Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Salers au coeur avec Cédric Tartaud-Gineste
  • Salers au coeur avec Cédric Tartaud-Gineste
  • : Salers éternelle, cîté millénaire aux multiples visages et aux mille feux; le XXIème siècle est l'occasion de sonner la Renaissance d'un village qui sommeille depuis trop longtemps ! Ensemble, ayons à coeur de faire revivre Salers
  • Contact

Le Cantal actif

Pour me contacter:

 

 

 

 

Pour consulter mon profil Viadeo, rendez et inscrivez-vous sur :

 

 

Les Institutions Officielles :

 

La Présidence de la République

L'Assemblée nationale

Le Sénat

Le site du Gouvernement

 

Merci pour votre fidélité

Recherche

Archives

L'indispensable

 

Ils s'engagent pour l'interet général et le Cantal en particulier sur la toile:

Vincent DESCOEUR, Président du Conseil général et député du Cantal

Pierre JARLIER, Sénateur-Maire  de Saint-Flour, Président de l'Association des Maires du Cantal

René SOUCHON, ancien Maire d'Aurillac, Président de la Région Auvergne

Nicole MOISSINAC, son blog

François VERMANDE, Conseiller général, son blog

Christiane MISSEGUE, MoDem Cantal

Lightman, passionné de net-économie et d'actualité cantalienne 

Le Cantal - le e-dynamique à l'action: 
 

Comité Départemental Touristique du Cantal

Portail Cantalien

Conseil Général du Cantal

Le site des passionnés du Cantal

Le MEDEF dans le Cantal

Vivre et travailler dans le Cantal

Chambre de Commerce et d'Industrie du Cantal

Préfecture du Cantal 

 

La culture et le patrimoine, vous savez que c'est moins point faible: 

 

Cantal Patrimoine

Association des Amis du Patrimoine de Haute-Auvergne

Société de Haute-Auvergne

Généalogie de la Chataigneraie

Comité d'Histoire et d'Archéologie de Mauriac

Association généalogique APROGEMERE

Le musée Alfred Douet de Saint-Flour

Association du Cézallier - Vallée de la Sianne

Orfèvrerie en Haute-Auvergne

Langues et civilisations auvergnates

Le portail culturel du Canton de Saignes 

 

Le Cantal, terre de ressources et de recueillement

 

Le diocèse de Saint-Flour

Le Prieuré Saint-Jean à Murat

Eglise d'Aurillac

La maison des planchettes 

 

Quelques liens communautaires, culturels, commerciaux et associatifs:

 

L'Union du Cantal

La MONTAGNE - presse régionale

Ca papote entre Auvergnats

Testadaz, fromages, tripoux, jambons

L'Auvergnat de Paris

Le guide des restaurants auvergnats

Les 8 Filiales de la Ligue Auvergnate et du Massif Central

12 septembre 2007 3 12 /09 /septembre /2007 13:20

O
ubliés les ministres d'Etat, ministres, ministres délégués et secrétaires d'Etat. Nicolas Sarkozy a établi une nouvelle hiérarchie : il y a les ministres invités à passer leurs vacances avec le président, ceux qui  peuvent figurer dans le public lors des prestations télévisées des lieutenants du chef de l'Etat, et ceux qui sont convoqués dans le bureau du secrétaire général de l'Elysée pour s'entendre dire que "le président n'a pas apprécié" leurs déclarations…

 

Dans la catégorie de ceux qui, quoi qu'il arrive, semblent bénéficier d'un soutien inconditionnel du chef de l'Etat, on trouve d'abord ceux avec qui il fait de la politique. C'est le cas du ministre de l'immigration, Brice Hortefeux, du secrétaire d'Etat chargé des anciens combattants – et, à l'UMP, des élections –, Alain Marleix, ou du secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement, Roger Karoutchi.

Mais la plus soutenue est sans conteste la ministre de la justice, Rachida Dati. Symbole de l'intégration, porte-parole du candidat pendant la campagne, amie de Cécilia Sarkozy : elle cumule les atouts. Ni sa réputation d'autoritarisme qui a fait fuir la moitié de son cabinet ni ses déclarations qui ont choqué les magistrats n'ont changé les attentions du président.

Outre les marques de sympathie publiques qu'il lui a adressées avant l'été, il l'a fait monter dans sa voiture lors de certains déplacements, comme en Corse, il y a deux semaines, alors que Michèle Alliot-Marie devait héberger dans la sienne le préfet."Elle, elle est débranchée de partout", s'amuse un conseiller.

Plusieurs "poids lourds" politique du gouvernement lors de sa constitution n'en sont déjà plus. "MAM", encadrée dès le départ avec le contrôle des nominations à son cabinet et le choix par le président de fidèles à la tête de la police et des services secrets, a du mal à trouver sa place dans le paysage gouvernemental.

Jean-Louis Borloo, déchu de Bercy après sa gaffe sur la TVA sociale, se sent à l'étroit dans son grand ministère du développement durable. Il s'est plaint à MM. Guéant et Fillon : "Je ne suis pas pris au sérieux."

SENTIMENT D'ABANDON

D'autres ministres connaissent la disgrâce, comme Christine Lagarde, présentée encore au début de l'été comme l'une des "trouvailles" du gouvernement. "La première femme à diriger Bercy, même la gauche ne l'a pas fait", s'enthousiasmait alors Nicolas Sarkozy qui confiait à ses conseillers : "Si elle suit mes conseils, elle ira loin."

Depuis sa sortie sur la rigueur dans la fonction publique, le président lui en veut. "C'est toujours l'amour, mais il n'est plus réciproque", explique un proche du président.

Eric Woerth, ministre du budget, veut croire pourtant que "l'équipe gouvernementale est unie autour du président et que chacun peut y trouver sa place à partir du moment où il fait la démonstration qu'il peut y être utile".

C'est d'ailleurs le mot d'ordre que le président a fixé à ses ministres : "Rendez-vous indispensables." A l'outre-mer, Christian Estrosi, bien servi par l'actualité et par sa connaissance intime du président, a, lui, tout de suite compris. Depuis, Nicolas Sarkozy cite en exemple sa "réactivité".

Comme un entraîneur d'une équipe de football, il promeut les uns, les cajole, et laisse mariner les autres sur le banc de touche. Il reçoit peu ses ministres en tête à tête, excepté François Fillon. "Le voir est devenu un luxe", se plaint l'un d'entre eux.

D'où un possible sentiment d'abandon pour certains. C'est le cas de celui du travail, Xavier Bertrand : "Il était porte-parole, premier ministrable, rappelle un visiteur du président. Maintenant, il rédige un communiqué à chaque fois qu'il reçoit un syndicaliste. Il souffre."

Partager cet article

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Actualité
commenter cet article

commentaires