Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Salers au coeur avec Cédric Tartaud-Gineste
  • Salers au coeur avec Cédric Tartaud-Gineste
  • : Salers éternelle, cîté millénaire aux multiples visages et aux mille feux; le XXIème siècle est l'occasion de sonner la Renaissance d'un village qui sommeille depuis trop longtemps ! Ensemble, ayons à coeur de faire revivre Salers
  • Contact

Le Cantal actif

Pour me contacter:

 

 

 

 

Pour consulter mon profil Viadeo, rendez et inscrivez-vous sur :

 

 

Les Institutions Officielles :

 

La Présidence de la République

L'Assemblée nationale

Le Sénat

Le site du Gouvernement

 

Merci pour votre fidélité

Recherche

Archives

L'indispensable

 

Ils s'engagent pour l'interet général et le Cantal en particulier sur la toile:

Vincent DESCOEUR, Président du Conseil général et député du Cantal

Pierre JARLIER, Sénateur-Maire  de Saint-Flour, Président de l'Association des Maires du Cantal

René SOUCHON, ancien Maire d'Aurillac, Président de la Région Auvergne

Nicole MOISSINAC, son blog

François VERMANDE, Conseiller général, son blog

Christiane MISSEGUE, MoDem Cantal

Lightman, passionné de net-économie et d'actualité cantalienne 

Le Cantal - le e-dynamique à l'action: 
 

Comité Départemental Touristique du Cantal

Portail Cantalien

Conseil Général du Cantal

Le site des passionnés du Cantal

Le MEDEF dans le Cantal

Vivre et travailler dans le Cantal

Chambre de Commerce et d'Industrie du Cantal

Préfecture du Cantal 

 

La culture et le patrimoine, vous savez que c'est moins point faible: 

 

Cantal Patrimoine

Association des Amis du Patrimoine de Haute-Auvergne

Société de Haute-Auvergne

Généalogie de la Chataigneraie

Comité d'Histoire et d'Archéologie de Mauriac

Association généalogique APROGEMERE

Le musée Alfred Douet de Saint-Flour

Association du Cézallier - Vallée de la Sianne

Orfèvrerie en Haute-Auvergne

Langues et civilisations auvergnates

Le portail culturel du Canton de Saignes 

 

Le Cantal, terre de ressources et de recueillement

 

Le diocèse de Saint-Flour

Le Prieuré Saint-Jean à Murat

Eglise d'Aurillac

La maison des planchettes 

 

Quelques liens communautaires, culturels, commerciaux et associatifs:

 

L'Union du Cantal

La MONTAGNE - presse régionale

Ca papote entre Auvergnats

Testadaz, fromages, tripoux, jambons

L'Auvergnat de Paris

Le guide des restaurants auvergnats

Les 8 Filiales de la Ligue Auvergnate et du Massif Central

30 août 2006 3 30 /08 /août /2006 00:00

Cette thématique se veut dédiée à toutes les petites histoires qui font celle de cette cité millénaire, bonne découverte et bonnes critiques surtout !!!!

 

La plupart des historiens ont recherché l'origine étymologique de la cité de SALERS. Tous ont soulevé les memes hypothèses dès lors qu'ils avaient accès à des documents. Que ce soit l'Abbé Chabau, le Professeur Ribier du Chatelet ou plus récemment James Goldsmith dans les années 80, le mystère reste entier sur l'origine du nom de Salers et en se perdant dans la nuit des temps.

Au fait historique succède le mythe.

Au XIème siècle, il est attesté que la cité de Salers dispose d'une famille seigneuriale, probablement chevaliers, peut-être barons mais rien n'est moins sur.

Ces nobles de Salers sont présents au Concile de Clermont de 1095 lors duquel Urbain II proclame la Croisade des Lieux Saints qui aboutira en 1099 par la chute de Jérusalem. La Haute-Auvergne,comme toutes les régions chrétiennes de l'An Mil, a fourni de nombreux fils de famille pour la libération du tombeau du Christ.

L'histoire de Salers ne remonte guère plus haut dans le temps, le cartulaire de l'Abbaye de Saint-Pierre le Vif de Sens dont dépendait l'Abbaye de Mauriac fondée par Théodechilde au Vème Siècle l'atteste. Même si ce document est un faux du Xième siècle, il inventorie les bourgs et lieux de vie sur le territoire de cette abbaye et ne référence pas Salers.

Cette ville commerçante, enserrée entre Saint-Paul et Saint-Bonnet, deux grandes entités agricoles, serait dont sortie de la nuit des temps vers l'an Mil.

Le nom de Salers trouve difficilement ses sources dans l'étymologie locale. La plupart des villages étant dédiés à des saints locaux ou jouissant d'une dévotion particulière.

L'hypothèse la plus souvent retenue, parce que rien ne permet de l'affirmer ou de l'infirmer, voudrait mettre Salers en relations avec la cité de Salern en Italie. Cette vieille tradition a la vie dure, d'autant plus qu'elle se couple avec la dévotion local à Notre-Dame de Lorette.

La tradition raconte qu’un chevaliers de Salers, à la suite d’un vœu et en témoignage de reconnaissance pour un grand secours reçu, aurait, à la fin du XIVe siècle, rapporté d’un pèlerinage à Loretto une vierge noire pour que l’on puisse venir l’y vénérer.

Lors de son retour à Salers, il fonda une "chapeloune" du coté du village du Mouriol au nord de Salers. Cette chapelle et sa statue reçut les prières de nombreuses famille dans la peine.

la collusion entre Salers et Salern, tient au fait que chacune de ses deux villes est dédiée à Notre-Dame de Lorette, c'est à dire à la Santa Casa dont on avait craint la perte au 13ème Siècle.

La légende a embelli l’histoire. Elle raconte que des anges ont arraché la maison à la puissance des musulmans pour la transporter en Dalmatie en 1292, puis le 10 décembre 1294, sur le territoire de Loretto, dans la Province des Marches, sous le pontificat de Célestin V.

La vérité est toute autre. Les archives nous apprennent que la maison, vénérée à Nazareth depuis toujours, a été déposée et transportée par bateau par plusieurs croisés d’une famille dont le nom patronymique est "Ange", bien connue à l’époque des croisades.

C’est de là que vient la légende selon laquelle des anges auraient transporté la vénérable demeure à Lorette. La dévotion à la "Santa Casa" se répandit dans toute la chrétienté.

On peut donc affirmer que le pèlerinage de Salers est l’un des plus anciens de France à Notre Dame de Lorette. Le sanctuaire devint un lieu de pèlerinage très fréquenté par les fidèles de la région. Innombrables furent les grâces qu’ils y obtinrent.

Ce premier sanctuaire fut démoli en 1884 et remplacé par la chapelle que nous connaissons aujourd’hui. Elle fut consacrée solennellement par Mgr Baduel, évêque de Saint-Flour, en 1887. La statue vénérée en ce lieu n’est pas celle d’origine. La Vierge noire a été brûlée par les révolutionnaires en 1793 sur l’esplanade de Barrouze ; une Croix de fer y a été érigée en réparation de ce sacrilège.

La statue primitive fut remplacée en 1813 par la statue actuelle, bénite à Fontainebleau par le Cardinal Gabrieli, avec l’autorisation expresse de SS. Pie VII, alors retenu prisonnier par Napoléon. La célébration de la fête se fait traditionnellement le dimanche après la Pentecôte, dimanche de la Trinité ou le dimanche suivant.

A suivre ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Le coin de l'Historien
commenter cet article

commentaires

TARTAUD-GINESTE Cédric 06/02/2007 23:44

Madame,


Je vous réponds sans tarder, merci avant tout de votre message chaleureux.

Concernant le couvent de la Compagnie de Notre-Dame, il a en fait été rasé après la guerre, pour faire place à l'actuel CEG: le Collège.

La salle des fêtes étant le seul vestige immobilier du couvent, vous trouverez les armoiries de la Compagnie fichées dans le mur derrière et le monogramme de Marie qui sert de pierre d'âtre dans la cheminée du Bar le Rétro.

Il semblerait (c'est à vérifier) que la destruction du couvent (justifiée par sa vetusté confirmée par les écrits des religieuses antérieurs à 1789) soit du fait du maire de l'époque: Féniès, notaire à Salers, qui aurait entreprit une politique de modernisation de la cité (la halle de salers devenue place Tyssandier d'Escous; la place Maigne sur laquelle se positionnait un paté de maison; la fontaine de barrouze; etc etc merci d'ailleurs aux Sagraniers qui m'ont donné tous ces élèments.)

Pour revenir sur le Couvent, si d'aventure vous passer à Salers, rentrez dans le restaurant les Templiers, rue du Couvent, demander la patronne, elle vous dira qu'autrefois, un boeuf pouvait boucher la route dans sa largeur tant la facade du couvent était plus proche que l'actuel collège.

Très cordialement

CTG

Bernard Pascale 06/02/2007 23:27

Monsieur,

Quel plaisir de trouver enfin un site qui n'existe nul par ailleurs. Beaucoup des trésors de Salers revivent grace à votre site. Ainsi ai je découvert l'existence de ce couvent de religieuses qui je crois, selon mes archives, est maintenant un centre de jeunesse?
Enfin, étant simplement curieux des sites de mes vacances, j'ai pris plaisir à lire vos écrits et commentaires associés.

Très cordialement

Pascale Bernard

COLETTE 12/12/2006 19:22

BonjourJe trouve  le petit village de Salers superbement  beau, j'ai regardé vos photos de Salers sous la neige c'est magnifique;CordialementColette

Auvergnat de Paris 20/07/2006 20:13

C'est en surfant sur le web à la recherche de quelques informations sur Salers et les alentours que j'ai découvert votre site. Très agréable à consulter, il m'a permis de trouver avec facilité les liens vers quelques hotels et restaurants de votre belle cité.
Félicitation pour votre engagement et votre attachement à vos racines, j'espèer que vous irez loin!
Cordialement