Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Salers au coeur avec Cédric Tartaud-Gineste
  • Salers au coeur avec Cédric Tartaud-Gineste
  • : Salers éternelle, cîté millénaire aux multiples visages et aux mille feux; le XXIème siècle est l'occasion de sonner la Renaissance d'un village qui sommeille depuis trop longtemps ! Ensemble, ayons à coeur de faire revivre Salers
  • Contact

Le Cantal actif

Pour me contacter:

 

 

 

 

Pour consulter mon profil Viadeo, rendez et inscrivez-vous sur :

 

 

Les Institutions Officielles :

 

La Présidence de la République

L'Assemblée nationale

Le Sénat

Le site du Gouvernement

 

Merci pour votre fidélité

Recherche

Archives

L'indispensable

 

Ils s'engagent pour l'interet général et le Cantal en particulier sur la toile:

Vincent DESCOEUR, Président du Conseil général et député du Cantal

Pierre JARLIER, Sénateur-Maire  de Saint-Flour, Président de l'Association des Maires du Cantal

René SOUCHON, ancien Maire d'Aurillac, Président de la Région Auvergne

Nicole MOISSINAC, son blog

François VERMANDE, Conseiller général, son blog

Christiane MISSEGUE, MoDem Cantal

Lightman, passionné de net-économie et d'actualité cantalienne 

Le Cantal - le e-dynamique à l'action: 
 

Comité Départemental Touristique du Cantal

Portail Cantalien

Conseil Général du Cantal

Le site des passionnés du Cantal

Le MEDEF dans le Cantal

Vivre et travailler dans le Cantal

Chambre de Commerce et d'Industrie du Cantal

Préfecture du Cantal 

 

La culture et le patrimoine, vous savez que c'est moins point faible: 

 

Cantal Patrimoine

Association des Amis du Patrimoine de Haute-Auvergne

Société de Haute-Auvergne

Généalogie de la Chataigneraie

Comité d'Histoire et d'Archéologie de Mauriac

Association généalogique APROGEMERE

Le musée Alfred Douet de Saint-Flour

Association du Cézallier - Vallée de la Sianne

Orfèvrerie en Haute-Auvergne

Langues et civilisations auvergnates

Le portail culturel du Canton de Saignes 

 

Le Cantal, terre de ressources et de recueillement

 

Le diocèse de Saint-Flour

Le Prieuré Saint-Jean à Murat

Eglise d'Aurillac

La maison des planchettes 

 

Quelques liens communautaires, culturels, commerciaux et associatifs:

 

L'Union du Cantal

La MONTAGNE - presse régionale

Ca papote entre Auvergnats

Testadaz, fromages, tripoux, jambons

L'Auvergnat de Paris

Le guide des restaurants auvergnats

Les 8 Filiales de la Ligue Auvergnate et du Massif Central

30 août 2007 4 30 /08 /août /2007 12:38
Numéro de l'offre : 509141K
Code Métier ROME : 22141
Intitulé du poste : ASSISTANT DE VIE SCOLAIRE
Type et nature du contrat : CONTRAT A DUREE DETERMINEE DE 10 MOIS / CONTRAT AVENIR
Description du poste : ETRE"IMPERATIVEMENT"BENEFICIAIRE D'1 MINIMA SOCIAL(RMI,AAH,API OU ASS)
VOUS PARTICIPEREZ AUX DIFFERENTES ACTIVITE DE LA VIE SCOLAIRE/
ACCOMPAGNEMENT DES ENFANTS,TACHES ADMINISTRATIVES,PARTICIPATION A LA
SURVEILLANCE .AVOIR UN BON CONTACT AVEC LES ENFANTS
 
Compétences particulières : 03- Tâches administratives (absences d'élèves, rédaction de bulletins, élections de classes...).
05- Surveillance d'externat.
08- Etablissement public.
Expérience :DEBUTANT ACCEPTE
Formation et connaissances :
DIPL. NIV. BAC EXIGE(E) PRATIQ. TRAIT.TEXTES EXIGE(E) PRATIQUE TABLEUR SOUHAITE(E)
Lieu de travail : ENTRE MAURIAC ET ST CERNIN
Salaire indicatif : HORAIRE 8,44 Euros (55,36 F)
 
Horaires : 26H00 HEBDO
Si cette offre vous intéresse, veuillez adresser par courrier ou par mail, un CV et une lettre de motivation en précisant le numéro de l'offre à :
Agence Locale pour l'Emploi
ANPE MAURIAC
14 BOULEVARD ARSENE VERMENOUZE
15200 MAURIAC
ET LETTRE MOTIVATION A L'ATTENTIONDE S.MIAGOUX(NOTER REFERENCES OFFRE)
_______________________________________________________________________________
 
Numéro de l'offre : 509158K
Code Métier ROME : 22141
Intitulé du poste : ASSISTANT D'EDUCATION
Type et nature du contrat : CONTRAT A DUREE DETERMINEE DE 36 MOIS / CONTRAT DE TRAVAIL
Description du poste : CONTRAT DE 3ANS POUVANT ETRE RENOUVELE 1 FOIS.VOUS SEREZ CHARGE
DE L'ENCADREMENT ET DE LA SURVEIL- LANCE DES PERMANENCES,FEREZ DU
SOUTIEN ET DE L'ACCOMPAGNEMENT SCO- LAIRE.BON CONTACT AVEC LES ENFANTS
PREMIERE EXPERIENCE(TYPE ANIMATION) SEREZ APPRECIEE**BONNE PRESENTATION*
 
Compétences particulières : 01- Mise en place et animation de projets éducatifs.
03- Tâches administratives (absences d'élèves, rédaction de bulletins, élections de classes...).
02- Organisation et coordination du service de surveillance (mise en place de permanences, élaboration d'emplois du temps...).
04- Surveillance d'internat.
05- Surveillance d'externat.
06- Collège.
08- Etablissement public.
Expérience :SOUHAITEE DE 1 AN
Formation et connaissances :
DIPL. NIV. BAC EXIGE(E) ****NIVEAU BAC+2 SERAIT UN PLUS*****
Lieu de travail : NORD OUEST CANTAL
Salaire indicatif : HORAIRE 8,44 Euros (55,36 F)
 
Horaires : 35H00 HEBDO
Si cette offre vous intéresse, veuillez adresser par courrier ou par mail, un CV et une lettre de motivation en précisant le numéro de l'offre à :
Agence Locale pour l'Emploi
ANPE MAURIAC
14 BOULEVARD ARSENE VERMENOUZE
15200 MAURIAC
ET LETTRE MOTIVATION AL'ATTENTION DE NOTER REFERENCES DE L'OFFRE
Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans L'emploi à Salers et alentours
commenter cet article
28 août 2007 2 28 /08 /août /2007 09:31

Panafieu: «Je veux faire de Paris une éco-capitale »

 
 
 
LE FIGARO. - Bertrand Delanoë est au zénith dans les sondages. Sa dernière initiative, Vélib’, est un succès. Peut-il être battu en mars prochain?
 
Françoise DE PANAFIEU. - La politique, c’est aussi la gestion du temps. Qu’un maire sortant parte avec un avantage est habituel. Ne serait-ce qu’en raison des moyens de communication dont il dispose. Et monsieur Delanoë en use et en abuse. Mais l’histoire nous apprend aussi que le favori de l’automne n’est bien souvent pas le vainqueur du printemps.
 
Maire de Paris, j’aurais fait Vélib’. D’ailleurs, nous l’avons voté. Mais je l’aurais fait différemment. Plutôt comme l’on fait Lyon ou Nantes. Et surtout en pratiquant la concertation quant au choix des emplacements et en liaison avec les communes riveraines. La politique municipale ne peut pas se résumer à Vélib.
 
Son bilan reste malgré tout apprécié des Parisiens. Sur quoi portera votre critique de son action?
 
Communiquer n’est pas agir. Le vrai bilan de monsieur Delanoë, c’est un échec cinglant sur le terrain économique et social. Je rappelle que Paris a un taux de chômage supérieur à la moyenne nationale; que 12% de sa population vit avec moins de 750 euros par mois; que 60.000 Parisiens sont RMistes et qu’il y aujourd’hui 109.000 demandeurs de logement social à Paris. Soit une hausse de 20% en six ans. Monsieur Delanoë avait promis qu’il n’y aurait plus aucun immeuble insalubre; 10% des cas à peine ont été traités. Et ne parlons pas du bilan en matière d’environnement, de circulation ou de propreté.
 
A droite, on a plutôt entendu cet été des voix discordantes, avec l’appel à votre retrait de Bernard Debré
 
Les propos estivaux de Bernard Debré font le jeu de monsieur Delanoë. Même Bernard Debré doit comprendre que les temps ont changé et qu’une femme peut être tête de liste et maire de Paris. Au delà de ces propos maladroits, je l’invite à prendre sa place dans le rassemblement qui s’engage.
 
Le nom de Jean-Louis Borloo reste cité. Êtes-vous sûre que votre désignation à l’issue de la primaire de 2006 ne sera pas remise en cause?
 
Nicolas Sarkozy qui a voulu cette primaire. Au terme d’un vrai débat de six mois, j’ai été élue par les militants, à une large majorité dès le premier tour. Le débat est donc clos. L’enjeu c’est la campagne; pour moi elle a commencé. Depuis un an, j’écoute les Parisiens. J’ai fait le tour de tous les arrondissements et des grandes métropoles européennes. J’en ai tiré un certain nombre de propositions que j’ai transmises aux élus une UMP de Paris. Nous en débattrons lors d’un séminaire les 20 et 21 septembre. J’installerai le QG de campagne et nos équipes dans le mois. Je conduirai dans chaque arrondissement un débat sur le projet.
 
Alors que Sarkozy, Fillon et dix ministres ont interrompu leurs vacances pour assister aux obsèques du cardinal Lustiger, ni vous ni aucun député ou maire d’arrondissement UMP n’était - pas plus que Bertrand Delanoë - présent à Notre-Dame. Pourquoi?
 
Le cardinal Lustiger que je connaissais bien a conduit une action remarquable d’ouverture et de réconciliation avec les religions et si j’étais absente c’était hélas pour une raison qui m’était, hélas, strictement personnelle.
 
Quelle vision de Paris voulez-vous présenter dans la campagne?
 
Je veux que Paris redevienne la ville du mouvement et du rayonnement. Toutes les grandes villes d’Europe sont en ébullition. Berlin, par exemple, s’est reconstruite en dix ans. Paris s’est endormie. Mon projet est très concret. Je veux faire de Paris une véritable éco-capitale; je veux ramener les emplois à Paris; je veux refaire de Paris une ville pour toutes les familles, une ville de grands projets, une ville qui soit à nouveau exemplaire en matière sociale et humanitaire. Et je présenterai sur chacun de ces points des propositions précises, chiffrées et ambitieuses, comme je le ferai pour régler les problèmes de plus en plus insupportables de circulation et de pollution.
 
En matière d’environnement et de qualité de la vie, Bertrand Delanoë n’a-t-il pas une longueur d’avance sur vous?
 
Il a plutôt une longueur de retard. Faire de Paris une éco-capitale, c’est prendre de vraies décisions: interdire l’accès des véhicules lourds très polluants, aider les véhicules propres en leur offrant le stationnement gratuit, développer des voitures électriques en libre service, donner la priorité aux transports en commun en sous-sol, là où sont les passagers, lancer un plan Environnement-Bâtiments car un tiers de la pollution provient de l’habitat. Je proposerai par exemple de déléguer au premier adjoint au maire le développement durable et les transports.
Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Actualité
commenter cet article
25 août 2007 6 25 /08 /août /2007 10:27


PST (Patrimoine Stratégies et Territoires) communique et vous invite!

L’Agence Lorraine de Développement Durable, partenaire d’Echos DD
Est heureuse de vous convier au départ de l’expédition La Voix des Hommes. 2 ans à vélo sur la Route de la Soie pour nous faire découvrir le développement durable … Ailleurs.

Cette expédition, soutenue par 3D Territoires et d’autres partenaires, sera relayée à partir d’Octobre 2007 par 3D Territoires.

* Vidéo présentant l’expédition : http://3dterritoires.free.fr/SPIP/article.php3?id_article=405

* Départ – Dimanche 02 septembre à 10 heures – Place Stanislas à Nancy.

* Documents photos disponibles, dossier de presse :
http://clubnancy.hautetfort.com/archive/2007/08/25/dimanche-2-septembre-invitation-expedition-la-voix-des-homme.html

Infos:
Dominique VALCK
Directeur de 3 D Territoires
06 79 83 49 57

dvalck@wanadoo.fr

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Initiatives territoriales
commenter cet article
24 août 2007 5 24 /08 /août /2007 10:19

 

+++++ COMMUNIQUÉ DU CLUB BUSINESS AUVERGNE +++++
http://www.viadeo.com/hub/affichehub/?hubId=0021drydqo0wqot9
++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

La Caravane des Entrepreneurs passe en Auvergne les
* mardi 11 septembre à VICHY (03)
* mercredi 12 septembre à CLERMONT-FERRAND (63)
* jeudi 13 septembre à AURILLAC (15)

La Caravane des Entrepreneurs, c'est :
http://www.caravanedesentrepreneurs.com/rubrique.aspx?RubriqueID=433&LangueID=31

La société FORCES, organisateur de cette manifestation unique, a proposé aux clubs business 03 et 63 de nous associer à cette manifestation et nous avons accepté comme l'ensemble de nos confrères en France.

Venez nombreux, et faites connaître cette action autour de vous.

Vous pouvez déjà noter de venir à notre :

Intervention et échanges sur le thème de l'utilité des réseaux pour le développement de projets et d'affaires entre 12h et 13h30 dans la zone conférence de la Caravane.

Une occasion de nous revoir, de témoigner de vos satisfactions et réalisations en réseaux, de développer votre réseau, de prendre des informations, etc.

Nous travaillons à associer des réseaux partenaires, en attente de confirmations (URIS Auvergne, JCE 03 & 63, GCE-63, FCE-03 / 63, etc. : Toutes propositions les bienvenues).

Merci de te proposer si tu peux apporter ton aide sur cette action ou si tu souhaites profiter de l'occasion pour proposer des supports de présentation de ton activité !

Plus d'informations dans les clubs business :
* Club Business 03 : http://www.viadeo.com/hub/affichehub/?hubId=002286gf8nnq4x01
* Club Business 63 : http://www.viadeo.com/hub/affichehub/?hubId=00224dz7aw8kzzyk

Cordialement,

Marc pour
le Club Business Auvergne,
le Club Business 03 et
le Club Business 63

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Actualité
commenter cet article
23 août 2007 4 23 /08 /août /2007 10:18

La compagnie Carabosse prévoit d’investir le site du bastion dont la fonction première était d’acheminer l’eau vers la ville. Celui-ci sera métamorphosé le temps d’un soir par les « installations de feu ».

Rendez-vous le 25 Août à 21h00 au passage Saint-Claude et au Port de France.

En parallèle de la manifestation, un grand concours photo amateur est mis en place. Pour tous ceux qui souhaiteraient participer, rendez-vous sur le site de la région lorraine (date de dépôts des photos, vote...) :
http://www.cr-lorraine.fr/crlorraine/sites/crlorraine/concoursphoto/accueil

Photos:
http://www.citadelles-de-feu.fr/fr_FR/site/17

Prochaine mise en lumière: Marsal: 15 septembre

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Initiatives territoriales
commenter cet article
22 août 2007 3 22 /08 /août /2007 12:41

 Après l'accident de la Fête des loges qui a causé la mort de deux personnes le 4 août, dans les Yvelines, la ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie, l'Association des maires de France (AMF) et les représentants du monde forain se sont entendus, le 8 août, pour accroître les contrôles des manèges «à sensations». Une convention, signée dans les prochains jours, puis une loi imposeront une inspection annuelle de ces installations. «Un agrément des organismes de contrôle sera également mis en ouvre par l'Etat». La loi «remplacera le protocole datant de 1984 : jusqu'ici, les manèges n'étaient vérifiés que tous les trois ans», précise le ministère. Autre orientation proposée par la ministre et les représentants forains : limiter la vitesse des manèges. Pour l'heure, les attractions de type "Booster" sont interdites. Les préfets sont invités à contrôler leur fermeture.




Cette triste actualité n'est pas en relation directe avec la cité de Salers, bien que nous nous associons à la douleur des familles des victimes et que le devoir de ceux qui prétendent assumer les suffrages de nos concitoyens ont le devoir de refléchir - ensemble - sur l'intérêt général.

Neanmoins, cette actualité est l'opportunité d'aborder aussi le sujet de l'esplanade de Barrouze et notamment son agencement, surtout dans le cadre d'une piétonnisation de la ville. Un joli manège est présent depuis de nombreuses années et la mise en valeur du site autour de ce type d'attraction, surtout pour la haute saison, se fait sentir... quant à savoir si la Grande Roue de la Ville de Paris trouverait sa place est une réflexion qui mérite de se poser, en pensant aux nuisances sur le voisinage mais en tout cas, je pense qu'une photo des monts du Cantal prise depuis le sommet d'un tel manège aurait son petit effet. Ce qui ne chasserait en aucun cas les boullistes chevronés et pourrait même faire réflechir sur la perspective d'un kiosque comme on en trouve dans la plupart des jardins publics. Un nouveau cadre qui permette à toutes les générations de se retrouver de manière conviviale en haute saison comme à l'automne des les premiers frimas... à suivre

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Salers - au coeur des projets
commenter cet article
21 août 2007 2 21 /08 /août /2007 13:34

DÉCENTRALISATION

Nicolas Sarkozy a adressé, le 30 juillet, sa lettre de mission à Michèle Alliot-Marie, ministre de l'Intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales. Le président de la République lui demande de «faire une pause dans l'octroi de compétences nouvelles aux collectivités territoriales, sauf exceptions de simplification ou d'expérimentation». En revanche, elle devra «rechercher, dans la concertation avec les collectivités, les moyens de clarifier les compétences des différents niveaux de collectivités locales, en les regroupant par blocs et en supprimant les redondances». Parmi les autres chantiers figurent l'implantation dans les quartiers en difficulté de services publics, de l'Etat comme des collectivités territoriales, et de services de proximité, et une «réorganisation des services de l'Etat entre l'échelon départemental et l'échelon régional pour réduire la taille de l'adminis tration d'Etat».

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Les outils de la politique locale
commenter cet article
20 août 2007 1 20 /08 /août /2007 13:45

GESTION LOCALE

En vue de la révision des politiques publiques, le gouvernement a créé un groupe de travail avec l'AMF, l'ADF et l'ARF (*), dont la présidence est confiée au sénateur Alain Lambert. Le Premier ministre, qui a reçu les trois associations, le 18 juillet, a rappelé la mission que lui a confiée le président de la République : gagner un point de croissance et revenir au plein emploi. Cela impose de «revoir profondément l'ensemble des politiques publiques», un exercice auquel il entendait «associer pleinement les collectivités territoriales.» Le groupe de travail devra formuler des propositions en la matière (clarification des compétences, etc.), d'ici au printemps 2008. Parallèlement, le Premier ministre a proposé la mise en place d'une «conférence nationale des exécutifs locaux, instance resserrée de pilotage commune à l'Etat et aux collectivités territoriales, présidée par le Premier ministre et qui sera suscep tible d'être réunie à la demande soit du gouvernement, soit des élus.» Une proposition qui a recueilli l'assentiment des associations d'élus.
(*) AMF : Association des maires de France ; ADF : Assemblée des départements de France ; ARF : Association des régions de France.

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Les outils de la politique locale
commenter cet article
19 août 2007 7 19 /08 /août /2007 13:48

INTERCOMMUNALITÉ


La communauté d'agglomération qui succède à une syndicat intercommunal pouvait se fonder sur les délibérations antérieures de ce dernier et conserver les subventions obtenues, sans qu'il soit besoin de réitérer ces actes. Ainsi en a décidé le Conseil d'Etat, dans son arrêt du 13 juillet dernier.
Conseil d'Etat, 13 juillet 2007, req. n° 272048

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Les outils de la politique locale
commenter cet article
18 août 2007 6 18 /08 /août /2007 12:23

Zoom +
Prakash Hatavalne pour Le Figaro.

Balthazar Napoléon de Bourbon, qui ne parle pas français et n’est jamais venu en France, descendrait en droite ligne du connétable de Bourbon.

JEHAN GIRABAD n’a pas grand-chose de Versailles. Populeux et animé, ce quartier situé dans la vieille ville de Bhopal, évoque plutôt les «Embarras de Paris» qui faisaient tant rager Boileau. Version indienne, la mousson en plus. Piétons, auto rickshaws, mar¬chands des quatre saisons, chiens errants, s’y disputent un chiche espace sur la chaussée glissante. C’est pourtant là que réside Balthazar de des héritiers du trône de France. Pour le trouver, Napoléon Bourbon, l’un mieux vaut de¬mander l’«École Bourbon», respectable établissement qui accueille quelque 1800 élèves. Sa direc¬trice n’est autre qu’Elisha de Bourbon, l’épouse de Balthazar. Dans une ruelle plus étroite que les autres, quelques maçons vêtus d’un simple pagne et portant sur la tête des paniers emplis de ciment frais, profitent d’une vague éclaircie pour faire avancer leur ouvrage. Ils hissent leur chargement dans un horrible tintamarre, au moyen d’une chaîne actionnée par une poulie grinçante. Quelques centaines de mètres plus loin, la demeure des Bourbon est une oasis. C’est une maison bourgeoise et coquette. Seule l’énorme inscription en cuivre «House of Bourbon», surmontée de la fleur de lys, apposée sur le mur de la véranda, rappelle que l’on n’est pas dans un banal «koti» de la middle class indienne. «Moi, roi de France? Voilà qui m’a fait plutôt rire quand on m’a appris la nouvelle», lance Balthazar Napoléon. L’homme est jovial. Il poursuit: «J’ai toujours su que j’appartenais à la famille des Bourbon, mais j’ignorais que j’étais le premier de la lignée. Un matin, j’ai reçu un coup de fil d’un copain qui m’a demandé ce que ça faisait d’être roi. J’ai cru qu’il se fichait de moi.» Grâce au prince Michel de Grèce, De là à dire qu’il se il sait aujourd’hui que l’hypothèse n’est pas farfelue. voit déjà sur le trône, il y a loin. «Je suis avocat et propriétaire terrien. Et, surtout, je suis bien Indien, même si je sais que du sang français coule dans mes veines», assène-t-il. Il ne parle pas un mot de français et n’a jamais mis un pied en France. Pas plus que ses trois enfants, qui ne rêvent que d’une chose, aller faire leurs études aux États-Unis. Tous portent cependant des prénoms français: Frédéric, Michelle, Adrien. La famille est restée de confession catholique.

 
Des origines «documentées»
 
«Dans les palais des princes et des princesses musulmans, dont les Bourbon étaient les conseillers, ces derniers avaient leur propre chapelle , explique Balthazar Napo¬léon. Ils avaient leurs prêtres, ve¬nus de Goa (comptoir portugais, NDLR). Il s’agissait surtout de jésuites, et ce sont eux qui ont tenu les registres de la famille, depuis l’arrivée de Jean-Philippe de Bourbon jusqu’à ces dernières années.» Fier de pouvoir «documenter», comme il dit, ses origines, Balthazar voudrait que son appartenance à la «Maison de Bourbon» soit officiellement reconnue. Qu’il soit le premier de la lignée ou pas, il s’en moque, mais se voir accordé le titre de «duc de France» lui tient à cœur. Son père, Salvadore, disparu brutalement en 1978, s’était battu pour cela et lui continuera. Voilà pourquoi il est reconnaissant au prince Michel de Grèce de s’être intéressé au sort de ses ancêtres. Le seul maillon faible de l’histoire des Bourbon indiens, a toujours été l’identité de Jean-Phi¬lippe, débarqué sur les côtes de Goa en 1560. Or, Michel de Grèce, qui a passé des années à travailler sur la question, en est quasiment certain, Balthazar Napoléon den Bhopal arrive en tête des héritiers du trône de France parce que Bour¬bo Jean-Philippe était bien le fils du connétable de Bourbon, cousin du roi Henri IV. Il livre ses conclusions dans un roman historique paru en mars dernier, Le Rajah Bourbon, où il retrace le périple de Jean-Philippe. Le fils du connétable aurait pris la mer après avoir tué un noble français au cours d’un duel. En route vers l’Espagne, il est capturé par des pirates et emmené en Égypte. Il s’enfuit, mais est rattrapé par l’armée éthiopienne. Fuit de nouveau, et échoue en Inde. De Goa, il se rend à Agra puis à Delhi, à la cour de l’empereur moghol Akbar, où il est reçu avec tous les honneurs dus à son rang. «Akbar savait très bien que Jean-Philippe n’était pas un imposteur. Il a toujours accueilli des Français à sa cour, ils pouvaient témoigner de l’exactitude de ce que racontait mon ancêtre», affirme Balthazar Napoléon. Il raconte ensuite comment l’em¬¬¬pereur a nommé Jean-Phi¬lippe chef de ses armées, lui a donné sa belle-sœur en mariage et l’a fait nabab.
 
Revers de fortune
 
L’avocat étale des documents, des actes de naissance, des livres, des revues, sur la table du salon. Entre deux gorgées d’orangeade, il exhibe des lettres écrites en français, pour la plupart. Elles viennent de Vendée, de Belgique… Leurs auteurs lui donnent du «prince», le remercient d’avoir su garder intacte la lignée légitime des Bourbon. Il montre un nu¬méro de Point de vue Images du monde de 1972. En couverture, Caroline deMonaco; à l’intérieur, l’un des premiers articles de Mi¬chel de Grèce sur les Bourbon d’Inde. Les descendants de Jean-Philippe iront à Gwalior, puis à Bhopal, en 1775. À l’époque, Bhopal était une minuscule principauté. Quatre générations durant, elle a été dirigée par des femmes, musulmanes de surcroît, des bégums. «Les Bourbon ont été de précieux et fidèles conseillers pour les bé¬gums et les nababs de Bhopal, relève Balthazar. Ils n’étaient pas riches mais jouissaient d’un im¬mense pouvoir à cause de leur position.» Comment le nom de Bourbon ne s’est-il pas perdu en 600 ans? «Grâce aux registres des jésuites, dit-il. N’ayant aucune éducation, les dirigeants de Bhopal n’arrivaient pas à prononcer notre nom. Ils nous ont alors appelés mashis, parce que nous étions chrétiens. Mashis vient de messiah, messie.» De fil en aiguille, de la cour de l’empereur moghol Akbar à celle des bégums de Bhopal, une branche entière de la «Maison de Bourbon» s’est ainsi installée en diaspora. Le revers de fortune a eu lieu avant même l’indépendance. «À cause des jalousies, parce que nous devenions trop influents auprès des bégums», dit Balthazar Napoléon. La vraie déconfiture écono¬mique intervient en 1971, lorsque l’Inde décide d’ôter définiti¬vement tous leurs privilèges aux maha¬radjas, nababs et autres bégums. Pour la première fois, un Bourbon, son père, est obligé de travailler. Le regard de Balthazar Napoléon se voile. Pas à cause de la richesse et du pouvoir perdus. Non, l’ombre qui passe fugitivement dans ses yeux est la marque de tous les êtres qui ont connu la diaspora. «Toute l’histoire de la famille est triste. Jean-Philippe est parti sous la pression et nous portons cela, en nous», confie-t-il.
Repost 0
Published by Le Figaro - dans Actualité
commenter cet article