: Salers, de la renaissance à l'age baroque - 1990.

DELANGLE, Gérard: Le Voeu de ville de Salers - 1586, Aurillac, 1989.

GARRIGUE & VANDEPLAS: Chronologie sagranière, Salers, 1987.

GOLDSMITH, James Lowth: Les Salers et Scorailles, seigneurs de haute-auvergne. 1500-1789, Clermont, 1984.

DOMPNIER, Bernard: La présence franciscaine en Auvergne, 1983.

BOUILLET, Nobilaire d'Auvergne, Montpensier, Paris, 1973.

RIBIER, René de: Les paroisses de l'Archiprêtré de Mauriac, Notice historique, Champion éditeur, 1920.

JALENQUES, Lous: Salers, notice historique et descriptive à l'usage des touristes, 1912.

ROBERT, Léon: Guide de Salers (avec plan de la ville), illustrations de M-J. Diernat, non daté.

CHEYRIER, Abbé, curé de Salers: Pieux et tristes souvenirs du monastère Notre-Dame à Salers, Mauriac, 1904.

Souvenir de Notre-Dame, Salers, 29, 30 et 31 juillet 1901. Hommage de reconnaissance et de respectueuse affection à Madame la Supérieure.

CHEYLUD, E.: La réaction religieuse dans le Cantal apreès thermidor, les journées des 11 t 12 brumaire an IV à Salers et à Saint-Bonnet, Paris, 1901.

DELRIEU, Abbé: L'ancienne Mission de Salers (1674-1792), 1895, Saint-Flour, Boudounelle.

LESMARIE, Abbé, curé d'Anglards: Le vœu de ville à Salers, discours prononcé le 1° février 1894, Saint-Flour.

CHABAU, Abbé J-B.: Pélreinages et sanctuaires de la Sainte Vierge dans le diocèse de Saint-Flour. Aurillac, 1888.

RANDANNE, Abbé: Etude historique sur l'ancienne mission diocésaine de Clermont et ses quatres maisons: l'hermitage, Salers, Banelle et La Chasse, Clermont-Ferrand, 1885.

RIBIER du CHATELET, Docteur, Dictionnaire statistique et historique de département du Cantal, 1857.

En préparation (pour 2007 ou 2008):

Histoire du couvent Notre-Dame de Salers, d'après les manuscrits de l'Abbé Cheyrier et les annales de l'Ordre.

La compagnie de Notre-Dame dans les diocèse d'Auvergne de sa première implantation aux lois combes.

Il existe encore d'autres ouvrages pour compléter ce premier jet, alors profitez-en, c'est un blog, c'est fait pour s'enrichir de la contribution de chacun!

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Le coin de l'Historien
commenter cet article
3 octobre 2006 2 03 /10 /octobre /2006 00:00

Toutes les civilisations ont vu le même phénomène, à savoir remployer les vestiges d'anciens bâtiments pour en constuire ou consolider de nouveau. Salers ne fut pas en reste de telles méthodes.

C'est de la manière la plus accidentelle, que cet été, j'ai découvert une curiosité dans la cheminée du bar "le rétro" en bas de la rue du Beffroi.

Au lieu d'y trouver une traditionnelle plaque de cheminée, c'était une pierre de taille conséquente avec une particularité, celle d'avoir les armoiries de la compagnie de Notre-Dame, le couvent dont je vous parlai précedemment!

Alors les paris sont ouverts pour en savoir davantage. C'est un mystère sans en être un, il s'agit probablement d'une pierre provenant du démembrement du couvent, mais viendrait-il de la clôture brisée sous la Révolution? ou de la destruction du couvent après la seconde guerre mondiale?

J'attends de vos nouvelles la-dessus et d'ici là je continue de prospecter, et j'en profite pour vous laisser une petite photo de la cheminée !

 

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Le coin de l'Historien
commenter cet article
3 octobre 2006 2 03 /10 /octobre /2006 00:00

 

C’est après une belle matinée au pied du puy Violent que les chasseurs de Saint-Paul-de-Salers ont eu une belle surprise.

Grâce à un tir habile de Laurent Faucher (chasseur non sociétaire exemplaire), c’est un sanglier de 128 Kg qui a couronné leurs efforts et ceux de leurs chiens.

Et c’est avec joie et fierté qu’ils posent tous pour la photo autour de ce trophée de poids.

 

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Actualité
commenter cet article
3 octobre 2006 2 03 /10 /octobre /2006 00:00

En 1647, alors que la cité de Salers est déjà fort bien pourvu en édifices religieux (une paroisse avec une confrérie de prêtres-filleuls, un couvent de récollets, un pèlerinage dédié à Notre-Dame de Lorette); une maison de religieuses ouvre ses portes.

Il s'agissait d'une maison de la Compagnie de Notre-Dame, fondée en 1607 par Sainte-Jeanne de Lestonnac à Bordeaux, Jeanne était la nièce de Montaigne et dès son veuvage, alors que la France avait été traversée par les Guerres de Religions (Y compris la famille de Jeanne), elle se tourna vers les Ordres. Après une tentative non concluante chez le Feuillantines de Toulouse, Jeanne revînt à Bordeaux exposer au Cardinal-Archevêque de Sourdis son projet d'une congrégation enseignante dédiée aux jeunes filles afin que ces dernières jouissent d'une instruction et ne soient plus autant dépendantes du savoir des autres.

Avec le temps et l'évolution des moeurs, la mission de la Compagnie a évolué mais demeure néanmoins une priorité: la pédagogie humaniste arrêtée par Sainte-Jeanne permettant tout à chacun de s'épanouir.

Les couvents virent le jour très rapidement en Auvergne:

1618 au Puy en Velay (qui y est toujours)

1622 à Riom Puy-de-Dôme

1625 à Aurillac (C'est l'actuel théâtre face à la maison consulaire)

1627 à Brioude (C'est l'actuel centre hospitalier Sainte-Marie)

1632 à Saint-Flour (C'est l'actuelle école Notre-Dame)

1634 à Issoire

et 1647 à Salers:

Ce sont des religieuses d'Aurillac qui sont venus ouvrir cette maison et qui furent accueillies par les autorités de la cité. Un couvent fut bâti après quelques procédures. Orienté vers l'ouest et le sud il disposait d'une façade vers l'intérieur de la cité et son angle était ponctué par une chapelle. Afin que chacun visualise mieux la situation, l'actuel collège a été bâti sur le même site et l'actuelle salle des fêtes n'est autre que ... la chapelle du couvent, il est même encore possible d'admirer les armes de la Compagnie contre le versant de la Maison de Bargues.

Le couvent a vu passer les plus grands noms de la région (Salers, Dolivier, Mossier, La Farge, La Ronade, Bargues, Sevestre, ...).

Chassées à la Révolution, les Religieuses tenteront de conserver une vie conventuelle dans leurs rapports aux autres en respectant les voeux qu'elles avaient prononcé lors de la prise de voile, pauvreté, chasteté et obéissance.

Il fallut attendre la Restauration pour que les Soeurs de Notre-Dame (parfois appelées hâtivement Filles de Marie) ne revinssent à Salers. Menant une vie axée sur l'enseignement, elles restèrent jusqu'en 1904.

Cette année là, les lois de la République codifiait le droit des congrégations à exister sur le territoire national, un an avant que l'Etat et les églises ne se séparent.

Comme toutes les congrégations de France (Chartreux, Jésuites, Franciscains, ...), la Compagnie de Notre-Dame dut prendre le chemin de l'exil; mettant fin à 250 ans de présence congréganiste à Salers.

L'histoire pourrait s'arrêter là, mais elle eut une suite. L'évêque de Tournai en Belgique, désireux d'installer des congrégations enseignantes, invita les soeurs de Salers en banlieue de Charleroi. Et depuis 1905, le couvent de Salers est installé dans le bourg de Jumet-Houtbois et continue de mener à bien la mission voulue par Sainte-Jeanne, mission qui se pérénnise car la maison de Jumet a même donné naissance à un couvent au Congo.

J'ai souhaité m'attarder sur cette histoire parce que le couvent de Jumet était mon point noir lorsque je finissais ma maîtrise d'histoire en 2002. Je me rappelle que je n'étais pas fier de ne pas avoir d'information sur le couvent, et c'est depuis Shanghaï en surfant sur internet que j'ai pris contact avec les religieuses de l'Ordre... à Toulouse. Le temps de rentrer en France et un courrier de la Soeur Archiviste m'attendait avec les coordonnées du couvent belge. A peine posé, j'appelai le couvent, me présentait maladroitement pour finalement être accepté à consulter les archives de Salers ... en Belgique.

J'ai aimé cette sensation de redécouvrir tous ces événements et documents oubliés des Sagraniers et de rencontrer des religieuses adorables comme Soeur Anne-Marie, Soeur Renault ou Soeur Tassin.

Si je suis attaché à l'histoire du couvent de Salers, c'est qu'il a décidé de mon sujet de thèse: La compagnie dans les diocèses d'Auvergne. J'ai pu découvrir le couvent de Saint-Flour, rechercher celui de Bort, découvrir celui du Puy et l'accueil chaleureux de Soeur Cébellieux, découvrir la rue du Palais Gallien à Bordeaux, la chapelle où repose la dépouille de Sainte-Jeanne dans l'école Notre-Dame grâce à Soeur Cécile-Amalric, assister au centenaire d'installation du couvent de Salers à Jumet et y rencontrer les soeurs Ernestine et Colette.

Quand j'énumère tous ces lieux, je revois les visages de chacune et repense, attendri, aux histoires que toutes me racontent et à leurs yeux emplis de bonheur et de joie d'être des Religieuses de Notre-Dame.

A. M. D. G.

 

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Salers de Toujours...
commenter cet article
2 octobre 2006 1 02 /10 /octobre /2006 00:00

Jacques DELPRAT est parti. Paisiblement. Investi depuis toujours sur la cité de Mauriac; c'est néanmoins dans la rue du Beffroi de Salers que nous avions coutume de le croiser, dans son magasin de souvenirs, entre la Boulangerie Prat et le Rétro de Jean-Charles.

Jacques DELPRAT, curieux de tout, passioné de son pays laisse un vide qu'il sera difficile de combler. Mauriac est en deuil d'avoir perdu son président de l'office de tourisme et Salers d'avoir perdu une de ses figures emblématiques !

A l'éclaireur, FSS!

 

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Les Sagraniers parlent aux Sagraniers
commenter cet article
2 octobre 2006 1 02 /10 /octobre /2006 00:00

L'abbé Elie DELACELLERY nous a quitté ce 11 août. Avec lui s'eteint une des mémoires de la cîté de Salers.

Curé de Salers pendant de nombreuses années, succédant à l'abbé Daucquier, il avait accompli son sacerdoce dans les alentours puisqu'il avait été tour à tour chef de la troupe scout 1ère de Mauriac avant d'en devenir l'aumônier, puis en religion à Pleaux avant de prendre sa charge à Salers.

Appelé par l'évêque pour occuper la maison des planchettes (ancien grand séminaire diocésain), il devint Chanoine titulaire de la cathédrale et aumônier de la Sanfloraine, avec le titre de grand bibliothécaire du diocèse.

Veillant sur le trésor séculaire qui lui était confié, l'Abbé n'en était pas moins totalement disponible et son regard s'egayait toujours dès que l'on faisait référence à Salers.

J'ai pu apprécier la disponibilit du père lors des mes recherches en 2002, il me fit même don de quelques vieux ouvrages scouts dont notamment un livre de Baden-Powell.

Alors, père, comme il est de coutume pour tous ceux qui un jour ont prononcé leur Promesse, un soir de veillée, avec pour seule devise: Franchise, dévouement, pureté et la mission de toujours protéger le faible:

Fraternel Salut Scout !

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Les Sagraniers parlent aux Sagraniers
commenter cet article
21 septembre 2006 4 21 /09 /septembre /2006 00:00

Un grand week-end, qui marque au passage la fin de la saison touristique, vient de se dérouler à Salers: le 133ème concours national de la Race salers.

De nombreuses délégations provinciales et étrangères ont été accueillies malgré un temps ... humide !

Turbulent le magnifique taureau de 1350 Kg a été vendu et part pour l'Irlande, non sans quelques émotions de la part de son ancien éleveur.

Merci à l'UPRA Salers pour une organisation sans fautes même si le temps n'a pas été de la partie. Ce week-end est porteur d'avenir pour le renouveau de cette chère cité cantalienne.

La bonne ambiance était de mise et c'est toujours avec un grand sourire que l'on retrouve l'indétrônable Auvergnat, les habitués reconnaitront... et l'exceptionnelle buvette montée par Jean-Charles Bancarel et Stéphane Bouyge qui fut le lieu de moments conviviaux entre acteurs de la race, agriculteurs, curieux et touristes.

Salers, c'est une histoire sans fin, à peine une saison achevée que la suivante pointe déja le bout de son nez !

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Salers de Toujours...
commenter cet article