Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Salers au coeur avec Cédric Tartaud-Gineste
  • Salers au coeur avec Cédric Tartaud-Gineste
  • : Salers éternelle, cîté millénaire aux multiples visages et aux mille feux; le XXIème siècle est l'occasion de sonner la Renaissance d'un village qui sommeille depuis trop longtemps ! Ensemble, ayons à coeur de faire revivre Salers
  • Contact

Le Cantal actif

Pour me contacter:

 

 

 

 

Pour consulter mon profil Viadeo, rendez et inscrivez-vous sur :

 

 

Les Institutions Officielles :

 

La Présidence de la République

L'Assemblée nationale

Le Sénat

Le site du Gouvernement

 

Merci pour votre fidélité

Recherche

Archives

L'indispensable

 

Ils s'engagent pour l'interet général et le Cantal en particulier sur la toile:

Vincent DESCOEUR, Président du Conseil général et député du Cantal

Pierre JARLIER, Sénateur-Maire  de Saint-Flour, Président de l'Association des Maires du Cantal

René SOUCHON, ancien Maire d'Aurillac, Président de la Région Auvergne

Nicole MOISSINAC, son blog

François VERMANDE, Conseiller général, son blog

Christiane MISSEGUE, MoDem Cantal

Lightman, passionné de net-économie et d'actualité cantalienne 

Le Cantal - le e-dynamique à l'action: 
 

Comité Départemental Touristique du Cantal

Portail Cantalien

Conseil Général du Cantal

Le site des passionnés du Cantal

Le MEDEF dans le Cantal

Vivre et travailler dans le Cantal

Chambre de Commerce et d'Industrie du Cantal

Préfecture du Cantal 

 

La culture et le patrimoine, vous savez que c'est moins point faible: 

 

Cantal Patrimoine

Association des Amis du Patrimoine de Haute-Auvergne

Société de Haute-Auvergne

Généalogie de la Chataigneraie

Comité d'Histoire et d'Archéologie de Mauriac

Association généalogique APROGEMERE

Le musée Alfred Douet de Saint-Flour

Association du Cézallier - Vallée de la Sianne

Orfèvrerie en Haute-Auvergne

Langues et civilisations auvergnates

Le portail culturel du Canton de Saignes 

 

Le Cantal, terre de ressources et de recueillement

 

Le diocèse de Saint-Flour

Le Prieuré Saint-Jean à Murat

Eglise d'Aurillac

La maison des planchettes 

 

Quelques liens communautaires, culturels, commerciaux et associatifs:

 

L'Union du Cantal

La MONTAGNE - presse régionale

Ca papote entre Auvergnats

Testadaz, fromages, tripoux, jambons

L'Auvergnat de Paris

Le guide des restaurants auvergnats

Les 8 Filiales de la Ligue Auvergnate et du Massif Central

11 novembre 2007 7 11 /11 /novembre /2007 14:59

En ce jour d'automne, symbole des pertes de tous les conflits dans lesquels notre pays a été engagé, c'est l'occasion de rendre hommage au plus dur des conflits. Celui qui a vu la fin des règles de guerre régulière au profit de la guerre industrielle, devastatrice, faucheuse, celui qui a vu un père, un mari, un frère, un fils ne jamais revenir ou bien revenir "gueule casée".

Ce conflit, c'est celui qui a poussé les grands pays d'Europe en 1914 vers une escalade sanglante, celle de la 1ère guerre mondiale, c'est qu'on a voulu appeler la "der des der" mais qui pourtant, accouchait d'un autre conflit vingt ans plus tard.

Ce conflit, chaque famille de France l'a connu dans sa chair et dans son sang; les Français du Nord, de la Picardie, d'Alsace et des Vosges, encore plus pour avoir été le théatre des conflits.

Ce conflit, tout le monde (même ma génération) peut et doit s'en souvenir, pour avoir eu quelque part un aïeul sur le front, avoir connu la misère des tranchées, les gaz allemands, avoir mélé son sang avec des frères d'armes de tous âges et de tous horizons sociaux. Si la nation française avait encore besoin de naître à l'époque, elle est née dans ces tranchées de l'Aisne quelque part entre 1914 et 1918. Alors que tous nos soldats partaient la fleur au fusil, surs de leurs stratèges et de leur puissance, il pensaient revenir au plus tard pour Nöel 1914... surement pas 1918.

Cette guerre est une affaire de chaque famille de France; je me rappelle encore mon grand-père Tartaud m'en parler, lui, né en 1907 et qui a vu son père quitter la Haute-Vienne pour le front, lui qui a vu son frère revenir avec une pneumonie en 1915 pour mourir dans les bras de sa mère; jusquà la fin de sa vie en 1995, il m'a raconté ces anecdotes, pour qu'elles ne s'oublient jamais, pour que je ne les oublies pas... ce que je n'ai jamais oublié c'est qu'il a gardé ça présent à l'esprit toute sa vie et pourtant il avait le caractère dur.

Aujourd'hui, il nous reste 2 poilus en vie, sachons se montrer digne de ces combattants de la liberté, de ces jeunes qui ont,  à jamais, associé leur destinée à celle de la France; sachons leur rendre hommage dans nos actes au quotidien, que les erreurs d'hier nous servent pour les jours à venir, qu'elles nous permettent de nous élever et d'aller vers son prochain avec davantage de dignité.

Partager cet article

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Actualité
commenter cet article

commentaires