Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Salers au coeur avec Cédric Tartaud-Gineste
  • Salers au coeur avec Cédric Tartaud-Gineste
  • : Salers éternelle, cîté millénaire aux multiples visages et aux mille feux; le XXIème siècle est l'occasion de sonner la Renaissance d'un village qui sommeille depuis trop longtemps ! Ensemble, ayons à coeur de faire revivre Salers
  • Contact

Le Cantal actif

Pour me contacter:

 

 

 

 

Pour consulter mon profil Viadeo, rendez et inscrivez-vous sur :

 

 

Les Institutions Officielles :

 

La Présidence de la République

L'Assemblée nationale

Le Sénat

Le site du Gouvernement

 

Merci pour votre fidélité

Recherche

Archives

L'indispensable

 

Ils s'engagent pour l'interet général et le Cantal en particulier sur la toile:

Vincent DESCOEUR, Président du Conseil général et député du Cantal

Pierre JARLIER, Sénateur-Maire  de Saint-Flour, Président de l'Association des Maires du Cantal

René SOUCHON, ancien Maire d'Aurillac, Président de la Région Auvergne

Nicole MOISSINAC, son blog

François VERMANDE, Conseiller général, son blog

Christiane MISSEGUE, MoDem Cantal

Lightman, passionné de net-économie et d'actualité cantalienne 

Le Cantal - le e-dynamique à l'action: 
 

Comité Départemental Touristique du Cantal

Portail Cantalien

Conseil Général du Cantal

Le site des passionnés du Cantal

Le MEDEF dans le Cantal

Vivre et travailler dans le Cantal

Chambre de Commerce et d'Industrie du Cantal

Préfecture du Cantal 

 

La culture et le patrimoine, vous savez que c'est moins point faible: 

 

Cantal Patrimoine

Association des Amis du Patrimoine de Haute-Auvergne

Société de Haute-Auvergne

Généalogie de la Chataigneraie

Comité d'Histoire et d'Archéologie de Mauriac

Association généalogique APROGEMERE

Le musée Alfred Douet de Saint-Flour

Association du Cézallier - Vallée de la Sianne

Orfèvrerie en Haute-Auvergne

Langues et civilisations auvergnates

Le portail culturel du Canton de Saignes 

 

Le Cantal, terre de ressources et de recueillement

 

Le diocèse de Saint-Flour

Le Prieuré Saint-Jean à Murat

Eglise d'Aurillac

La maison des planchettes 

 

Quelques liens communautaires, culturels, commerciaux et associatifs:

 

L'Union du Cantal

La MONTAGNE - presse régionale

Ca papote entre Auvergnats

Testadaz, fromages, tripoux, jambons

L'Auvergnat de Paris

Le guide des restaurants auvergnats

Les 8 Filiales de la Ligue Auvergnate et du Massif Central

22 avril 2007 7 22 /04 /avril /2007 23:32
Résultat du 1er tour de l'élection présidentielle - 22 avril 2007 - Salers.
La cité de Salers se distingue par un excellent taux de participation supérieur à la moyenne nationale puisqu'il dépasse 90%. Félicitations au civisme des sagraniers qui renoue avec la tradition démocratique de notre pays.
  Nombre % Inscrits
Inscrits 311 100,00
Abstentions 31 9,97
Votants 280 90,03

  Nombre % Votants
Blancs ou nuls 5 1,79
Exprimés 275 98,21

  Voix % Exprimés
  M.  Olivier  BESANCENOT 6 2,18
  Mme  Marie-George  BUFFET 0 0,00
  M.  Gérard  SCHIVARDI 0 0,00
  M.  François  BAYROU 47 17,09
  M.  José  BOVÉ 3 1,09
  Mme  Dominique  VOYNET 0 0,00
  M.  Philippe  de VILLIERS 4 1,45
  Mme  Ségolène  ROYAL 58 21,09
  M.  Frédéric  NIHOUS 5 1,82
  M.  Jean-Marie  LE PEN 21 7,64
  Mme  Arlette  LAGUILLER 5 1,82
  M.  Nicolas  SARKOZY 126 45,82
Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Actualité
commenter cet article
21 avril 2007 6 21 /04 /avril /2007 09:52

La géographie des parrainages d’élus pour un «petit» candidat est toujours soumise à l’influence de trois déterminants principaux, explique l’IFOP dans une étude portant sur les parrainages apportés à Philippe de Villiers, Jean-Marie Le Pen, Olivier Besancenot et José Bové.

Il s’agit tout d’abord de la structure du tissu des communes au niveau départemental. En effet, les départements les plus urbains sont assez peu propices à la collecte des parrainages pour un candidat ne disposant pas d’un appareil militant et d’un réseau d’élus locaux très développés. Les maires des grandes communes et des communes urbaines sont généralement adhérents d’un parti et n’accordent que très rarement leur signature à un candidat issu d’un autre mouvement.

Un second facteur structurant apparaît, selon Jérôme Fourquet, directeur-adjoint du département opinion publique de l’IFOP: le niveau de «contrôle politique» de telle ou telle force sur les territoires qui rend la collecte de paraphes plus ou moins compliquée.

Le troisième élément est lié au précédent puisqu’il s’agit de l’ampleur de l’influence et de l’implantation territoriale du «petit» candidat en question et/ou de structures partisanes, syndicales ou autres qui peuvent éventuellement le soutenir. Pour Philippe de Villiers, par exemple, on relève bien sûr des soutiens vendéens, mais aussi dans l’est de la France. Avec 44 signatures de maires (et 50 si l’on considère l’ensemble des élus), la Vendée, terre d’élection et bastion du «villiérisme», constitue le département qui s’est le plus mobilisé pour le candidat souverainiste. Mais des territoires beaucoup plus éloignés de la Vendée ont été beaucoup plus généreux en parrainages. C’est le cas notamment du quart Nord-Est de la France et plus précisément d’une série de départements courant de la Seine-Maritime à la Meuse en passant par la Picardie et les Ardennes. Ces départements s’étaient déjà distingués par un fort vote «non» lors du référendum en mai 2005 (on les retrouve aussi lors du référendum interne au PS parmi ceux ayant le plus voté en faveur de Laurent Fabius).

Autre exemple, les parrainages en faveur d’Olivier Besancenot, dont l’analyse de l’IFOP montre que si la carte de ses parrainages n’est pas sans rappeler par certains aspects la géographie des voix obtenues par le candidat de la LCR lors de la présidentielle de 2002, il semble que son candidat a bénéficié de soutiens dans certaines zones ouvrières et populaires où le PC était ou est encore implanté et où Arlette Laguiller obtient généralement des bons résultats et avait distancé Olivier Besancenot en 2002. On peut placer dans cette catégorie la Somme, l’Aisne, l’Eure, le Pas-de-Calais ou les Ardennes.

Dans tout le reste de la France, les consignes du PS pour dissuader les élus locaux de signer en faveur du candidat trostkiste ont semble-t-il compliqué la collecte des parrainages, qui se sont chiffrés dans la plupart des départements entre 2 et 6. Dans certains départements très conservateurs comme la Mayenne, le Var, les Alpes-Maritimes, le Morbihan, le Haut-Rhin, la Vendée, les Deux-Sèvres ou bien encore le Loir-et-Cher, aucun élu n’a apporté sa signature.

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Les outils de la politique locale
commenter cet article
18 avril 2007 3 18 /04 /avril /2007 08:51

 

 L’association des Maires de France (AMF) publie sur on site internet un guide pratique sur le mode d’élimination des boues de stations d’épuration, dont l’ambition est de donner aux élus toutes les clefs sur les différents modes de traitement des boues d’épuration
Comme le rappelle Jacques Pélissard, président de l’AMF, « le mode d’élimination des boues de stations d’épuration est devenu tout à la fois un choix technique relativement complexe (..) et un choix politique dans la mesure où l’épandage agricole allant a priori plus dans le sens du développement durable se révèle délicat et risqué ».
Publié à l’initiative de l’AMF, Mairie 2000, le ministère de l’Ecologie, le SPDE, la FNADE-SYPREA, l’ADEME, Gaz de France et la FNCCR, ce manuel d’aide à la décision a pour objet d’apporter une aide aux maires et aux services techniques des collectivités engagés dans un projet relatif à la gestion des boues d’épuration issues des stations publiques de traitement des eaux usées domestiques ou assimilées. L’article L2224-8 du Code général des collectivités territoriales précise en effet que l’élimination des boues produites dans les stations d’épuration des eaux usées domestiques fait partie des missions du service public d’assainissement et relève de la responsabilité des communes. L’article L2224-10 du même code fait obligation aux communes de réaliser un zonage d’assainissement, c’est-à-dire de délimiter, après enquête publique, les zones d’assainissement collectif, les zones d’assainissement non collectif, et les zones où des mesures doivent être prises pour assurer la maîtrise des eaux pluviales.
Les élus ont à choisir parmi des solutions multiples souvent complexes s’inscrivant de surcroît dans un contexte législatif européen en évolution. L’ambition de ce document est d’exposer les enjeux, contraintes et solutions envisageables, en simplifiant l’indispensable dimension technique.

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Les outils de la politique locale
commenter cet article
17 avril 2007 2 17 /04 /avril /2007 13:57

L'anpe propose deux offres d'emplois :

Un(e) homme/femme de ménage chez un particulier  pour 6 heures d'entretien hebdomadaire sous la forme d'un CDI. Vous serez payé en Chèque Emploi Service.

Les débutants sont acceptés et le lieu de travail se situe sur Fontanges, dans la vallée de la Maronne. Pour répondre à l'offre, appelez le 04 71 40 71 15 aux heures de repas. numéro de l'offre: 493991K

 

*****


Un(e) éducateur/éducatrice de l'enfance inadaptée est recherché pour un CDD de 21 jours. Dans le cadre d'un congé maladie qui peut se prolonger; vous serez, en fonction de votre expérience, soit éducateur, moniteur confirmé ou bien responsable d'un groupe de 6 jeunes déficients intellectuels en atelier.

les compétences requises sont les suivantes:

01- Activités éducatives.
24- Animation d'un atelier (médiations artistiques...).
07- Adolescents.
28- Préadolescents.
11- Déficiences intellectuelles et troubles de la personnalité.
15- Etablissement éducatif.

Une expérience de 3 à 4 ans est souhaitée, ainsi qu'un BEP mécanique auto ou CAP métallurgie serrurerie.

Le poste à pourvoir est à Mauriac pour 35 heures hebdomadaires, pas de travail le mercredi apres-midi.

Si cette offre vous intéresse, veuillez adresser par courrier ou par mail, un CV et une lettre de motivation en précisant le numéro de l'offre 494039K à :
ALE/ANPE - 14 Bd VERMENOUZE - 15200 MAURIAC
Tél.: 0471673117 - Fax: 0471681892
SYLVIE.MIAGOUX@ANPE.FR

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans L'emploi à Salers et alentours
commenter cet article
17 avril 2007 2 17 /04 /avril /2007 08:49

Pour convaincre un médecin de reprendre le cabinet médical vide depuis deux ans, le maire de La Ferrière-sur-Risle (Eure) est prêt à offrir son indemnité d'élu. Il espère aussi par son geste attirer l'attention des candidats à la présidence de la République sur les problèmes de survie des communes rurales.
Le seul praticien que comptait ce village de 242 habitants est parti à la retraite en 2005 et n'a jamais été remplacé. Aucun jeune médecin n'a été intéressé par la reprise du cabinet médical, et le maire, Jean-Jacques Hubert, s'en désole. A bout d'argument, il a décidé d'offrir son indemnité d'élu, qui se monte à environ 630 euros mensuels, à tout jeune médecin qui accepterait de s'installer dans sa commune. Une somme qui viendra donc s'ajouter aux avantages déjà proposés par le maire: «Un local flambant neuf et les aides habituelles à l'achat de matériel».
L'élu, qui estime qu'avec les communes voisines ce médecin pourrait compter sur une clientèle potentielle de 500 à 600 habitants, se dit opposé au regroupement des praticiens dans des grands pôles. «Je suis contre les supermarchés de la médecine car je ne vois pas les personnes âgées obligées de faire 15 km pour se faire soigner», argumente-t-il.
Au-delà de La Ferrière-sur-Risle, Jean-Jacques Hubert espère par son geste attirer l'attention des candidats à la présidence de la République qui, à ses yeux, devraient se préoccuper plus de la survie des communes rurales. Ce problème a d'ailleurs récemment suscité une manifestation au pont de Normandie des syndicats de médecins MG France et FMF pour mettre en garde contre les risques de «désertification médicale» des régions normandes. Ils soulignaient en particulier le faible encadrement médical de ces régions et la moyenne d'âge élevée des praticiens.

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Initiatives territoriales
commenter cet article
16 avril 2007 1 16 /04 /avril /2007 09:30

Dans un arrêt du 29 mars, la Cour de cassation s'est prononcée sur les conditions dans lesquelles un électeur radié d'une liste électorale peut néanmoins demander son inscription en dehors des périodes de révision des listes pour exercer son droit de vote. Attendu que Mme X... fait grief au jugement d'avoir prononcé sa radiation de la liste électorale de la commune de Launac sans ordonner son inscription sur la liste électorale de la commune de Cologne et de se trouver ainsi privée de l'exercice de son droit de vote. Cependant, Mme X..., régulièrement convoquée, qui n'a pas comparu devant le tribunal d'instance de Toulouse, n'a pas formulé une demande d'inscription sur une autre liste électorale.
D'où il suit que le moyen n'est pas fondé.

Il en ressort que tout citoyen de la République à le droit de jouir de son excercice électoral conformément à l'article 6  de la DDHC, garanti par l'article 3 de la Constitution du 4 octobre 1958, à quelques jours du premier tour, cette instance est toujours saisissable par les Françaises et les Français.

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Actualité
commenter cet article
16 avril 2007 1 16 /04 /avril /2007 08:34

medium-Rene-Remond.jpg

En ces temps de campagne électorale, nous sommes abreuvés de spots télés, de combinaisons électoralistes et de promesses aussi irréalisables parce que coûteuses et fantasques!

Dans cette fièvre intense, la République vient de perdre un de ses penseurs, un théoricien de ses institutions. Je dédie ce soir ce message à la mémoire de René REMOND, éminent professeur des universités, spécialiste de la science politique, du fait religieux et de l'histoire de la droite républicaine dont j'ai pu apprécier l'enseignement.

Homme de conviction, René REMOND incarne  un courant de pensée clair pour tous ceux qui ont fréquenté les bancs des prépa parisiennes et de la rue Saint-Guillaume. Son engagement fut celui d'un intellectuel rigoureux soucieux de véhiculer des certitudes historiques contre les idées reçues.

Homme de reflexion et catholique engagé dans la lignée du Sillon, à la croisée des chemins de Roger NIMIER et Emmanuel MOUNIER, René REMOND nous a laissé pour la postérité un monumental travail sur "La droite en France", travail scientifique essentiel et d'une actualité manifeste.

Homme de son temps, René REMOND fit parti des plus grand courants d'intellectuels de l'après-guerre; de François FURET, à qui il succéda chez les Immortels, en passant par Raoul GIRARDET pour l'histoire coloniale, Jean TOUCHARD pour l'histoire moderne, Maurice DUVERGER pour l'histoire constitutionnelle,...

Maître, personne n'est immortel certes, mais chacun est irremplaçable !

Bon vent!

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Actualité
commenter cet article
15 avril 2007 7 15 /04 /avril /2007 08:48

La situation s'est améliorée sur le front de la sécheresse en France grâce aux pluies tombées en mars, mais le gouvernement appelle à la vigilance, craignant un printemps chaud.
Le ministère de l'Ecologie qui craignait fin février une nouvelle sécheresse importante pour l'été 2007 comme en 2005, envisage désormais l'avenir avec un peu plus de sérénité. «Depuis le 1er mars 2007, nous avons connu une période relativement pluvieuse, et la situation s'est globalement améliorée», a déclaré Jean-Louis Bésème, président du Comité sécheresse. «Nous sommes dans une situation plus favorable qu'à la même période en 2005, mais il reste des secteurs critiques», a-t-il ajouté à l'issue d'une réunion de ce Comité.
Il faut rester «vigilant», a mis en garde la ministre de l'Ecologie, Nelly Olin. Surtout «si les températures des prochains mois devaient être supérieures à la normale», comme le prévoit Météo France pour le trimestre avril-mai-juin, a-t-elle ajouté.
Le manque de pluie reste préoccupant «au sud d'une ligne Lyon-Biarritz, sur la partie orientale des Pyrénées, la vallée de la Garonne, le littoral Provence Côte d'Azur, le pourtour de la Corse et la région lyonnaise», a détaillé Jean-Louis Bésème. La situation est tendue à l'est de la chaîne pyrénéenne, sur l'Ariège, et à l'amont de la Garonne où les débits des cours d'eau demeurent faibles. Dans le bassin Adour-Garonne, l'équilibre entre les besoins en eau et les ressources est «critique», a-t-il souligné.
Le Préfet coordonnateur du bassin Adour-Garonne a ainsi réuni les professionnels agricoles de la région le 19 mars afin de les inciter à tenir compte de la situation hydrologique dans le choix de leurs cultures. Mais le monde agricole a déjà consenti un important effort pour réduire les surfaces de cultures fortement consommatrices d'eau comme le maïs, dont les surfaces ont été réduites de 20%. «On arrive maintenant à un palier, on ne pourra pas réduire de 20% tous les ans les surfaces cultivées en maïs», a commenté M. Bésème.
Par ailleurs, le niveau des grandes nappes d'eau souterraines, comme celles de Champigny pour le bassin parisien, reste anormalement bas. «C'est le résultat de trois ou quatre années de sécheresse successives», a expliqué M. Bésème. Ces nappes phréatiques se rechargent sur plusieurs années, surtout entre octobre et mars, quand les pluies sont plus efficaces car elles peuvent s'infiltrer plus facilement dans la terre, la végétation étant au repos et l'évaporation moindre qu'en été.
Selon un bilan de la saison hydrologique présenté par Météo France sur son site internet, «le déficit pluviométrique constaté aujourd’hui sur certaines régions peut devenir problématique au cours des prochains mois, notamment en cas d’absence de pluie» (voir premier lien ci-dessous).
Au delà de la gestion d'une éventuelle situation de crise, la répétition des périodes de sécheresse depuis 2003 oblige à réfléchir aux moyens de rétablir durablement l'équilibre entre l'offre et la demande en eau, dans la perspective d'un réchauffement climatique. «Cela fait quatre ou cinq ans que nous subissons des périodes de sécheresse, il faut s'interroger sur la place des cultures les plus consommatrices d'eau», a indiqué M. Bésème. L'appui de la recherche agronomique pour trouver des solutions sera indispensable, a estimé Nelly Olin. Les conclusions du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC), pour qui la hausse de 1,8 à 4 degrés des températures moyennes d'ici 2100 s'accompagnera de sécheresses et de canicules (voir deuxième lien ci-dessous), «sont assez inquiétantes», a-t-elle commenté.

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Actualité
commenter cet article
14 avril 2007 6 14 /04 /avril /2007 08:47

L'article 26 de la loi n° 2006-872 portant engagement national pour le logement, qui concerne la taxe forfaitaire sur les cessions de terrains constructibles, ne semble s'adresser qu'aux communes disposant d'un plan local d'urbanisme ou d'une carte communale régulièrement approuvée. Or, indique Élisabeth Lamure, députée, maire de Gleizé (Rhône), dans une question écrite (1), la majorité des communes disposent aujourd'hui d'un plan d'occupation des sols et, «malgré une évolution inéluctable des plans d'occupation des sols vers les plans locaux d'urbanisme dans les années futures, il est extrêmement dommageable pour certaines communes de ne pouvoir bénéficier de cette disposition.»
Dans sa réponse, le ministère des Transports reconnaît qu’il «existait effectivement une ambiguïté au départ sur l'application de cette disposition aux communes dotées d'un POS» mais que cette ambiguïté «a été levée dans la loi de finances rectificatives pour 2006». La taxe forfaitaire sur les cessions de terrains constructibles peut être levée par les communes encore dotées d’un plan d'occupation des sols (POS).
L'article 26 de la loi portant engagement national pour le logement, complété par l'article 19 de la loi de finances rectificative pour 2006, autorise les communes à instituer une taxe forfaitaire, codifiée à l'article 1529 du Code général des impôts, sur la première cession à titre onéreux de terrains nus qui ont été rendus constructibles depuis moins de dix-huit ans à la date de la vente, du fait de leur classement par un plan local d'urbanisme (PLU) ou un document d'urbanisme.
Par ailleurs, l'article 66 de la loi de finances pour 2007 permet aux établissements publics de coopération intercommunale (EPCI), lorsqu'ils sont compétents pour l'élaboration de ces documents locaux d'urbanisme, d'instituer cette taxe à leur profit en lieu et place des communes qu'ils regroupent et avec leur accord. L'objectif de cette mesure est de donner aux communes ou aux EPCI qui le souhaitent, des ressources financières supplémentaires pour faire face aux dépenses publiques d'aménagement des zones à urbaniser.

(1) Question écrite n° 25006, réponse publiée au JO Sénat du 29/03/2007.

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Initiatives territoriales
commenter cet article
13 avril 2007 5 13 /04 /avril /2007 08:24

Plusieurs postes sont à pourvoir sur la cité de Salers dont voici le détail:

un CDD de 2 mois de serveur/serveuse. Vous effectuerez le service en salle (à l'assiette). Contrat de juillet à août. Les débutants sont acceptés sur leur motivation.

Le salaire indicatif est de 1100 € net pour 39 h hebdo. Télelphonez au 04 71 40 71 35 en rappelant le numéro de l'offre 493671 K

*****

Le même employeur recherche également un(e) plongeur/plongeuse (restauration) pour un CDD de 2 mois. Vous aurez à respecter les normes d'hygiène et de sécurité et effectuerez le nettoyage, l'entretien et le rangement. Contrat pour Juillet-Août. Idéal pour un étudiant.

Le salaire indicatif est de 1100 € net pour 39 h hebdo. Télelphonez au 04 71 40 71 35 en rappelant le numéro de l'offre 493687 K

*****

On recherche un serveur/serveuse de restaurant pour un CDD e 6 mois. En moyenne 26 à 30 couverts, vous n'effectuez que du service à l'assiette. Contrat du 1er mai à mi-septembre. Il s'agit d'un poste urgent à pourvoir. Une expérience de 3 à 6 mois est nécessaire.

Le salaire indicatif est de 8,27 €/heure pour 39 h 00 hebdo. Prenez contact avec le 04.71.40.70.33 en rappelant le numéro de l'offre 493711K

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans L'emploi à Salers et alentours
commenter cet article