Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Salers au coeur avec Cédric Tartaud-Gineste
  • Salers au coeur avec Cédric Tartaud-Gineste
  • : Salers éternelle, cîté millénaire aux multiples visages et aux mille feux; le XXIème siècle est l'occasion de sonner la Renaissance d'un village qui sommeille depuis trop longtemps ! Ensemble, ayons à coeur de faire revivre Salers
  • Contact

Le Cantal actif

Pour me contacter:

 

 

 

 

Pour consulter mon profil Viadeo, rendez et inscrivez-vous sur :

 

 

Les Institutions Officielles :

 

La Présidence de la République

L'Assemblée nationale

Le Sénat

Le site du Gouvernement

 

Merci pour votre fidélité

Recherche

Archives

L'indispensable

 

Ils s'engagent pour l'interet général et le Cantal en particulier sur la toile:

Vincent DESCOEUR, Président du Conseil général et député du Cantal

Pierre JARLIER, Sénateur-Maire  de Saint-Flour, Président de l'Association des Maires du Cantal

René SOUCHON, ancien Maire d'Aurillac, Président de la Région Auvergne

Nicole MOISSINAC, son blog

François VERMANDE, Conseiller général, son blog

Christiane MISSEGUE, MoDem Cantal

Lightman, passionné de net-économie et d'actualité cantalienne 

Le Cantal - le e-dynamique à l'action: 
 

Comité Départemental Touristique du Cantal

Portail Cantalien

Conseil Général du Cantal

Le site des passionnés du Cantal

Le MEDEF dans le Cantal

Vivre et travailler dans le Cantal

Chambre de Commerce et d'Industrie du Cantal

Préfecture du Cantal 

 

La culture et le patrimoine, vous savez que c'est moins point faible: 

 

Cantal Patrimoine

Association des Amis du Patrimoine de Haute-Auvergne

Société de Haute-Auvergne

Généalogie de la Chataigneraie

Comité d'Histoire et d'Archéologie de Mauriac

Association généalogique APROGEMERE

Le musée Alfred Douet de Saint-Flour

Association du Cézallier - Vallée de la Sianne

Orfèvrerie en Haute-Auvergne

Langues et civilisations auvergnates

Le portail culturel du Canton de Saignes 

 

Le Cantal, terre de ressources et de recueillement

 

Le diocèse de Saint-Flour

Le Prieuré Saint-Jean à Murat

Eglise d'Aurillac

La maison des planchettes 

 

Quelques liens communautaires, culturels, commerciaux et associatifs:

 

L'Union du Cantal

La MONTAGNE - presse régionale

Ca papote entre Auvergnats

Testadaz, fromages, tripoux, jambons

L'Auvergnat de Paris

Le guide des restaurants auvergnats

Les 8 Filiales de la Ligue Auvergnate et du Massif Central

21 juin 2007 4 21 /06 /juin /2007 23:32
Bonsoir à tous, et parce que toutes les solidarités sagranières se valent; Nono offre sur son site internet quelques pistes pour les prochaines municipales... à suivre ! Je vois que sur certains points, nous nous retrouvons.




mon programme

 

en cours de constitution 

- Un plan d'eau à Salers avec pédalos et pêche au gros..Cool

- Au moyen âge le seigneur de la cité de Salers faisait couler du vin aux fontaines le 15 août. j'ai décidé de reprendre cette tradition.

- Les Apéros à 1 euro dans les bars de la cité.Surprise (le jour de mon anniversaire)

- Enlever les pavés et les remettre.

- Ouvrir par le biais d'une association une discothèque avec des spectacles tous les week end.

- Réquisitionner les bâtiments inoccupés et créer des logements sociaux.

- Créer des circuits d'initiations aux champignons...

- Réserver le parking du collège aux saisonniers pendant l'été.

- Mettre en place une tyrolienne et une montgolfière à barrouze pendant l'été.

- équiper les horodateurs de ticket offrant la possibilité de réduction dans un commerce ou une visite offerte de la cité.

- réhabiliter le chemin des loups en proposant un circuit découverte de la flore.

- Remettre au goût de jour le tambour de ville pour annoncer les nouvelles.

- organiser des bals populaires sur les places de Salers durant l'été.

- Ouvrir les boutiques jusqu'à 22 heures tous les soirs de la saison.

- Organiser une chasse aux trésors dans les rues de Salers.

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Salers - au coeur des projets
commenter cet article
20 juin 2007 3 20 /06 /juin /2007 23:18

Elus, prescripteurs et maîtres d’ouvrage, bureaux d’études et prestataires, professionnels publics et privés, partenaires financiers sont attendus le 4 juillet prochain à Paris pour participer aux premières assises de l’ingénierie territoriale. Pilotées par l’Association des auditeurs de l’Institut des hautes études de développement et d’aménagement des territoires européens (IHEDATE), leur ambition est de «créer les conditions du dialogue et de l’échange des expériences pour améliorer et adapter l’action de chacun au service des projets de vie, d’habitat, d’équipement et de transport des habitants.»
Trois questions majeures seront posées:
- Comment valoriser les potentiels humains, culturels et touristiques des territoires fragiles ou en difficulté dans la perspective d’un développement local durable?
- Quelles initiatives développer pour faire face aux défis de l’exclusion, du vieillissement démographique, de la préservation de l’environnement?
- Quels métiers et quelles formes d’organisation des moyens publics et privés peuvent permettre d’équiper et d’animer au mieux les territoires, en économisant les ressources naturelles et en réduisant les inégalités, par le biais d’une coopération compétitive et non d’une concurrence dispendieuse?
La «complémentarité» et «l’inventivité» des interventions seront recherchées pour proposer une ingénierie de qualité ancrée dans les réalités quotidiennes, consciente des enjeux européens, des complexités de la décentralisation afin d’offrir aux régions, villes, banlieues et espaces ruraux un cadre mutualisé d’outils et de compétences, à la hauteur de leurs projets d’excellence et de leurs défis singuliers.
Créée en 2001, l’Association des auditeurs de l’IHEDATE regroupe les anciens auditeurs de cet Institut: experts, opérateurs et personnes qualifiées issus de tous les horizons professionnels, réunis pour construire une culture collective dans le domaine de l’aménagement du territoire, à l’échelle de la France, de l’Union européenne et des pays tiers.

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Les outils de la politique locale
commenter cet article
19 juin 2007 2 19 /06 /juin /2007 23:14

De par sa proximité territoriale et ses compétences, le secteur public local est particulièrement concerné par les enjeux relatifs au développement durable. Dans son rapport de mars 2007, consacré à l'évaluation des politiques énergétiques et climatiques des banques françaises, l'ONG Les Amis de la Terre a reconnu Dexia comme étant «l'une des banques les plus proactives en matière de lutte contre le changement climatique».
En 2006 et depuis le début 2007, la banque a mis en œuvre des actions concrètes sur les quatre axes de sa stratégie qui ont été présentées hier, lors d'une conférence de presse, par Jacques Guerber, vice-président du comité de direction, et Gérard Bayol, directeur général de Dexia Crédit Local.
Ainsi, la banque des collectivités locales contribue au développement de la filière énergie bois pour le développement du programme "1.000 chaufferies bois en milieu rural", dans le cadre d'un partenariat signé en mai 2007 avec la Fédération nationale des communes forestières (FNCOFOR). Par ailleurs, elle propose des montages financiers en vue de valoriser les certificats d'économie d'énergie et de promouvoir la mise en place de contrats performance énergétique afin de favoriser les économies d'énergies dans les équipements publics, et elle a lancé en 2007 un dispositif innovant de neutralité carbone des flottes automobiles pour le secteur public au travers d'une offre globale de prévention, réduction et compensation des émissions de CO2.
Depuis 2003, dans le cadre des Rubans du développement durable, elle a récompensé 43 collectivités qui ont eu des démarches exemplaires et, cette année, Dexia a été partenaire de la première Fête de la nature organisée par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) les 19 et 20 mai derniers et à laquelle plus de 150.000 personnes ont participé partout en France.
Afin de limiter l'impact environnemental direct lié à son fonctionnement, Dexia Crédit Local a mis en place différentes mesures : la banque prend en charge 60% des frais d'abonnement aux transports en commun à Paris et en province de l'ensemble de ses collaborateurs afin de limiter les impacts des trajets domicile-travail et elle s'est fixé un objectif d'utilisation de 15% d'énergie renouvelable d'ici 2010 pour le fonctionnement de ses activités. La banque a aussi installé la plus importante installation solaire photovoltaïque de la région Centre sur ses bâtiments afin de mieux maîtriser les émissions de CO2 issues de leur consommation d'énergie. Cet équipement, d'une surface totale de 105 m2, délivre une puissance de 14 MW.
Par ailleurs, considérant le domaine social comme l'un des enjeux les plus importants du secteur public local, Dexia a mis en œuvre depuis le début de l'année une "gamme sociale" cohérente alliant subventions, financements, prêts bonifiés et sensibilisation des acteurs du secteur public local afin d'améliorer l'accessibilité des bâtiments publics et de soutenir l'insertion sociale et professionnelle des personnes en situation de handicap dans le cadre de la loi de 2005. Depuis fin 2006, Dexia Crédit Local est partenaire de l'UNAPEI pour le financement d'établissements recevant des personnes en situation de handicap et la gestion de flotte automobile spécifique.
Enfin, Dexia Crédit Local poursuit une forte politique d'engagement citoyen avec la création de l'Ecole de la citoyenneté qui permet chaque année à une centaine de jeunes issus de quartiers défavorisés dans toute la France de s'approprier les principes de la citoyenneté, de la vivre et de l'exprimer. De plus, tous les collaborateurs de Dexia Crédit Local ont la possibilité de parrainer des jeunes issus des zones urbaines sensibles (ZUS) pour les accompagner dans leur recherche d'emploi.

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Les outils de la politique locale
commenter cet article
19 juin 2007 2 19 /06 /juin /2007 19:12
Une offre de responsable de salle est à pourvoir à Salers - CDD de 2 mois pour Juillet-Août.

Responsabilité d'un serveur. Une première expérience serait un plus. Le logement est possible pour Juillet-Aout.

Base salariale de 1500€ net pour 39 heures hebdomadaires.

Contacter l'ANPE au 0471673117 en rappelant le numéro de l'offre : 501523K

Sinon prenez directement contact avec le(s) patron(s): 0471407456 ou (à partir du 24/6) :0675603936 et 0608035063

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans L'emploi à Salers et alentours
commenter cet article
19 juin 2007 2 19 /06 /juin /2007 12:55

Alain MARLEIX, député de la 2ème circonscription du Cantal, 
avec pour suppléant Jean-Yves BONY, maire d'Ally,


devient 

Secrétaire d'Etat auprès du Ministre de la Défense, chargé des anciens combattants
.

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Actualité
commenter cet article
19 juin 2007 2 19 /06 /juin /2007 12:49
Jean-Louis Borloo (Parti radical) : ministre d'Etat, ministre de l'Ecologie, du Développement et de l'Aménagements durables.
 
Michèle Alliot-Marie : ministre de l'Intérieur, de l'Outre-mer et des collectivités territoriales.
 
Bernard Kouchner (PS) : ministre des Affaires étrangères et européennes.
 
Christine Lagarde : ministre de l'Economie, des Finances et de l'Emploi.
 
Brice Hortefeux : ministre de l'Immigration, Intégration, Identité nationale et du Codéveloppement.
 
Rachida Dati : Garde des Sceaux, ministre de la Justice.
 
Michel Barnier : ministre de l'Agriculture.
 
Xavier Bertrand : ministre du Travail, des Relations sociales et de la Solidarité.
 
Xavier Darcos : ministre de l'Education nationale.
 
Valérie Pécresse : ministre de l'Enseignement supérieur et Recherche.
 
Hervé Morin (Nouveau Centre) : ministre de la Défense. 
 
Roselyne Bachelot-Narquin : ministre de la Santé, de la Jeunesse et des Sports. 
 
Christine Boutin : ministre du Logement et de la Ville. 
 
Christine Albanel : ministre de la Culture et de la Communication
 
Eric Woerth : ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique. 
 

 
Secrétaires d'Etat :
 

 
Laurent Wauquiez : secrétaire d'Etat, porte-parole du gouvernement.
 
Christian Estrosi :  secrétaire d'Etat chargé de l'Outre-mer.
 
Hervé Novelli : secrétaire d'Etat auprès de la ministre de l'Economie, chargé des entreprises et du Commerce extérieur.
 
Valérie Létard (Nouveau Centre) : secrétaire d'Etat auprès du ministre du Travail, chargée de la solidarité.
 
Jean-Marie Bockel (PS) : secrétaire d'Etat chargé de la Coopération et de la Francophonie auprès du ministre des Affaires étrangères.
 
Alain Marleix : secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Défense, chargé des anciens combattants.
 
Nathalie Kosciusko-Morizet : secrétaire d'Etat auprès du ministre français de l'Ecologie, chargée de l'Ecologie.
 
Rama Yade : secrétaire d'Etat auprès du ministre des Affaires étrangères, chargée des affaires étrangères et des droits de l'Homme.
 
Luc Chatel : secrétaire d'Etat auprès de la ministre de l'Economie, chargé de la consommation et du tourisme.
 
Fadela Amara : secrétaire d'Etat à la politique de la Ville.
 
Bernard Laporte :  secrétaire d'Etat à la Jeunesse et aux sports (après la Coupe du Monde de rugby). 
 
André Santini : secrétaire d'Etat chargé de la fonction publique.
Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Actualité
commenter cet article
18 juin 2007 1 18 /06 /juin /2007 23:13
Pour les amateurs d'entre-deux ou de Salers. Prenez un fond de pâtes (fraiches), disposez-les dans un petit ramequin avec quelques champignons de Paris coupés en deux et déposez quelques lamelles de fromages dessus, laissez tout ça au four une dizaine de minutes et on en reparle après....

A essayer avec du Saint-Nectaire et éventuellement des petits lardon en plus ... 

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Mmmm l'eau à la bouche!
commenter cet article
18 juin 2007 1 18 /06 /juin /2007 23:05

Pour 6 personnes:

-          1 kg de filet de bœuf de Salers
-          250 gr de Salers (prenez-le fruité comme du vieux Cantal)
-          200 g de beurre
-          100g de mie de pain
-          1 bouquet de sauge
-          Du poivre noir de Cochin
-          Quelques gouttes d’huile d’olive
-          1 robot
-          1 four
-          Du papier cuisson
-          1 bon couteau
-          De la ficelle de boucher

Deux
heures à l’avance,  dans le bol du mixer ou du robot, vous mettez la mie de pain, le fromage de Salers coupé en dés, le beurre coupé en dés, les feuilles de sauge et du poivre fraichement moulu.

Vous mixez 4/5 minutes pour que la préparation soit bien homogène et lisse. Vous vérifiez l’assaisonnement. Vous étalez cette pâte sur du papier cuisson, vous la recouvrez d’un autre papier cuisson, vous aplatissez bien et vous mettez au réfrigérateur.
 
  

 

Vous faites cuire 10 minutes et vous sortez le plat du four. Vous retournez le filet de bœuf. Vous sortez le fromage du réfrigérateur et vous le coupez en lamelles assez larges. Vous glissez les lamelles de fromage entre les tranches de viande et vous posez le reste dessus.

Vous ré-enfournez pour 10 nouvelles minutes de cuisson et c’est prêt. La croûte est bien dorée et la viande saignante.

Faites préchauffer le four thermostat 8 pour la viande. Avec un bon couteau, vous entaillez votre morceau de viande au ¾ pour faire  plusieurs tranches. Vous l’entourez d’une ficelle à rôti, pas trop serré de manière que la viande soit tenue et qu’il y ait un espace entre les tranches. Vous le posez à l’envers dans un plat à four, vous le badigeonner d’un peu d’huile d’olive et de poivre et vous enfournez.
Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Mmmm l'eau à la bouche!
commenter cet article
17 juin 2007 7 17 /06 /juin /2007 23:18

Le Cantal a transformé l'essai du 1er tour en amenant Vincent DESCOEUR à l'Assemblée nationale avec presque 56% des suffrages exprimés.

La France confirme nettement son attachement à la politique voulue par Nicolas SARKOZY et mise en oeuvre par François FILLON.

Il y a effectivement un recul au niveau national de l'implantation de la droite mais le recul est limité. A noter néanmoins que le Parti communiste scelle son destin puisque pour la première fois de son histoire, il n'est pas en capacité de constituer un groupe à l'Assemblée (moins de 20 députés).

Des députés ont également maintenus avec panache leur mandat, toutes sensibilités confondues, notamment Jean LASSALLE des Pyrénées-Atlantiques dont on se souvient de la grève de la faim pour faire entendre la voix de ses administrés et défendre les emplois sur sa circonscription.

Le raz-de-marée n'a pas eu lieu et dans certains cas, ce sont d'excellents élus locaux, présents pour le terrain qui ne seront pas reconduits. Hier soir, vers 20H00, alors que nous étions à la Maison de la Chimie, nous apprenions que le député sortant de la 3ème circonscription de l'Allier, Yves SIMON, venait d'être battu à 700 voix.

Je voudrais revenir ici sur sa personnalité. Pugnace et déterminée, Yves SIMON est un homme du terroir, attaché à la défense des filières agro-alimentaires de sa circonscription (Gannat - Saint-Pourçain), il n'a pas ménagé pendant 5 ans son temps à faire la promotion du vignoble principal de la région Auvergne: le Saint-Pourçain, que nous marrions assez aisément avec le Salers ou le Saint-Nectaire autour d'un bon repas.

Mais son action ne fut pas uniquement gastronomique, Yves SIMON avait remporté contre toute attente, en 2002, cette circonscription marquée communiste. Il a su mener les combats qu'aucun autre parlementaire n'avait mené, que ce soit le projet de loi pour la gratuité des numéros de téléphones pour les portables à partir du moment où ils sont gratuits pour les fixes (en priorité les numéros sociaux et administratifs) ou bien un combat pour les oubliés d'une guerre que la France a mené loin de ses frontières: les rapatriés d'Indochine française: Du Tonkin, d'Annam, du Laos, du Cambodge et de Cochinchine. Les rapatriés d'Afrique du Nord n'étaient pas les seules populations en souffrance de nos guerres de décolonisation.

L'Allier perd un parlementaire en phase avec son territoire, investi et passionné et ce n'est pas sans émotion que je me rappelle de l'entretien que j'avais eu avec lui après le camp scout de Salers en 2002, pour devenir son assistant parlementaire. J'avais éprouvé une grande joie à le retrouver au Chêne, chez Michèle ALLIOT-MARIE en novembre 2006.

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Actualité
commenter cet article
17 juin 2007 7 17 /06 /juin /2007 18:02

Le gouvernement n’envisage pas de permettre aux communautés de communes créées par substitution à un EPCI sans fiscalité propre, d’insérer dans leur statut une clause de péréquation visant à garantir les équilibres et solidarités qui, le cas échéant, préexistaient. Une parlementaire indique que, selon elle, «cela pourrait se faire en autorisant, sur une période de dix ans, des mécanismes de péréquation financière atténuant les effets directs ou indirects sur le contribuable local.»
Dans sa réponse (1), le ministère de l’Intérieur rappelle qu’en application de l'article L. 5211-41-2 du code général des collectivités territoriales, un syndicat de communes exerçant une compétence prévue dans le code précité peut, par délibérations concordantes du comité syndical et des conseils municipaux des communes membres, se transformer en communauté de communes. Lorsque le syndicat est financé par des cotisations prélevées sur le budget communal, sa transformation en établissement public de coopération intercommunal (EPCI) ayant opté pour le régime de la fiscalité additionnelle peut entraîner des distorsions entre communes en raison de l'utilisation d'une nouvelle clé de répartition. En effet, le nouveau groupement qui dispose de la même autonomie fiscale que les communes, vote les taux des quatre taxes locales pour la part qui lui revient. Son financement repose donc sur un prélèvement calculé sur la base taxable de ces quatre impôts en fonction de taux qu'il a votés. Le produit de ces prélèvements, rapporté au niveau de chaque commune membre de l'EPCI peut, dans certains cas, enregistrer des variations par rapport à la contribution budgétaire précédemment versée par la commune au syndicat. Dans ce cas, il peut s'avérer nécessaire d'instaurer un mécanisme visant à réduire ces distorsions. A cet égard, la loi n° 80-10 du 10 janvier 1980 modifiée en dernier lieu par la loi 2006-1666 du 21 décembre 2006 propose un dispositif assurant la solidarité entre communes au moyen des partages de fiscalité.
Ainsi, conformément aux articles 11 et 29 de la loi précitée, les EPCI à fiscalité additionnelle nouvellement créés par substitution à un syndicat intercommunal à vocation multiple (SIVOM) ainsi que leurs communes membres peuvent instituer un mécanisme conventionnel de péréquation financière dégressive (dix ans au plus) afin d'atténuer les effets du changement de régime fiscal pour les contribuables locaux à l'intérieur du périmètre de solidarité. Les reversements effectués au profit des communes membres viennent alors en déduction du produit attendu de la fiscalité. Toutefois, ce mécanisme de péréquation est facultatif. Il revient donc aux collectivités territoriales concernées et à leurs groupements de décider de sa mise en place.
Par ailleurs, les communes membres d'EPCI à fiscalité additionnelle peuvent bénéficier de la dotation de solidarité communautaire. Son montant est déterminé par référence à un pourcentage du produit de la taxe professionnelle ou de la taxe foncière sur les propriétés bâties, à moins que l'EPCI ne retienne le produit des quatre taxes directes locales. La dotation est ensuite répartie d'après des critères librement choisis. Là encore, l'instauration d'une telle dotation est laissée à l'appréciation de l'organe de décision communautaire.

(1) Question écrite n° 26313, réponse au JO Sénat du14/05/2007

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Les outils de la politique locale
commenter cet article