Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Salers au coeur avec Cédric Tartaud-Gineste
  • Salers au coeur avec Cédric Tartaud-Gineste
  • : Salers éternelle, cîté millénaire aux multiples visages et aux mille feux; le XXIème siècle est l'occasion de sonner la Renaissance d'un village qui sommeille depuis trop longtemps ! Ensemble, ayons à coeur de faire revivre Salers
  • Contact

Le Cantal actif

Pour me contacter:

 

 

 

 

Pour consulter mon profil Viadeo, rendez et inscrivez-vous sur :

 

 

Les Institutions Officielles :

 

La Présidence de la République

L'Assemblée nationale

Le Sénat

Le site du Gouvernement

 

Merci pour votre fidélité

Recherche

Archives

L'indispensable

 

Ils s'engagent pour l'interet général et le Cantal en particulier sur la toile:

Vincent DESCOEUR, Président du Conseil général et député du Cantal

Pierre JARLIER, Sénateur-Maire  de Saint-Flour, Président de l'Association des Maires du Cantal

René SOUCHON, ancien Maire d'Aurillac, Président de la Région Auvergne

Nicole MOISSINAC, son blog

François VERMANDE, Conseiller général, son blog

Christiane MISSEGUE, MoDem Cantal

Lightman, passionné de net-économie et d'actualité cantalienne 

Le Cantal - le e-dynamique à l'action: 
 

Comité Départemental Touristique du Cantal

Portail Cantalien

Conseil Général du Cantal

Le site des passionnés du Cantal

Le MEDEF dans le Cantal

Vivre et travailler dans le Cantal

Chambre de Commerce et d'Industrie du Cantal

Préfecture du Cantal 

 

La culture et le patrimoine, vous savez que c'est moins point faible: 

 

Cantal Patrimoine

Association des Amis du Patrimoine de Haute-Auvergne

Société de Haute-Auvergne

Généalogie de la Chataigneraie

Comité d'Histoire et d'Archéologie de Mauriac

Association généalogique APROGEMERE

Le musée Alfred Douet de Saint-Flour

Association du Cézallier - Vallée de la Sianne

Orfèvrerie en Haute-Auvergne

Langues et civilisations auvergnates

Le portail culturel du Canton de Saignes 

 

Le Cantal, terre de ressources et de recueillement

 

Le diocèse de Saint-Flour

Le Prieuré Saint-Jean à Murat

Eglise d'Aurillac

La maison des planchettes 

 

Quelques liens communautaires, culturels, commerciaux et associatifs:

 

L'Union du Cantal

La MONTAGNE - presse régionale

Ca papote entre Auvergnats

Testadaz, fromages, tripoux, jambons

L'Auvergnat de Paris

Le guide des restaurants auvergnats

Les 8 Filiales de la Ligue Auvergnate et du Massif Central

21 avril 2007 6 21 /04 /avril /2007 09:52

La géographie des parrainages d’élus pour un «petit» candidat est toujours soumise à l’influence de trois déterminants principaux, explique l’IFOP dans une étude portant sur les parrainages apportés à Philippe de Villiers, Jean-Marie Le Pen, Olivier Besancenot et José Bové.

Il s’agit tout d’abord de la structure du tissu des communes au niveau départemental. En effet, les départements les plus urbains sont assez peu propices à la collecte des parrainages pour un candidat ne disposant pas d’un appareil militant et d’un réseau d’élus locaux très développés. Les maires des grandes communes et des communes urbaines sont généralement adhérents d’un parti et n’accordent que très rarement leur signature à un candidat issu d’un autre mouvement.

Un second facteur structurant apparaît, selon Jérôme Fourquet, directeur-adjoint du département opinion publique de l’IFOP: le niveau de «contrôle politique» de telle ou telle force sur les territoires qui rend la collecte de paraphes plus ou moins compliquée.

Le troisième élément est lié au précédent puisqu’il s’agit de l’ampleur de l’influence et de l’implantation territoriale du «petit» candidat en question et/ou de structures partisanes, syndicales ou autres qui peuvent éventuellement le soutenir. Pour Philippe de Villiers, par exemple, on relève bien sûr des soutiens vendéens, mais aussi dans l’est de la France. Avec 44 signatures de maires (et 50 si l’on considère l’ensemble des élus), la Vendée, terre d’élection et bastion du «villiérisme», constitue le département qui s’est le plus mobilisé pour le candidat souverainiste. Mais des territoires beaucoup plus éloignés de la Vendée ont été beaucoup plus généreux en parrainages. C’est le cas notamment du quart Nord-Est de la France et plus précisément d’une série de départements courant de la Seine-Maritime à la Meuse en passant par la Picardie et les Ardennes. Ces départements s’étaient déjà distingués par un fort vote «non» lors du référendum en mai 2005 (on les retrouve aussi lors du référendum interne au PS parmi ceux ayant le plus voté en faveur de Laurent Fabius).

Autre exemple, les parrainages en faveur d’Olivier Besancenot, dont l’analyse de l’IFOP montre que si la carte de ses parrainages n’est pas sans rappeler par certains aspects la géographie des voix obtenues par le candidat de la LCR lors de la présidentielle de 2002, il semble que son candidat a bénéficié de soutiens dans certaines zones ouvrières et populaires où le PC était ou est encore implanté et où Arlette Laguiller obtient généralement des bons résultats et avait distancé Olivier Besancenot en 2002. On peut placer dans cette catégorie la Somme, l’Aisne, l’Eure, le Pas-de-Calais ou les Ardennes.

Dans tout le reste de la France, les consignes du PS pour dissuader les élus locaux de signer en faveur du candidat trostkiste ont semble-t-il compliqué la collecte des parrainages, qui se sont chiffrés dans la plupart des départements entre 2 et 6. Dans certains départements très conservateurs comme la Mayenne, le Var, les Alpes-Maritimes, le Morbihan, le Haut-Rhin, la Vendée, les Deux-Sèvres ou bien encore le Loir-et-Cher, aucun élu n’a apporté sa signature.

Partager cet article

Repost 0
Published by Cédric TARTAUD-GINESTE - dans Les outils de la politique locale
commenter cet article

commentaires