Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Salers au coeur avec Cédric Tartaud-Gineste
  • Salers au coeur avec Cédric Tartaud-Gineste
  • : Salers éternelle, cîté millénaire aux multiples visages et aux mille feux; le XXIème siècle est l'occasion de sonner la Renaissance d'un village qui sommeille depuis trop longtemps ! Ensemble, ayons à coeur de faire revivre Salers
  • Contact

Le Cantal actif

Pour me contacter:

 

 

 

 

Pour consulter mon profil Viadeo, rendez et inscrivez-vous sur :

 

 

Les Institutions Officielles :

 

La Présidence de la République

L'Assemblée nationale

Le Sénat

Le site du Gouvernement

 

Merci pour votre fidélité

Recherche

Archives

L'indispensable

 

Ils s'engagent pour l'interet général et le Cantal en particulier sur la toile:

Vincent DESCOEUR, Président du Conseil général et député du Cantal

Pierre JARLIER, Sénateur-Maire  de Saint-Flour, Président de l'Association des Maires du Cantal

René SOUCHON, ancien Maire d'Aurillac, Président de la Région Auvergne

Nicole MOISSINAC, son blog

François VERMANDE, Conseiller général, son blog

Christiane MISSEGUE, MoDem Cantal

Lightman, passionné de net-économie et d'actualité cantalienne 

Le Cantal - le e-dynamique à l'action: 
 

Comité Départemental Touristique du Cantal

Portail Cantalien

Conseil Général du Cantal

Le site des passionnés du Cantal

Le MEDEF dans le Cantal

Vivre et travailler dans le Cantal

Chambre de Commerce et d'Industrie du Cantal

Préfecture du Cantal 

 

La culture et le patrimoine, vous savez que c'est moins point faible: 

 

Cantal Patrimoine

Association des Amis du Patrimoine de Haute-Auvergne

Société de Haute-Auvergne

Généalogie de la Chataigneraie

Comité d'Histoire et d'Archéologie de Mauriac

Association généalogique APROGEMERE

Le musée Alfred Douet de Saint-Flour

Association du Cézallier - Vallée de la Sianne

Orfèvrerie en Haute-Auvergne

Langues et civilisations auvergnates

Le portail culturel du Canton de Saignes 

 

Le Cantal, terre de ressources et de recueillement

 

Le diocèse de Saint-Flour

Le Prieuré Saint-Jean à Murat

Eglise d'Aurillac

La maison des planchettes 

 

Quelques liens communautaires, culturels, commerciaux et associatifs:

 

L'Union du Cantal

La MONTAGNE - presse régionale

Ca papote entre Auvergnats

Testadaz, fromages, tripoux, jambons

L'Auvergnat de Paris

Le guide des restaurants auvergnats

Les 8 Filiales de la Ligue Auvergnate et du Massif Central

4 mars 2007 7 04 /03 /mars /2007 16:15

Deux circulaires sur l'organisation matérielle du scrutin présidentiel

La date du premier tour de l’élection du président de la République est fixée au dimanche 22 avril 2007 et celle du second tour au dimanche 6 mai 2007, rappelle la traditionnelle circulaire (1) sur l’organisation matérielle du scrutin, qui devrait être diffusée aux maires avant le 20 mars prochain.


Le scrutin aura lieu le samedi précédent dans les bureaux de vote situés en Guadeloupe, en Guyane, en Martinique, à Saint- Pierre-et-Miquelon et en Polynésie française.


Une seconde circulaire (2) adressée aux préfets leur précise les mesures qu’ils auront à prendre avant, pendant et après le scrutin. Un calendrier est joint en annexe en vue de faciliter l'exécution des tâches à accomplir.


Le texte du décret portant convocation des électeurs devra être apposé sur tous les emplacements d'affichage administratifs, dès qu’il aura été transmis aux maires par le représentant de l’État.


Les opérations électorales sont régies par l'article 22 du décret n° 2001-213 du 8 mars 2001 portant application de la loi n° 62-1292 du 6 novembre 1962 relative à l'élection du président de la République au suffrage universel. Les principales missions qui incombent aux préfets sont précisées dans la circulaire n° NOR/INT/A/06/00092C du 16 octobre 2006 relative au déroulement des opérations électorales lors des élections au suffrage universel direct.


La circulaire a pour objet d'appeler l’attention des préfets sur plusieurs points particulièrement importants et de leur préciser les dispositions spéciales qu'il convient d'appliquer pour la préparation et le déroulement de l'élection du président de la République.

Il s’agit des points suivants:
1. Propagande
2. Opération préparatoire au scrutin;
3. Vote des personnes handicapées;
4. Vote par procuration;
5. Déroulement du scrutin;
6. Communication des listes d’émargement;
7. Dispositions pénales.
A Wallis et Futuna, les dispositions de la circulaire relatives aux communes sont applicables aux circonscriptions administratives.
(1) Circulaire n° NOR/INT/A/07/00018/C du 15 février 2007
(2) Circulaire n°NOR/INT/A/07/00019/C du 15 février 2007

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Les outils de la politique locale
commenter cet article
3 mars 2007 6 03 /03 /mars /2007 15:11

Les 45 ans des parcs naturels régionaux, fêtés à Paris du 7 mars au 9 avril 2007

 

Les parcs naturels régionaux ont 40 ans. Pour fêter cet événement, le ministère de l’Écologie et du Développement durable invite le grand public à découvrir les 45 parcs naturels régionaux à travers une promenade photographique sous les passages de la Cour Saint-Emilion (Paris, 12è).


Les parcs naturels régionaux couvrent aujourd'hui 13 % du territoire et concernent 3 millions d'habitants. A la fois une richesse patrimoniale et une richesse économique dont la préservation relève de l'intérêt et de la responsabilité de tous, ils couvrent 13% du territoire et concernent 3 millions d’habitants. L’équilibre de la protection des patrimoines et du développement économique et social sur ces territoires se traduit par une multitude d’actions concrètes en faveur du développement durable.


C’est précisément cette richesse que tente de véhiculer l’exposition réalisée par le ministère de l’écologie et du développement durable. Du nord au sud entre la mise à l’eau d’un petit bateau d’échouage dans le Parc des Caps et Marais d’Opale au Massif des Alpilles, dernier Parc crée (fin janvier dernier), du littoral à la montagne entre l’Armorique et la presqu’île de Crozon et les pentes abruptes du Queyras, c’est une grande partie de la diversité paysagère française qui est traduite dans cette exposition. «Elle montre aussi la richesse des opérations menée par les Parcs naturels régionaux: pédagogie à l’environnement dans le Parc de l’Avesnois, accompagnement de la filière bois dans celui de Chartreuse ou encore tourisme durable dans de nombreux autres.», explique le ministère.
Pour l’occasion, 45 photographes -agents des parcs ou photographes naturalistes comme Hellio & Van Ingen, Vincent Munier, Stéphane Perera, ou Pascal Bourguignon - ont participé à l'exposition.


La conception graphique a été confiée à Olivier Douzou et à ses collaborateurs Les Lastic.


En libre accès sous les passages de la Cour Saint-Emilion, tous les jours du 7 mars au 9 avril 2007 jusqu'à 2 heures du matin

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Salers de Toujours...
commenter cet article
2 mars 2007 5 02 /03 /mars /2007 13:08

Taxe foncière sur les propriétés bâties: comment appliquer l’exonération sur les constructions de logements locatifs sociaux?

 

Pour bénéficier d’une exonération de taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) sur les constructions de logements locatifs sociaux, le financement doit être constitué de prêts aidés et de subventions représentant plus de 50 % du coût de la construction. Une instruction de la direction générale des impôts (1) commente cette mesure.
La loi portant engagement national pour le logement étend la possibilité de prendre en compte les prêts consentis au titre de la participation des employeurs à l’effort de construction dans le calcul du pourcentage de 50%.
Pour les constructions de logements locatifs sociaux financées par les prêts aidés PLA-I et PLUS de la Caisse des dépôts et consignations ou prêts LLS et LLTS), la condition selon laquelle ce financement doit représenter plus de 50 % -ou 30 % (2)- du coût de la construction s’apprécie en tenant compte des subventions versées par l’Etat, l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU), les collectivités territoriales et les établissements publics de coopération intercommunale ainsi que des prêts consentis au titre de la participation des employeurs à l’effort de construction (« 1% logement »).
L’article 82 de la loi n° 2006-872 du 13 juillet 2006 portant engagement national pour le logement étend à l’ensemble de ces constructions la possibilité de prendre en compte, pour le calcul du pourcentage de 50 % (ou 30 %), les subventions consenties au titre de la participation des employeurs à l’effort de construction.
(1)Instruction n° 6 C-1-07 du 15 février 2007
(2)Le pourcentage de 50 % est abaissé à 30 % en cas de démembrement de propriété. Il n’est pas applicable dans les départements d’outre-mer.

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Les outils de la politique locale
commenter cet article
1 mars 2007 4 01 /03 /mars /2007 10:45

Je transmets une annonce :

Particulier rechercherait un local ou garage à acheter dans la commune de Salers. Si quelqu'un a ça dans ses tablettes, on ne m'a pas communiqué de gamme de prix spécifiquement.

mettez un commentaire, je transmettrai.

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Les Sagraniers parlent aux Sagraniers
commenter cet article
28 février 2007 3 28 /02 /février /2007 08:55

Un CDD de 7 mois de cuisinier/cuisinière est à pourvoir sur Salers. Il s'agit d'un emploi exigeant l'autonomie, secondé par un aide de cuisine. le débit quotidien est de 100 couverts. l'employeur accepte les débutants diplômés ou des personnes expérimentées (enre 6 et 12 mois) sans diplômes. La période court d'avril à octobre.

Un BEP cuisine est souhaité. Le salaire s'élève à 1700 € mensuels (11151,27 Fr) à négocier selon profil pour 39 H hebdomadaires.

Contactez Mr Léonard - Les Templiers, pour prendre rendez-vous
Tél. : 06.88.77.93.69

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Les Sagraniers parlent aux Sagraniers
commenter cet article
27 février 2007 2 27 /02 /février /2007 09:49
Parce que Salers n’est pas tout le Cantal, même si nous y revenons sans cesse au grè des conversations, j’ai pu profiter cette semaine de quelques rencontres et impressions appréciables au plus haut point.
 
Mardi a, avant tout, été l’occasion de rencontrer Monsieur René Monboisse, Président de la Photothèque et Archives cantaliennes, qui était présent la veille à une réunion organisée à Salers à propos de l’élaboration d’un site Internet pour faire la promotion des activités commerciales (que l’on me corrige si je me trompe).
 
René Monboisse donc, n’est pas une personnalité anodine pour la Haute-Auvergne. Alors si nous avons pris plaisir à confronter quelques points de vue dynastiques qui opposeraient naturellement n’importe quel légitimiste à un orléaniste, nous n’avons pas pour autant perdu un instant de nous apprécier.
 
Monsieur Monboisse m’a donc chaudement recommandé de consacrer un message sur mon blog à son charmant Château du Cambon sur la commune de Saint-Cernin, ce que j’exécute immédiatement :
 
 
le-cambon.jpgLe Château du Cambon est une ancienne place-forte du temps des Guerres de Religion. Il a conservé sa terrasse de défense, ses murailles et les vestiges de sa poterne.
 
Vers 1755 le Marquis de Calonne, seigneur du lieu, le transforma en une résidence de plaisance. Il est aujourd’hui le témoin vivant de l’art de vivre à la française à la fin du XVIIIème siècle, prenons-en pour preuve les enfilades de pièces de réception, le décor intérieur totalement préservé y compris le mobilier. Ce qui vaut à ce château d’avoir de nombreuses parties classées : communs ; pigeonnier ; fontaine ; grange ; porche ; décor intérieur
 
La particularité du lieu est de pouvoir, sur demande au propriétaire, organiser des soirées et animations dans le style du XVIIIème siècle : En costume, avec présentation d’une table pour dîner à la française.
 
Les jardins à la française qui accueillent des ifs et des buis taillés en forme d’allées, d’arabesques et de festons de 250 ans, ont été réalisé au XVIème siècle. Ils sont ornés d’un bassin allégorique et sont entourés de bosquets.
 
Le propriétaire fait visiter sa demeure du 1er Juillet au 31 août de 14h30 à 18h30. En septembre, cela se passe sur rendez-vous. La visite commentée comprend : L'intérieur (salons, salle à manger, bibliothèque, chambres de maître, galerie, chapelle) et les jardins. Les tarifs restent justifiés tant le lieu est religieusement entretenu, 4 € pour les adultes, 1,5 € pour les enfants. Tél. 04 71 48 34 63/ 04 71 47 60 48
 
Une nocturne chaque Samedi soir est dédiée à Mozart, son œuvre inonde alors les murs et les coursives du Cambon afin d’envoûter l’auditoire dans un décor orné de candélabres et dans un univers où le temps n’a plus de sens.
Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Le coin de l'Historien
commenter cet article
14 février 2007 3 14 /02 /février /2007 13:13
Après une prise de contact avec les Franciscains de Toulouse, dont le Couvent des Récollets de Salers sous l’Ancien régime relevait. J’ai pu entamer une correspondance avec le Frère archiviste, Hugues DEDIEU ofm,  qui m’a transmis toutes les informations dont il disposait.
 
Ainsi dans un ouvrage de Frédéric MEYER, « Pauvreté et assistance spirituelle, les franciscains récollets de la Province de Lyon », publié en 1997 ; il nous est révélé qu’il y a 7 frères présents dans le couvent de Salers aux alentours de 1725-1730.
 
Si la plupart des couvents récollets du diocèse de Clermont (dont Salers dépendait) relevaient de la Province de Lyon, celui de Salers relevait de la province récollette du Saint-Sacrement de Toulouse.
 
Les archives de la province nous révèlent que:
«  La fondation a été réalisée à l’initiative de la population locale. C’est à partir des années 1623-1625 que les habitants du lieu manifestèrent leur intention d’avoir une communauté de Récollets parmi eux. Ils exposèrent leur projet au Père Séverin RUBERIC, Mineur provincial, et à son définitoire. Réunis à Tulle le 30 août 1625, ceux-ci transmirent la requête de l’évêque de Clermont, Joachim d’ESTAING, qui accorda l’autorisation requise.
Les Récollets furent introduits seulement trois ans plus tard, le 14 juillet 1628. La construction du couvent commença le 22 septembre suivant, sous les auspices de Jeanne de LEVIS, dame de Pesteils, comtesse de Caylus, co-seigneur de Salers.
En décembre 1632, 6 frères composent la nouvelle communauté.
A l’époque de la commission des réguliers, il y a toujours 6 récollets à Salers, mais leur présence n’est pas sans poser certains problèmes de subsistance : d’après le rapport rédigé en 1767 par le Mineur Provincial de Saint-Sacrement, les Récollets, malgré les services qu’ils rendent à la ville et à la campagne, ont eu toujours grand peine à vivre ; le couvent est donc « à charge à la Province », et ses occupants pourraient être employés « utilement ailleurs ». 
 
Les travaux de Henri LEMAÎTRE en 1927, « Géographie historique des établissements de l’Ordre de Saint-François en Aquitaine (sud-ouest de la France) du XIII° au XIX° siècle », nous révèlent que le couvent de Salers en 1635 fit parti d’un groupe de dix couvent qui formèrent la province de Saint-Sacrement de Toulouse aux dépends de la Province de l’Immaculée-Conception.
 
Il nous est parvenu néanmoins un acte capitulaire de la communauté, daté du 10 décembre 1632 concernant la réception d’un document de Rome, les signataires semblent être : Fr. Jacques DELOHOBIAGUE (?), gardien ; Louis DUBOURG ; Germain CEALVE (?) ; Maximilien BONAIGUE ; Clément GREU ; Henri BAVEAU.
 
En 1790, il semblerait que l’ultime gardien de ce couvent ait été le Père Damase AUDINET, né en 1754 au Village du Genestou en Corrèze (AN, D XIX 2)
Voici quelques références archivistiques :
AD Cantal, 42 H
AD Haute-Garonne, 125 H 13, dossier Salers (1623-1641)
AD Gironde, H Récollets, liasse 216, n°118 et suivantes
AN, 4 AP 57, P 534, 541
Enfin les recopies de textes intégraux relatifs au couvent de Salers, extrait des "Annales minorum seu trium Ordinum a s Francisco institutorum", par le Pere Aniceto CHIAPPINI - Tomus XXVII (1628-1632), Prope Florentiam, 1934.
"LXXVI. Recollectorum domicilia in Gallia maxime florent. Salerni (Salers) cives, eorum fama commoti, an 1628, die 14 Julii, decreverunt illis dare solum pro conventu S. Bonaventurae exstruendo intra civitatem et aureos nummos mille; ac die 22 Septembris Joanna de Levis, Salerni civitatis ex parte domina, totius conventus fundationem suscepit et incepit, eiusque heredes ad exitum perduxerunt. In hoc autem coenobio sodalitas Tertii Ordinis ac Confraternitas chordae S. Francisci erectae sunt. Eodem anno pro iisdem Recollectis erecti sunt conventus ad Marennes, conventus ad Rupellam opera Regis Christianissimi ab haereticis vindicatus, et conventus ad oppidum S. Andreae de Cubzac in Aquitania. Recollecti Provinciae S. Andreae suum domicilium fixerunt ad Commines die 3 Junii 1628, idest P. Bonaventura Vigneron, P. Joseph Vanest de Flandria, ac Fr. Hilarion Roux; et primum quidem habitarunt in domo quadam saeculari in platea civitatis, deinde, nempe ab anno 1634, in alia super via quae insulam (Lille) ducit, ac demum (1655) conventum exstruxerunt in agro ipsis donato a soroibus Griseis nuncupatis, ubi ipsis quoque sanctimonialibus plurinum inservierunt adiumentoque fuerunt."
FERDINAND-DELORME, OFM, "Tabula chronologica Provinciae SS Sacramenti deu Tolosanae, Fr-Min- Recollectorum" dans "Archivum Franciscanum Historicum" (Florence), Tome XVIII.
"Salernum urbs supra montes superioris Arverniae in diocesi Claromontana sita est. Cives eius, fama quae de sanctitate fratrum Recollectorum spargebatur commoti, anno 1628 14 iulii decreverant ipsis solum dare intra civitatem et aureos nummos mille, annuente illmo episcopo Claromontano Ioachim d'Estaing; die vero 22 septembris eiusdem anni, illustris dom. Ioanna de Levi, dom. de Pesteils, comitissa de Quaylus ac dictae civitati ex parte domina, totius conventus fundationem susceptit et incoepit, quam ipsius haeredes, ad quos ius patronatus delatum est, perfecerunt. Ecclesia ampla ac optime ornata est et D. Bonaventurae sacra, cuius reliquia in prima capella a dom. Rigaldo de Thoury findata servatur et magna veneratione colitur. Secunda, D. Iosepho Virginis deiparae sponso dicata, fundatorem agnoscit dom. de Chazettes, in curia praetoria Salernensi consiliarium regium et in quaestoria protopraesidem; nunc ius patronatus ad dom. de Bassignac, nobilis ac illustris familiae de la Pontat, devolutum est. Floret ibi confraternitas Tertii Ordinis ac chordae S.P.N.S. Francisci."
Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Le coin de l'Historien
commenter cet article
13 février 2007 2 13 /02 /février /2007 00:58

ci-dessous la mise en ligne de la généalogie de la famille de LA RONADE de Salers, telle qu'on peut la trouver sur le site de la famille Roussel de Préville, avec ses alliances. Les descendants de la Maison de LA RONADE sont donc invités à corriger les éventuelles erreurs que j'ai pu commettre, qui en théorie ne diffère pas de celle déja en ligne.

 

 
FAMILLE ANDRE de LA RONADE
 
I         Jean-André de LA RONADE, Seigneur de la Jalenne et de Rochemonteix, marié à Anne de RIBIER, auteur de la coutume de la ville. 
 
II        Jacques-André de LA RONADE, docteur en droit, avocat et conseiller au parlement, bailli d’Apchon , d’Aubijoux. Décédé à Apchon le 18/01/1588, avait épousé Helis de LA PORTE. Anobli en 1582 pour services rendus lors des guerres de religion. Il lui avait été offert en récompense l’office de lieutenant général criminel au siège présidial de Clermont qu’il avait refusé pour mieux profiter et servir au public sur le lieu de sa naissance. Il laissa 2 fils Jacques et Jean
 
I-1 Jacques de LA RONADE, seigneur de la Jalenne, marié le12/08/1602 à Louise de FEYDIN, fille de Jean, écuyer seigneur de Masseyre et de Jeanne de COMBES. Maréchal des logis de l’armée, lieutenant d’ordonnance du Maréchal d’Effiat, il fut tué à Veillans en Italie et laissa 2 fils
 
I-1-1 Gabriel-André de LA RONADE, né en 1604, marié le 14/02/1638 à Paule de DURFORT, servit dans les chevaux-légers de la garde du roi, un fils naquit : Jacques de LA RONADE, seigneur de la Jalenne, qui n’eut qu’une fille Anne de LA RONADE
 
I-1-2 Etienne de LA RONADE, marié à Colombine d’AUREILLES, capitaine de cavalerie au régiment de Vinans, d’ou 4 fils dont 3 cornettes au même régiment et 1 officier aux invalides sans descendance vérifiée… 
 
I-2 Jean de LA RONADE, docteur en droit, épousa Beralde de DURFORT, fille de Bernard, seigneur de Fumel et Marie de la Roche, il fut lieutenant général du baillage de Salers, charge qui lui fut accordé en 1620 pour service rendus. Il ne laissa qu’un garçon Pierre et 2 filles
 
I-2-1 Pierre-André de LA RONADE, lieutenant général du baillage de Salers le 17/12/1656, en survivance de son père marié le 03/01/1660 à Hélène GIGAULT, fille de Pierre, conseiller du roi en l’élection de Salers et de feu Marie de LA PORTE. Ils eurent 6 enfants : 
 
I-2-1-1 Jean de LA RONADE remplaça son père comme lieutenant général du baillage de Salers en 1698 , marié le 28/10/1711 à Louise-Elisabeth de MEALLET DE FARGUES, fille de feu Amable, chevalier, baron de FARGUES et de Roffiac et de dame Marguerite de LAPARRA. Il mourut le 23/09/1741 laissant 2 fils qui suivent :
 
I-2-1-2 Joseph de LA RONADE, dit de Voleyrac (terre de la commune d’Anglards de Salers) mort sans enfant capitaine au régiment de Montboissier en 12//1741.
 
I-2-1-3 Antoine-Ignace de LA RONADE dit du Vert ( terre de la commune de Fontanges ) mort en 02/1744 sans postérité légitime, il a bien eu une descendance avec Françoise BLANCHEFLEUR, décédée en 1723, d'où Jeanne de LA RONADE mariée en 1724 à Jean VERGNE, le commentaire ci-dessous laissé par Isabelle étoffe cette branche et fera l'objet d'une mise en ligne ensuite.
 
I-2-1-4 Françoise de LA RONADE qui fit profession au couvent de Salers.
 
I-2-1-5 Jeannette de LA RONADE mariée à X Château, seigneur de Cheyssac et de Rochemont (commune de Verbret).
 
I-2-1-6 Anne de LA RONADE mariée à Gabriel de Chaslus, seigneur de Sansat. 
 
I-2-1-1-1 Louis de LA RONADE, baron de Lavaur, conserva la charge de lieutenant général et mourut sans enfants le 26/07/1773.
 
I-2-1-1-2 Antoine-Ignace-André de LA RONADE, colonel au régiment d’infanterie de Flandres, régiment au service du roi d’Espagne, il resta 33 ans dans ce pays où il avait été attiré à l’âge de 24 ans par le comte de la Tour son parent qui l’avait placé au régiment de Brabant dont il était colonel. Il est mort à Carthagène en 1773 et épousa le 06/05/1764, Marguerite de TOURNIER, fille de Don Jacques, lieutenant colonel des armées du roi attaché à la place de Barcelone. Sa femme fut guillotinée à Aurillac, le 4 thermidor an II à l’âge de 72 ans, pour avoir aidé ses fils à rejoindre l’armée de Condé. Il eut 2 fils
 
- Louis-Jean de LA RONADE, né à Alicante, le 20/12/1765, entre au service de la France en 1784 comme sous-lieutenant, émigré lieutenant au régiment de dragons de Fargues en 1795, rentre en 1811, marié en Allemagne à Marie-Rose-Carmen BURKART, il mourut au château de Rieu le 04/11/1843, laissant 2 garçons et 2 filles sans descendance mâle.
 
 - Jean-Dieu-André de LA RONADE, né à Mexico le 07/08/1769, officier au régiment de Piémont et servit pendant l’émigration dans les dragons de Fargues, à l’avant garde de l’armée du prince de Condé (fait Chevalier de l’Ordre Royal et Militaire de Saint-Louis). Est désigné par le conseil municipal de Salers le 29/5/1814 pour adresser une adresse de respect, d’attachement et de fidélité à la famille de Bourbon. Longtemps maire de Salers, il est mort le 10/12/1839. Il eu une fille avec sa Gouvernante Jeanne BEGON (née le 26 thermidor An 8 (16/08/1800) à Salers et décédée le 21/09/1836 à Salers; fille de Antoine, cordonnier décédé entre 1836 et 1841 et de Elisabeth CHAVAROC née vers 1766 et décédée le 25/11/1841 à Salers) appelée Jeanne-Ursule BEGON (dite Anaïs de LA RONADE).
 
Jeanne Ursule BEGON, née à Salers le 05/06/1821 de "père non cité pour raison de bienséance" et décédée à Salers le 22/02/1871 à 50 ans, mariée à Salers le 27/11/1839 avec Guy BARBET, médecin à Salers (né le 09/04/1811 à Fontanges et décédé le 02/05/1855 à Salers, maire adjoint de Salers jusqu'en 1839 puis Maire de 1839 à 1855 à la suite de son beau-père). Guy transigea avec l'oncle Louis Jean et les cousins de son épouse" pour la succession de son Beau-père.
 
un article sera mis en ligne pour la généalogie BARBET
Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Le coin du Généalogiste
commenter cet article
11 février 2007 7 11 /02 /février /2007 03:39

Le réveil cantalien du 9 février 2007 consacre un article étoffé de 2 pages sur la fonction municipale dans le Cantal.

En rappelant que notre département compte 195 communes de moins de 200 habitants pour 260. Il semblerait que certains élus ne souhaitent pas briguer un nouveau mandat pour des raisons multiples malgré la passion qui émane de chacun d'entre eux, notamment:

  • l'âge
  • la tâche de plus en plus complexe
  • l'exigeance des administrés

L'article rend avant tout hommage aux femmes, maires dans le Cantal, elles sont 25, soit 9,6 % des maires du département, dont notamment Salers, avec une pointe de regrets que ce pourcentage s'égraine pour les présidences d'intercommunalité.

Mme Boulanger, Maire de Besse (canton de Saint-Cernin), insiste sur le rôle fondamental du tissu associatif sur sa commune entre le comité des fêtes, le club du 3ème âge et le club de football. Elle ne manque pas de rappeler aussi l'importance de la mission municipale "J'ai eu à coeur d'améliorer le bourg car je tiens à ce que le Cantal ait un visage riant et gai. C'est possible si chaque commune apporte sa pierre à l'édifice et contribue à l'amélioration de l'image de notre département".

Eugène Vallat, maire de Chalvignac, nous offre une image reservée de l'intercommunalité et de l'organisation du financement de la dotation globale d'équipement; néanmoins, il positive à la lecture de ce qu'il a réalisé sur la commune et surtout de l'accès à l'ADSL qu'il considère comme un élément attractif pour toute personne qui veut s'installer et pouvoir travailler à distance.

Bernard Filhol, maire d'Ytrac, a une approche communale différente, compte-tenu de la proximité de sa commune avec celle d'Aurillac. Ses priorités sont claires, accueillir de nouvelles populations, promouvoir des actions en faveur des jeunes, dynamiser et perenniser le tissu associatif.

Nous l'aurons compris, si la passion anime chacun de ces élus; chaque mission est spécifique, au regard du territoire et de la population.

 

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Les outils de la politique locale
commenter cet article
7 février 2007 3 07 /02 /février /2007 09:04

Il s'agit de pourvoir à une demande de Serveur (H/F) de restaurant sur Salers. Ce poste est sous la forme d'un CDD de 6 mois.

Le travail requis est celui habituellement demandé, évolution en équipe, prise de commande, encaissement.

Les débutants peuvent être acceptés sur leur simple motivation. La rémunération est basée sur le taux de 8,27 € horaire. C'est une base 39H hebdo avec un salaire négociable en fonction de l'implication.

Pour postuler, rapprochez-vous de l'ANPE de Mauriac en adressant un CV plus une lettre de motivation en rappellant les codes suivants :

Numéro de l'offre : 486503K
Code Métier ROME : 13222

ALE/ANPE MAURIAC
14 BOULEVARD ARSENE VERMENOUZE
15200 MAURIAC
ale.mauriac@anpe.fr
A L'ATTENTION DE MME DELPRAT

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Actualité
commenter cet article