Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Salers au coeur avec Cédric Tartaud-Gineste
  • Salers au coeur avec Cédric Tartaud-Gineste
  • : Salers éternelle, cîté millénaire aux multiples visages et aux mille feux; le XXIème siècle est l'occasion de sonner la Renaissance d'un village qui sommeille depuis trop longtemps ! Ensemble, ayons à coeur de faire revivre Salers
  • Contact

Le Cantal actif

Pour me contacter:

 

 

 

 

Pour consulter mon profil Viadeo, rendez et inscrivez-vous sur :

 

 

Les Institutions Officielles :

 

La Présidence de la République

L'Assemblée nationale

Le Sénat

Le site du Gouvernement

 

Merci pour votre fidélité

Recherche

Archives

L'indispensable

 

Ils s'engagent pour l'interet général et le Cantal en particulier sur la toile:

Vincent DESCOEUR, Président du Conseil général et député du Cantal

Pierre JARLIER, Sénateur-Maire  de Saint-Flour, Président de l'Association des Maires du Cantal

René SOUCHON, ancien Maire d'Aurillac, Président de la Région Auvergne

Nicole MOISSINAC, son blog

François VERMANDE, Conseiller général, son blog

Christiane MISSEGUE, MoDem Cantal

Lightman, passionné de net-économie et d'actualité cantalienne 

Le Cantal - le e-dynamique à l'action: 
 

Comité Départemental Touristique du Cantal

Portail Cantalien

Conseil Général du Cantal

Le site des passionnés du Cantal

Le MEDEF dans le Cantal

Vivre et travailler dans le Cantal

Chambre de Commerce et d'Industrie du Cantal

Préfecture du Cantal 

 

La culture et le patrimoine, vous savez que c'est moins point faible: 

 

Cantal Patrimoine

Association des Amis du Patrimoine de Haute-Auvergne

Société de Haute-Auvergne

Généalogie de la Chataigneraie

Comité d'Histoire et d'Archéologie de Mauriac

Association généalogique APROGEMERE

Le musée Alfred Douet de Saint-Flour

Association du Cézallier - Vallée de la Sianne

Orfèvrerie en Haute-Auvergne

Langues et civilisations auvergnates

Le portail culturel du Canton de Saignes 

 

Le Cantal, terre de ressources et de recueillement

 

Le diocèse de Saint-Flour

Le Prieuré Saint-Jean à Murat

Eglise d'Aurillac

La maison des planchettes 

 

Quelques liens communautaires, culturels, commerciaux et associatifs:

 

L'Union du Cantal

La MONTAGNE - presse régionale

Ca papote entre Auvergnats

Testadaz, fromages, tripoux, jambons

L'Auvergnat de Paris

Le guide des restaurants auvergnats

Les 8 Filiales de la Ligue Auvergnate et du Massif Central

17 janvier 2008 4 17 /01 /janvier /2008 18:02

... celui qui a rythmé de musiques joviales, les étés de tous les jeunes nés dans les années 70 s'en est allé aujourd'hui.

Un cancer foudroyant aura eu le dernier mot de Carlos, le chanteur des grands et des petits, l'ami de Dorothée et de Johnny Halliday; le "doudou dis-donc" de la chanson française, l'inventeur du "bout de caoutchouc pour faire crac-crac avec ma doudou" n'était pas éternel.

Depuis plusieurs années, il était en retrait mais il restait dans le coeur de chacun. Carlos est parti et personne ne pourra jamais remplacer cette bonhommie particulière.


Bon vent Carlos, tu pars au ciel "tout nu et tout bronzé" et tu nous manqueras !

images.jpg

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Actualité
commenter cet article
17 janvier 2008 4 17 /01 /janvier /2008 10:04

A la fin du mois de septembre se dérouleront les élections sénatoriales. Les 114 sièges de sénateurs à pourvoir concernent:
- l'ensemble des sénateurs de la série A (voir premier lien ci-dessous), soit 102 sièges (à noter qu'actuellement, la série A ne se compose que de 101 sénateurs, à la suite du décès de M. Jacques Pelletier, sénateur de l'Aisne, dont le siège n'est pas pourvu): 98 sièges dans les départements métropolitains, de l'Ain à l'Indre, sauf l'Essonne et les Hauts-de-Seine, la Guyane, la Polynésie française et Wallis et Futuna, ainsi que 4 sièges de sénateurs représentant les Français de l'étranger;
- 10 sièges correspondant à un accroissement graduel de l'effectif sénatorial pour tenir compte des changements démographiques (un siège supplémentaire étant attribué aux départements et collectivités suivants: Ain, Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Drôme, Eure-et-Loir, Haute-Garonne, Gironde, Hérault, Guyane et Polynésie française);
- et 2 sièges à Saint-Barthélémy et Saint-Martin, collectivités nouvellement créées.
Investis par le suffrage universel indirect, les sénateurs sont élus pour six ans par un collège électoral d'environ 150.000 élus. Les candidats doivent avoir au moins 30 ans révolus.
Un décret à paraître au Journal officiel fixera la date de cette élection.
Le régime électoral est issu d'une réforme adoptée en 2003 (loi organique n° 2003-696 du 30 juillet 2003 portant réforme de la durée du mandat et de l'âge d'éligibilité des sénateurs ainsi que de la composition du Sénat, voir second lien ci-dessous) abaissant l'âge d'éligibilité et réduisant la durée du mandat sénatorial de neuf ans à six ans, en vue de l'inscrire dans une périodicité harmonisée avec celle de la plupart des mandats locaux.
La réforme de 2003 (complétée par celle de 2007) a prévu un accroissement graduel de l’effectif sénatorial, qui est passé de 321 avant la réforme de 2003 à:
- 331 sièges au renouvellement 2004,
- 343 sièges au renouvellement 2008,
- 348 sièges au renouvellement 2011.
Les élections devaient initialement se tenir en 2007 et 2010, mais en raison de la modification du calendrier électoral des élections municipales et cantonales et afin que les sénateurs soient élus désormais et dans les années à venir par des grands électeurs en début de mandat, les élections sénatoriales ont été décalées d'une année, soit septembre 2008, 2011 et 2014.


Liens complémentaires :
http://www.senat.fr/listes/serie_a.html
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnTexteDeJorf?numjo=INTX0306687L
Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Salers de Demain...
commenter cet article
16 janvier 2008 3 16 /01 /janvier /2008 21:58

À QUELQUES SEMAINES DES MUNICIPALES, L’ASSOCIATION DES PETITES VILLES DE FRANCE REÇUE PAR Mme ALLIOT-MARIE


Une délégation du Bureau de l’Association des petites villes de France, conduite par son président Martin MALVY, Ancien Ministre, Président du Conseil régional Midi-Pyrénées, et composée de MM. Philippe AUBERGER, Maire de Joigny, Vice-président de l’APVF, et François DOSÉ, Maire de Commercy, Secrétaire-général de l’APVF, a été reçue ce jour par Mme Michèle ALLIOT-MARIE, Ministre de l’intérieur et des collectivités locales.

Dans un contexte de dégradation des relations de confiance entre l’Etat et les collectivités locales, la délégation de l’APVF a fait part à la ministre de ses inquiétudes et de ses interrogations concernant l’évolution des finances locales, des dotations de l’Etat et de la réduction des marges de manœuvre financières des communes, alors que dans un même temps, les communes sont confrontées à une série de nouveaux transferts non compensés (instruction des passeports, des cartes d’identité, et maintenant, des permis de conduire) et d’un accroissement des charges sans précédent.

La ministre a pris acte de ces inquiétudes mais a rappelé le caractère contraint de l’évolution des finances publiques, celles de l’Etat tout particulièrement. L’APVF a interrogé la ministre sur l’évolution possible de la taxe professionnelle et a rappelé son caractère essentiel et irremplaçable pour le devenir des intercommunalités. Elle a réitéré son souhait que soit enfin engagée la réforme des bases des valeurs locatives qui conditionne toute possibilité d’atténuation des disparités de richesses fiscales.

La ministre a tenu à rassurer l’APVF sur l’avenir des sous-préfectures dans les petites villes et dans les zones rurales, les sous-préfectures étant appelées à devenir l’instance appropriée de conseil juridique pour les élus locaux.

A quelques semaines des élections municipales, l’APVF a tenu enfin à rappeler à la ministre l’importance qu’elle accorde au sujet de la modernisation des conditions d’exercice des mandats locaux ainsi que sa volonté d’être associée à tout travail de réflexion en la matière, disposant à cet effet d’un Livre blanc avec 40 propositions concrètes de modernisation qu’elle a remis à la ministre.


 Contact Presse : André ROBERT, Délégué Général – Thomas LAFONT, Chargé de Mission
Tél. : 01 45 44 00 83 – Fax : 01 45 48 02 56 – email:
tlafont@apvf.asso.fr
Association des petites villes de France, 42 Bd Raspail, 75007 PARIS -
www.apvf.asso.fr

Repost 0
Published by Association des Petites Villes de France - dans Les outils de la politique locale
commenter cet article
16 janvier 2008 3 16 /01 /janvier /2008 10:25

   
 
Autour des 25 ANS de reliure de Marie-José Felgines

Du 25 au 27 janvier 2008 à AURILLAC (Archives) et MAURIAC (Médiathèque)

ARTISAN-RELIEUR dans le CANTAL
Quelle reliure pour quel livre ?
Quel livre pour quelle reliure ?
Avec :
La Médiathèque du Pays de Mauriac
Les Archives départementales du Cantal
La Médiathèque départementale du Cantal

Expositions, conférences, tables rondes-débats, ateliers de démonstration de reliure

ATELIERS pour les SCOLAIRES à la médiathèque de Mauriac le Vendredi 25 janvier 2008
Démonstration de reliure / JULIA COLDEFY à 10h-11h 14h-15h
Atelier de reliure chinoise / CORINNE PAQUETà 9h30-10h30 14h-15h

AURILLAC : Archives départementales le Vendredi 25 et Samedi 26 janvier 2008
Entrée par le 1, rue du 139eme régiment

Vendredi 25 janvier

EXPOSITION de documents restaurés par MARIE-JOSE FELGINES et d’une création le Livre « Noé » en sa présence de 14 h à 19 h

Samedi 26 janvier

8h30 Départ de Mauriac en bus (réservation obligatoire ) – RV parking de la rue du 8 Mai. Arrivée prévue à Aurillac (Archives) à 9h30 – Accueil par EDOUARD BOUYE, Directeur des Archives
10h Registres paroissiaux et d’état civil  (prêt des mairies) – Commentaires EDOUARD BOUYE, et MARIE-JOSE FELGINES
10h30 Encyclopédie de Diderot et d’Alembert (édition originale - Archives du Lot) – Présentation par FRANCOISE DUTHU, directrice des Archives du Lot et Marie-José Felgines, qui vient de recevoir le prix SEMA 2007 pour ce travail.
11h15 Présentation, par Mme BOUTEVIN de quelques reliures intéressantes provenant du fonds des Archives de Saint-Flour et restaurées par Marie-José Felgines
11h30 Le livre «Noé» (poème du philosophe LANZA DEL VASTO) : création (imprimerie, illustration, reliure) de Marie-José Felgines Ce travail a fait l’objet d’un soutien à la création du Conseil Général du Cantal
12h Repas (réservation obligatoire)
13h Bus-Navette pour Mauriac (départ rue du 139e RI devant l’ancienne entrée des Archives) Arrivée prévue à Mauriac à 14 h.

MAURIAC : Vendredi 25 et Samedi 26 janvier 2008

samedi 26 janvier

14h30 Accueil en musique par les musiciens du CDMDT (Centre départemental des musiques Médiathèque et danses traditionnelles) : JEAN-CLAUDE ROCHER (cabrette), JEAN-LOUIS DEYGAS (chant, violon), CLEMENCE CONRIE (violon), BENOIT SELMANE (vielle)
14h30 à 16h Ateliers de démonstration :
Reliure et dorure / JULIEN MOISSINAC
Reliure (photos avant-après, pastiches de reliure ancienne,…) / CORINNE PAQUET
Reliures espagnoles (Madrid) / ANA RUIZ - LARREA
15h30 Les reliures réalisées par les élèves de l’Ecole supérieure ESTIENNE des Arts et Médiathèque Industries Graphiques (Ville de Paris et Ministère de l’Education Nationale)
Présentation par FRANCOIS BRINDEAU, professeur de reliure
16h Cinéma : Présentation de l’Ecole ESTIENNE par FRANCOIS BRINDEAU
17h Conférence deJEAN-LOUP FOSSARD, expert (reliure) – Département de la conservation de laBibliothèque Nationale De France(BNF)
Cinéma : sur l’évolution des techniques de reliure (rapports entre un relieur et la BNF)
18h30 Visite guidée et vernissage des expositions à la médiathèque
19h30 Clôture de la journée avec les musiciens du CMDT
Bus-navette pour Aurillac

Dimanche 27 janvier

10h30 - 12h30 Médiathèque : Rencontre avec ISA BORDAT, plasticienne. Visite guidée de son exposition de livres d’artiste
10h30- 12h30 et 14h-16h Médiathèque : Atelier -démonstration de reliure et dorure, reliure espagnole,… avec JULIA COLDEFY, JULIEN MOISSINAC, ANA RUIZ-LARREA
13h Aurillac (rue du 139e RI) : départ du bus-navette pour Mauriac
15h Médiathèque : Le Fonds de bibliophilie contemporaine de la bibliothèque de Riom (63), crééà l’initiative de MICHELE LAURENT, conservateur : Livres d’artistes, reliures de création - Historique et présentation par BRIGITTE BESSOT, conservateur,
16h Mairie : "La reliure : un art, des techniques, des métiers. Enjeux contemporains et perspectives d’avenir" . Table ronde modérée par EDOUARD BOUYE, directeur des Archives départementales
17h15 Mairie : Visite commentée par JEAN LE GUILLOU du fonds de livres anciens de la Ville de Mauriac
18h Médiathèque :Clôture des journées autour d’un verre
18h30 Départ du bus-navette pour Aurillac (parking rue du 8 Mai)

A voir à la Médiathèque …
les 26 et 27 janvier 2008

Fonds de bibliophilie contemporaine de la BIBLIOTHEQUE de RIOM (63)
Livres d’artistes, reliures de création
Livres d’artiste, créations d’ISA BORDAT, plasticienne

jusqu’au 29 février

Une sélection de « beaux livres » reliésparMARIE-JOSE FELGINES, appartenant au fonds de la Médiathèquedépartementale du Cantal ou provenant de collections particulières.
Le Livre « Noé »,un des 5 exemplaires réalisés par MARIE-JOSE FELGINES (soutien à la création du Conseil Général du Cantal)
«Le Vol de l’Ange» / Créations MARIE-JOSE FELGINES
.11 sous-verres (70 x 100) peintures à l’huile  (technique du papier marbré)  
.20 sous-verres (24 x 36)  - .50 cartes numérotées (15 x 27)
Livres en bois de PIERRE DECORSE, sculpteur        
Boites et coffrets, réalisés par MARIE-DOMINIQUE et LOIC GAGNIE, à partir des papiers marbrés de Marie-José Felgines

Et aussi …

Le 1er mars 2008 :
Une journée atelier découverte autour de la fabrication d’un CARNET DE VOYAGES, avec MARYCARMEN JARAMILLO et GRISEL RICARDI

Du 1er au 25 AOUT 2008
Rétrospective de peintures de Marie-José Felgines à la Maison de la Pinatelle à Chalinargues et portes ouvertes à son atelier de reliure de Chalinargues (15)

Informations et réservations au 04 71 67 35 81
cedric.cantal.fr

     
 
  A télécharger :  
     
 
 
Dépliant : 25 ans de reliure de Marie-José Felgines
 
5 014,44 ko - format pdf
Repost 0
Published by CEDRIC et Archives départementales du Cantal - dans Actualité
commenter cet article
15 janvier 2008 2 15 /01 /janvier /2008 10:11

Je l'ai lu dans plusieurs articles de la presse locale ces dernières semaines, et par effet ping-pong, j'ai découvert le site internet de CEDRIC dans le Cantal.

Il ne s'agit pas d'un site de soutien pour la promotion de mon prénom, d'origine celte ou issue du vieil haut-allemand que maîtrise parfaitement notre compatriote médiéviste Michel ROUCHE, qui au passage signifierait "Chef de Guerre" (tout un programme !), Ced-"Arik" est un prénom assez rare au cours de l'histoire et c'est depuis la fin des années 70 qu'il se répand en France.

A titre personnel, j'ai hérité de ce prénom parce que mes parents avaient été séduits par la vie du Petit Lord Fauntleroy, Cédric, issu d'une vieille souche foncière par sa mère et fils d'un officier de la marine américaine. Cet union n'avait pas été apprécié par la famille maternelle, ce qui avait éloigné Cédric de ses attaches. C'est un beau jour que son Grand-père se rapprocha de lui, après la disparition de son père, pour l'associer à la succession des biens et des terres. Le jeune Cédric découvrit alors la dureté de son aieul et mit un point d'honneur à devenir le Seigneur des coeurs des gens de son grand-père et sa bonté d'âme ecailla progressivement la sevérité du chef de famille, qui finalement, était conquis depuis le début par son petit-fils! Bref l'histoire de Cédric est touchante et c'est un de mes livres de chevet depuis toujours.

Mais Cédric, ce n'est pas qu'un prénom issu de l'imagination d'un écrivain anglo-saxon, c'est aussi un Saint, Saint-Cedde, plus précisément. Evêque de Londres vers la fin du Xème siècle; c'est la catégorie de Saints de que l'on a oublié avec l'évolution des iles britanniques vers l'anglicanisme.

De manière plus actuelle, Cédric, pour la Cantal, c'est tout simplement le CEntre de Documentation en Réseau Informatisé du Cantal, quelque part... on n'échappe pas aux livres quand même...

Bonne journée à tous,

Cédric ;-)

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Initiatives territoriales
commenter cet article
15 janvier 2008 2 15 /01 /janvier /2008 10:00

L’APVF (Association des petites villes de France) réunira élus, avocats et magistrats, pour débattre de la refonte de la carte judiciaire au cours d’un colloque organisé au Sénat, le mardi 29 janvier 2008. Plusieurs anciens Gardes des Sceaux, de nombreux représentants des professions de justice et un représentant du ministère de la Justice pourront ainsi entamer un dialogue qui n’a jamais été aussi nécessaire.
Favorables à une évolution concertée de la carte judiciaire, les élus des petites villes dresseront le bilan du projet de Rachida Dati et engageront une réflexion sur les voies d’une réforme alternative, visant à garantir l’existence d’une justice de proximité et plus efficace. En présence de M. Robert Badinter, ancien Garde des Sceaux et ancien président du Conseil constitutionnel, interviendront notamment, au cours de cette journée ouverte par Martin Malvy, président de l’APVF, Mme Marylise Lebranchu, ancienne Garde des Sceaux, MM. Pascal Clément, ancien Garde des Sceaux, Gérard Gouzes, maire de Marmande et vice-président de l’APVF, Marc Moinard, secrétaire général du ministère de la Justice, Franck Natali, président de la Conférence des bâtonniers, Bruno Thouzellier, président de l’Union syndicale des magistrats, et André Vallini, ancien président de la Commission d’enquête sur l’affaire d’Outreau.

Le programme définitif du colloque du 29 janvier est disponible sur le site de l’APVF (PDF, 496 Ko).


Liens complémentaires :
http://www.apvf.asso.fr/upload/uploads/file/Evenements/Colloque29janvier.pdf
Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Actualité
commenter cet article
14 janvier 2008 1 14 /01 /janvier /2008 09:48

La hausse importante des d’actes transmis par les collectivités locales et leurs établissements publics, observée en 2004, a été suivie d’une très forte baisse à partir de 2005. En effet, le dernier rapport du gouvernement portant sur le «Contrôle des actes des collectivités locales et des établissements publics locaux» constate que le nombre d’actes transmis par les collectivités locales et leurs établissements publics, qui était de 7.735.473 au titre de l’exercice 2003, s’est considérablement accru en 2004 (8.311.681) pour s’établir à 6.517.802 en 2005 et 6.347.752 en 2006. 

Cette baisse est «la conséquence directe de la diminution de la liste des actes obligatoirement transmis au représentant de l’Etat, suivant les dispositions de la loi n° 2004-809 du 13 août 2004 et de la modification des seuils introduite par le décret n° 2004-15 du 7 janvier 2004, dans le Code des Marchés Publics», précise le rapport. Ainsi, il est enregistré une diminution importante du nombre d’actes transmis dans le domaine de la fonction publique territoriale (-39,2% en 2006 par rapport à 2003) et surtout dans le domaine des décisions de police (-61,4% pendant la même période). Le volume d’actes transmis dans le domaine de la commande publique a également diminué depuis l’année 2003 (-12,2%), de même que dans le domaine de l’urbanisme( -7,3%). 

Pour ce qui concerne les observations faites par les préfectures, leur nombre qui s’élevait à 99.370 lettres en 2004 a baissé en 2005: 80.319 en 2005 et s’est accru en 2006: 81.803. Ainsi, le nombre d’observations formulées a connu des évolutions disparates, augmentant de 3,55% en 2004, puis diminuant de 19,65% en 2005 pour augmenter légèrement à nouveau de 1,80% en 2006.
«L’évolution globale à la baisse du nombre d’observations par rapport à 2003 résulte, pour partie, de la diminution de la liste des actes soumis à l’obligation de transmission au préfet», indique le rapport.
Par ailleurs, le nombre de recours intentés demeure à peu près stable. Il s’est élevé à 1.411 en 2006, contre 1.236 au titre de l’année 2005 et 1.424 au titre de l’année 2004. Quant au nombre de jugements rendus par les tribunaux administratifs sur recours des préfets, il s’est élevé au titre de l’exercice 2004 à 834, à 893 au titre de l’exercice 2005 et à 679 au titre de l’exercice 2006. En outre, «le sens des décisions des tribunaux administratifs enregistre une légère inflexion des décisions favorables aux préfets, qui reviennent, pour la période 2004-2006, à un niveau moyen de 80%, alors qu’elles dépassaient les 90% pendant les années 2001-2003.» 

Le document rédigé par la Direction générale des collectivités locales regrette que «l’exercice du contrôle de légalité souffre parfois de la longueur des délais de jugement.» «Ainsi, des décisions en matière de marché public, ou concernant des autorisations d’occupation du sol, sont rendues après l’exécution du marché ou la réalisation des travaux et perdent ainsi de leur efficacité.» La même remarque est formulée pour les référés-suspensions. Il s’ensuit une recommandation aux préfets, en particulier pour les marchés publics ainsi que pour les délégations de service public, afin qu’ils recourent à la procédure qui permet de suspendre l’exécution d’un contrat ou d’une convention durant un mois maximum ou jusqu’au jugement de la juridiction administrative. 

Précisions que le nombre de procédures d’urgence (référés) diminue, il s'est élevé à 495 en 2004, 392 en 2005 et 311 en 2006 contre 555 en 1997. Elles accompagnaient un tiers des déférés en 1998, elles ne concernaient plus que 21% des requêtes au titre des exercices 1999 et 2000.
Par ailleurs, le développement de l’intercommunalité fait apparaître de nouvelles questions qui portent sur quatre thèmes:
«- le défaut de prise en compte par certaines communes de leur dessaisissement au profit de la structure intercommunale dès lors qu’une compétence lui a été transférée;
- la difficulté de définir clairement les compétences transférées, qui conduit à l’intervention d’établissements publics de coopération intercommunale en dehors de leurs compétences statutaires ou de leur périmètre, au profit de communes membres ou non-membres. Cette pratique, qui s’accompagne du développement de la pratique contractuelle entre communes et structures intercommunales, suscite des interrogations au regard non seulement des règles de compétence fixées par le Code général des collectivités territoriales, mais également de leur compatibilité avec le respect de l’initiative privée dans des secteurs concurrentiels;
- la coexistence de plusieurs structures intercommunales sur un même territoire qui entraîne des chevauchements de compétences ou des transferts en cascade dans le cadre d’une chaîne de syndicats dont certains n’exercent plus d’activité;
- le manque de précision de la rédaction des statuts, générateur d’incertitudes.»
Ainsi, les irrégularités relevées en ce domaine tiennent essentiellement à l’imprécision des statuts relatifs aux compétences transférées, à une mauvaise appréhension de l’intérêt communautaire, aux financements croisés des investissements. 

Les difficultés rencontrées dans l’exercice du contrôle budgétaire sont soit matérielles, soit résulte de l’appréhension parfois «délicate» de certaines règles budgétaires et comptables telles que par exemple: les provisions et les cessions. 

L’appréciation de la sincérité reste difficile. Le document note aussi que «l’appréciation de la sincérité du budget, principe essentiel des règles budgétaires et comptables, reste malheureusement souvent aléatoire. L’un des obstacles majeurs à cette appréciation de la sincérité est celui de la justification des restes à réaliser.»

Rapport du gouvernement au Parlement sur le contrôle a posteriori des actes des collectivités locales et des établissements publics locaux (voir lien ci-dessous).


Liens complémentaires :
http://www.dgcl.interieur.gouv.fr/Publications/Rapports/rapport_controle_legalite_2004_2005_2006/RAPPORT_CONT_LEG_2004-2006.pdf

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Initiatives territoriales
commenter cet article
13 janvier 2008 7 13 /01 /janvier /2008 09:45

L'arrêté du 19 décembre, pris en application des articles R. 5 et R. 60 du Code électoral, liste les pièces permettant de justifier de son identité au moment du vote dans les communes de 3.500 habitants et plus, pour l'élection des députés, conseillers généraux et conseillers municipaux: 


Carte Nationale d'Identité,
Passeport,
Carte d'identité de parlementaire avec photographie, délivrée par le président d'une assemblée parlementaire,
Carte d'identité d'élu local avec photographie, délivrée par le représentant de l'Etat,
Carte du combattant de couleur chamois ou tricolore,
Carte d'invalidité civile ou militaire avec photographie,
Carte d'identité de fonctionnaire de l'Etat avec photographie,
Carte d'identité ou carte de circulation avec photographie, délivrée par les autorités militaires,
Permis de conduire,
Permis de chasser avec photographie, délivré par le représentant de l'Etat,
Livret ou carnet de circulation, délivré par le préfet en application de la loi n° 69-3 du 3 janvier 1969,
Récépissé valant justification de l'identité, délivré en échange des pièces d'identité en cas de contrôle judiciaire, en application du neuvième alinéa (7°) de l'article 138 du code de procédure pénale,
Attestation de dépôt d'une demande de carte nationale d'identité ou de passeport, délivrée depuis moins de trois mois par une commune et comportant une photographie d'identité du demandeur authentifiée par un cachet de la commune.
Ces titres doivent être en cours de validité, à l'exception de la carte nationale d'identité et du passeport, qui peuvent être présentés en cours de validité ou périmés.
Les titres permettant aux ressortissants de l'Union européenne, autres que les Français, de justifier de leur identité, lorsqu'ils sont admis à participer aux opérations électorales, sont les suivants:
Carte nationale d'identité ou passeport, délivré par l'administration compétente de l'Etat dont le titulaire possède la nationalité,
Titre de séjour,
Carte du combattant de couleur chamois ou tricolore;
Carte d'invalidité civile ou militaire avec photographie;
Carte d'identité de fonctionnaire de l'Etat avec photographie;
Carte d'identité ou carte de circulation avec photographie, délivrée par les autorités militaires;
Permis de conduire;
Permis de chasser avec photographie, délivré par le représentant de l'Etat,
Livret ou carnet de circulation, délivré par le préfet en application de la loi n° 69-3 du 3 janvier 1969,
Récépissé valant justification de l'identité, délivré en échange des pièces d'identité en cas de contrôle judiciaire, en application du neuvième alinéa (7°) de l'article 138 du code de procédure pénale.


Liens de l'arrêté du 19 décembre 2007 :
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnTexteDeJorf?numjo=IOCA0771885A
Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Actualité
commenter cet article
12 janvier 2008 6 12 /01 /janvier /2008 09:26

Jacques Pélissard, président de l’Association des maires de France (AMF) estime dans un communiqué du 8 janvier que c’est à l’Education nationale d’organiser le service minimum dans les écoles primaires en cas de grève des enseignants.
Jacques Pélissard réagissait à la proposition de Xavier Darcos du 8 janvier qui consiste à proposer aux communes volontaires d’expérimenter, dès le 24 janvier, date de la grève nationale à l’Education nationale, la mise en place d’un service minimum d’accueil dans les écoles maternelles et élémentaires. «Il s’agit donc d'une conception originale du service minimum par report de la responsabilité de l’Etat sur des acteurs étrangers aux conflits ayant conduit à la grève», commente Jacques Pélissard.
Il rappelle que pour rendre service aux familles, certaines communes assurent d’ores et déjà un service minimum, sur la base du volontariat et sur leurs financements propres, en mettant en place une solution d’accueil.
Par ailleurs, l’AMF prend acte de la compensation financière partielle proposée par l’Etat au profit des communes volontaires pour organiser ce service minimum.
L’association insiste enfin sur le fait que l’organisation d’un tel service est décidée librement par chaque commune, en fonction des contingences locales et du besoin des familles.

Pour en savoir plus, télécharger la circulaire du 8 janvier 2008 sur la mise en place du service minimum d'accueil dans les écoles maternelles et élémentaires

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Les outils de la politique locale
commenter cet article
9 janvier 2008 3 09 /01 /janvier /2008 11:49

IMG-1386b.JPGDans un cadre convivial avec une température clémente pour cette saison, ce dimanche 6 janvier, les Sapeurs-Pompiers de Salers ont accueilli la population pour souhaiter la bonne année.

En présence de Madame CELARIER-DESCOEUR et d'une partie du conseil municipal de Salers, de Monsieur Bruno FAURE, Conseiller général, Président de la CCPS et de Monsieur MAURY, maire de Saint-Bonnet-de-Salers; une partie de la population des villes de Salers et de Saint-Bonnet avaient fait le déplacement pour apprécier certes les petits fours, mais surtout pour rendre hommage à l'engagement sacré que prennent tous les Sapeurs-Pompiers: "Sauver ou périr".

Dans des locaux très bien entretenus; il est imporant de rendre hommage à ces les "soldats du feu", qui sont amenés à courrir les plus grands risques pour sauver nos concitoyens.

Nos pompiers, avec la Gendarmerie et la DDE, sont les premiers services à devoir s'exposer aux risques majeurs, notamment ceux qui sont référencés dans le document d’information communal sur les risques majeurs (DICRIM). Ce type de document est obligatoire pour toutes les communes dont les risques ont fait l'objet d'un arrêté.

Vous retrouverez d'autres photos des voeux dans le portfolio.

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Les Sagraniers parlent aux Sagraniers
commenter cet article