Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Salers au coeur avec Cédric Tartaud-Gineste
  • Salers au coeur avec Cédric Tartaud-Gineste
  • : Salers éternelle, cîté millénaire aux multiples visages et aux mille feux; le XXIème siècle est l'occasion de sonner la Renaissance d'un village qui sommeille depuis trop longtemps ! Ensemble, ayons à coeur de faire revivre Salers
  • Contact

Le Cantal actif

Pour me contacter:

 

 

 

 

Pour consulter mon profil Viadeo, rendez et inscrivez-vous sur :

 

 

Les Institutions Officielles :

 

La Présidence de la République

L'Assemblée nationale

Le Sénat

Le site du Gouvernement

 

Merci pour votre fidélité

Recherche

Archives

L'indispensable

 

Ils s'engagent pour l'interet général et le Cantal en particulier sur la toile:

Vincent DESCOEUR, Président du Conseil général et député du Cantal

Pierre JARLIER, Sénateur-Maire  de Saint-Flour, Président de l'Association des Maires du Cantal

René SOUCHON, ancien Maire d'Aurillac, Président de la Région Auvergne

Nicole MOISSINAC, son blog

François VERMANDE, Conseiller général, son blog

Christiane MISSEGUE, MoDem Cantal

Lightman, passionné de net-économie et d'actualité cantalienne 

Le Cantal - le e-dynamique à l'action: 
 

Comité Départemental Touristique du Cantal

Portail Cantalien

Conseil Général du Cantal

Le site des passionnés du Cantal

Le MEDEF dans le Cantal

Vivre et travailler dans le Cantal

Chambre de Commerce et d'Industrie du Cantal

Préfecture du Cantal 

 

La culture et le patrimoine, vous savez que c'est moins point faible: 

 

Cantal Patrimoine

Association des Amis du Patrimoine de Haute-Auvergne

Société de Haute-Auvergne

Généalogie de la Chataigneraie

Comité d'Histoire et d'Archéologie de Mauriac

Association généalogique APROGEMERE

Le musée Alfred Douet de Saint-Flour

Association du Cézallier - Vallée de la Sianne

Orfèvrerie en Haute-Auvergne

Langues et civilisations auvergnates

Le portail culturel du Canton de Saignes 

 

Le Cantal, terre de ressources et de recueillement

 

Le diocèse de Saint-Flour

Le Prieuré Saint-Jean à Murat

Eglise d'Aurillac

La maison des planchettes 

 

Quelques liens communautaires, culturels, commerciaux et associatifs:

 

L'Union du Cantal

La MONTAGNE - presse régionale

Ca papote entre Auvergnats

Testadaz, fromages, tripoux, jambons

L'Auvergnat de Paris

Le guide des restaurants auvergnats

Les 8 Filiales de la Ligue Auvergnate et du Massif Central

7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 11:16

PpRobe.jpgPhilippe SEGUIN, l'un des derniers présidents du Rassemblement Pour la République, est décédé cette nuit, des suites d'une crise cardiaque à l'âge de 66 ans.

L'ensemble de la classe politique a salué ce "serviteur de l'Etat", infatigable baron du gaullisme.

Le caractère trempé de Philippe SEGUIN tient à ce qu'il fut orphelin de père très tôt en 1944, alors que le territoire national n'était pas encore libéré. Il s'est battu toute sa vie pour la réhabilitation des régiments

A partir de 1978, il a été élu député des Vosges, il deviendra par la suite Ministre des affaires sociales et de l'emploi (1986-1988), puis Président de l'Assemblée nationale (1993-1997) et Président du RPR (1997-1999).

En 1992, Philippe SEGUIN fait parler de lui en prenant position contre le Traité de Maastricht. Selon lui, ce traité porte atteinte à l'indépendance de la France.


En 1995, Philippe SEGUIN prit une part active à la campagne présidentielle de Jacques CHIRAC. Il fut alors l'un des principaux inspirateurs du thème de la "fracture sociale" (avec Henri Guaino) qui permit à l'ancien maire de Paris de triompher de son duel face à son rival Edouard BALLADUR et de décrocher son premier mandat de président de la République.

Elu en 1997 à la présidence du RPR en remplacement d'Alain JUPPE, Philippe SEGUIN démissionnera spectaculairement de cette fonction en avril 1999.


Philippe SEGUIN revient sur le devant de la scène politique à l'occasion des élections municipales de 2001. Désigné tête de liste du RPR à Paris après des primaires internes qui virent la suspension puis l'exclusion du Maire RPR en place Jean TIBERI, il présente sa candidature dans le XVIIIe arrondissement en quatrième position de la liste conduite par Roxane DECORTE. Avant de se raviser et d'en prendre la tête. A l'issue d'une bataille fratricide contre Jean TIBERI (RPR dissident), Philippe SEGUIN échoue face à Bertrand DELANOE.


En 2002, au lendemain de la deuxième élection de Jacques CHIRAC à l'Elysée, Philippe SEGUIN refuse d'intégrer l'UMP que le président de la République vient de créer. Il abandonne alors son ultime mandat de conseiller de Paris et quitte définitivement la vie politique.

L'armée française lui doit la présence dans son ordre de bataille actuel d'un régiment de tirailleurs, héritiers des traditions de toutes les unités de tirailleurs algériens, tunisiens et marocains, qui avaient été dissoutes, en 1964, après la guerre d'Algérie.

Philippe était le fils de l'aspirant Robert SEGUIN, tué le 7 septembre 1944, alors qu'il combattait au sein du 4ème régiment de tirailleurs tunisiens pour la Libération de la France. Il tomba au col de Ferrière, à proximité de Clerval (Doubs), laissant derrière lui, à 22 ans, une jeune veuve et un fils, Philippe, né le 21 avril 1943. Cette absence du père fut l'un des grands traits de la personnalité de Philippe Séguin.

Un demi-siècle plus tard, maire d'Epinal et député des Vosges, il parvint à convaincre le ministre de la Défense François LEOTARD de rebaptiser le 170ème RI, qui tient garnison à Epinal dans la Caserne SCHNEIDER, en 1er régiment de tirailleurs. Ce fut fait le 1er mai 1994. Les traditions de l'Armée d'Afrique était relevée et le 1er Tir possède sa nouba, ses tenues de tradition nord-africaines et son bélier. A l'époque, les régiments d'infanterie mécanisée possèdaient des chars AMX-30 et l'un d'entre eux portait le nom d'aspirant Séguin.




Qu'il me soit permis ici de rendre hommage à ce grand personnage du Gaullisme qui a suscité de nombreuses vocations militantes, son trait de caractère était sa force même si cela lui a valu des incompréhensions dans un monde politique où rien n'est blanc et noir.

En 2001, j'étais parmi les partisans de Jean TIBERI, pleinement engagé contre l'investiture de Philippe SEGUIN et la toute puissance que le Rassemblement s'arrogeait quant à imposer un candidat, nous étions en ce temps-là dans une crise manifeste de légitimité qui s'est soldée par la perte de la Mairie de Paris. Tous ceux, militants, cadres et élus, qui ont connu cette époque-là, se souviennent encore de ce désespoir à voir partir l'une des places fortes du gaullisme.

Je n'ai jamais regretté cet engagement qui n'était en rien une défiance vis-à-vis de Philippe SEGUIN, dont les rangs tibéristes ont toujours défendu l'intelligence et la fidélité gaulliste. Alors, au jour de sa disparition, c'est avec respect que je regrette que sa course se soit arrêtée là, lui, l'homme du refus, l'homme de la résistance car c'est tout le symbole de la résistance à l'oppression qui a motivé son "non" à Maastricht, c'est toute son âme de grand gaulliste qui l'a poussé dans ces engagements !



Merci d'avoir éclairé le chemin,
Merci d'avoir su transmettre la flamme,

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Actualité
commenter cet article

commentaires